Connectez-vous S'inscrire






Archives

Les Libanais appelés à se rassembler

| Jeudi 23 Novembre 2006

Aujourd’hui les Libanais sont appelés à se rassembler massivement à Beyrouth pour offrir des obsèques populaires au ministre assassiné mardi, Pierre Gemayel. Pendant ce temps, Damas est montré du doigt.



Pierre Gemayel
Pierre Gemayel

Deuil national de trois jours

Aujourd’hui les Libanais sont appelés à se rassembler massivement à Beyrouth pour offrir des obsèques populaires au ministre assassiné Pierre Gemayel.

Une période de deuil national de trois jours a débuté mercredi au lendemain du meurtre du ministre de l'Industrie, qui est la sixième personnalité politique anti-syrienne assassinée depuis la mort de l'ex-Premier ministre Rafic Hariri, en février 2005. Il a été abattu alors qu'il circulait dans un faubourg du sud de Beyrouth.

Les festivités prévues pour le 63ème anniversaire de l'Indépendance du Liban ont été annulées.


En signe de soutien à la liberté et à l'indépendance

Le chef de la majorité antisyrienne, Saad Hariri, a appelé les Libanais "de toutes les régions" à se rassembler à Beyrouth pour participer aux obsèques prévues à 13H00 (11H00 GMT) au centre-ville, "en signe de soutien à la liberté et à l'indépendance".

Le chef de l'opposition chrétienne, le général Michel Aoun, allié du Hezbollah prosyrien, a lui aussi appelé "tous les Libanais" à y participer.

L'ensemble de la classe politique a multiplié les appels au calme et le camp antisyrien mené par Saad Hariri, le fils de Rafic Hariri, a demandé aux Libanais de participer en masse aux obsèques.

Soupçons sur Damas

Après Saad Hariri, le député et chef druze antisyrien Walid Joumblatt a accusé Damas et estimé que ces meurtres "allaient se poursuivre".

Amine Gemayel a déclaré qu'il soupçonnait fortement la Syrie d'être derrière l'assassinat de son fils, en assurant que ce type de meurtre correspondait au "comportement habituel" du régime de Damas.

L'attentat a été unanimement condamné dans le monde et la France a dit craindre une "nouvelle tentative de déstabilisation" du Liban.

Le président américain George W. Bush a dit à M. Siniora son "engagement inébranlable" à soutenir la démocratie au Liban et à s'opposer aux ingérences syriennes et iraniennes, lors d'une conversation téléphonique. M. Bush a téléphoné à Amine Gemayel pour lui présenter ses condoléances.





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu