Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Les Iraniens, « pas des musulmans » selon le mufti d’Arabie Saoudite

Rédigé par Saphirnews | Mercredi 7 Septembre 2016



Cheikh Abdel Aziz ben al-Cheikh, grand mufti d'Arabie Saoudite.
Cheikh Abdel Aziz ben al-Cheikh, grand mufti d'Arabie Saoudite.
La réponse du berger à la bergère ne s’est pas faite attendre. Après le violent réquisitoire de l’ayatollah Ali Khamenei envers les dirigeants saoudiens, qualifiés de « médiocres petits diables », le grand mufti d’Arabie Saoudite a répondu à l'Iran dans une déclaration publiée mardi 6 septembre dans la presse saoudienne.

« Nous devons comprendre que ceux-là ne sont pas des musulmans. (...) Leur hostilité envers les musulmans est ancienne, plus particulièrement envers les sunnites », a assuré le cheikh Abdel Aziz ben al-Cheikh au journal Makkah. Le prince héritier saoudien Mohamed ben Nayef y est aussi allé de son petit mot lundi soir, estimant que l’Etat iranien fait en sorte de « politiser le hajj et (de) le transformer en une occasion de violer les enseignements de l'islam, en scandant des slogans et en perturbant la sécurité des pèlerins ».

A l’occasion de son conseil des ministres mercredi 7 septembre, le président iranien a appelé les pays musulmans à s’unir pour « punir » l’Arabie Saoudite. « Les pays de la région et le monde musulman doivent coordonner leurs actions pour régler les problèmes et punir le gouvernement saoudien », a-t-il affirmé. Tout comme le guide suprême d’Iran, Hassan Rohani remet en cause la politique étrangère saoudienne : « Si le problème avec le gouvernement saoudien se limitait au hajj, on aurait peut-être trouvé une solution. Mais, malheureusement, ce gouvernement, avec les crimes qu'il commet dans la région et son soutien au terrorisme, verse le sang des musulmans en Irak, en Syrie, au Yémen, et quotidiennement bombarde sauvagement les femmes et les enfants yéménites. »

L'Iran « ne pardonnera jamais pour le sang versé de ces martyrs » morts au hajj, a prévenu Hassan Rohani. Pile un an après la bousculade à la Mecque qui a couté la vie à 2 300 personnes dont 464 Iraniens, l'ayatollah Khamenei doit recevoir mercredi les familles des victimes. Les propos des uns et des autres ne sont pas sans attiser le conflit entre sunnites et chiites dont les relations dans le Moyen-Orient sont difficiles.

Lire aussi :
Hajj 2016 : l'Iran traite les dirigeants saoudiens de « diables »
Hajj 2016 : l’Iran poussé à annuler le grand pèlerinage à La Mecque
Entre soulagement et colère, des familles de pèlerins français au Hajj racontent





Loading














Recevez le meilleur de l'actu