Connectez-vous S'inscrire






Archives

Les Frères musulmans ont remporté 34 sièges aux législatives en Egypte

| Jeudi 17 Novembre 2005

La confrérie des Frères musulmans a remporté 34 sièges à l'issue de la première phase des législatives qui s’est tenue mardi en Egypte, doublant déjà leurs gains par rapport à l'Assemblée sortante, a annoncé mercredi un porte-parole de la confrérie.



Principal groupe d’opposition au gouvernement

Avec des opérations électorales s’étendant sur quatre semaines, les Frères musulmans en sont déjà à 34 sièges à l’issue de la première phase, contre 15 dans le Parlement sortant. Selon l’agence semi-officielle MENA, le Parti national démocrate du président Hosni Moubarak, obtient pour sa part 50 sièges. Ce qui confirme le mouvement comme principal groupe de l’opposition au gouvernement du président Hosni Moubarak. Une centaine d’autres candidats des Frères musulmans se présentent lors de la deuxième et de la troisième phase électorales, le 20 novembre puis le 1er décembre.
Le mouvement des Frères musulmans, interdit mais toléré, a d'ores et déjà remporté quatre sièges au premier tour de la première phase du scrutin, la semaine dernière, et 30 autres lors du second tour, plus que doublant d'emblée leur représentation parlementaire, a déclaré Mohamed Habib, numéro deux du mouvement.
Dans le même temps, le Parti national démocratique, qui contrôlait 85% de l'Assemblée sortante, a remporté 38 sièges, dont 26 dès le premier tour, selon les résultats partiels diffusés par l'agence de presse officieuse Mena.

L'opposition laïque ne remportant que trois sièges, pour le moment, les Frères musulmans s'annoncent donc, avec 34 représentants, comme la principale force d'opposition au parlement égyptien à l'issue de cette première phase des législatives où ils alignaient 52 candidats.

De multiples irrégularités

Les observateurs indépendants, qui ont bénéficié cette année de facilités sans précédent sous le régime actuel, ont fait état de multiples irrégularités lors de la première phase du scrutin mais celui-ci s'est déroulé globalement sans violence alors que dix personnes avaient été tuées en 2000.

"L'islam est la solution" était le slogan de campagne des Frères musulmans qui, lors de la présidentielle pluraliste de septembre dernier, se sont vu interdire de présenter un candidat face à Moubarak, au pouvoir depuis 1981 et qui, à 77 ans, a été reconduit pour un cinquième mandat de six ans.




Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu