Connectez-vous S'inscrire






Société

Les Dérouilleurs, l'aventure continue

Rédigé par Propos recueillis par Amara BAMBA | Lundi 16 Février 2009

Le réseau des Dérouilleurs fête ses cinq ans. Avec plus de quatre mille adhérents, ce réseau d'aide de la communauté musulmane en France suit son chemin. Par le profil social de ses membres et par son mode de fonctionnement informel il constitue une première en France. Fondé et animé par Zoubeir Ben Terdeyet les Dérouilleurs sont à l'heure du bilan. M. Ben Terdeyet a accepté de nous livrer ses réflexions, ses perspectives. Entretien avec un Dérouilleur de la première heure.



SaphirNews: Au terme de ces cinq années, peut-on définir le profil d'un Dérouilleur ?

Zoubeir Ben Terdeyet: C'est un profil qui s’est élargi d’année en année. Car être Dérouilleur, c'est d'abord et avant tout un certain état d’esprit ! On peut situer la moyenne d’âge autour de 30 ans mais certains Dérouilleurs en ont vingt; on peut aller jusqu'à la cinquantaine. Il y a des hommes et des femmes, une réelle parité qui casse tous les clichés sur les réseaux qu’on pense exclusivement réservés aux hommes, notamment chez les musulmans. Nous avons une majorité de diplômés du supérieur avec beaucoup d’universitaires. D'autres ont fait des écoles de commerce ou d’ingénieurs, notamment parmi les plus jeunes qui accèdent de plus en plus à ces formations dites élitistes. Au départ, nous avions une majorité d’informaticiens et de financiers mais le cercle s'est vraiment élargi en direction des juristes, des commerciaux, des spécialistes du marketing et des métiers de la médecine, etc..

Mais on reste quand même dans les cercles parisiens ?

Certes une majorité de Dérouilleurs est en région parisienne mais une partie non négligeable est originaire de province. Le réseau s’est donc étendu aux provinces et même à l’étranger. Il y a également des étudiants et des actifs arrivés fraîchement en France que nous avons su rassembler.

Qu'est ce qui anime un Dérouilleur ?

En général, les membres qui sont inactifs ont pour objectif principal de trouver un emploi. Et ceux qui sont actifs veulent surtout, pour la plupart, donner de leur temps et partager leurs expériences. Bien entendu, il y a aussi ceux qui veulent enrichir leur carnet d’adresses et trouver des opportunités d’affaires. C'est tout cela qui fait les Dérouilleurs. Mais en termes de loisirs, les centres d’intérêts sont les mêmes que ceux des Français de la même condition sociale avec un certain intérêt pour l’apprentissage de la langue arabe et la participation à des activités culturelles liées à la culture musulmane.

Quel bilan tirez-vous de ces cinq années d'expérience ?


Personnellement, je trouve notre bilan très positif. Il faut avoir à l'esprit que nous avons fait le pari de l’indépendance et que nous fonctionnons sans subventions aucunes. De plus, tous nos services sont gratuits hormis la participation aux soirées qui permet de faire face aux frais. A ce jour, nous avons organisé 21 soirées sur Paris au rythme d'une par trimestre sans discontinuer durant 5 ans ! Nous avons aussi organisé des soirées à Londres, à Dubaï, à Genève, Strasbourg, Marseille et bientôt à Lyon.

Comment a évolué l'adhésion ?

Au départ nous étions une petite quarantaine d’amis. Nous sommes plus de 4000 membres régulièrement inscrits sur nos listes aujourd’hui ! Nous avons pu aider directement plus de 300 personnes à trouver un travail ou un stage. Ces données sont en dessous de la réalité car nous n'avons pas toujours de retours lorsque les membres décrochent un emploi par le réseau.

M. Ben Terdeyet, fondateur du réseau des Dérouilleurs
M. Ben Terdeyet, fondateur du réseau des Dérouilleurs
Entre deux soirées Dérouilleurs que fait le réseau ?

Les soirées sont des moments de rencontre indispensables pour un réseau comme le nôtre. Mais nous avons aussi impliqué les Dérouilleurs dans plusieurs collectes de fonds pour des œuvres caritatives. Mais surtout nous avons des raisons d'être fiers des résultats de l’Association pour la Promotion de la Réussite Scolaire qui est une émanation des Dérouilleurs. Cette association intervient dans les collèges et lycées pour témoigner de nos parcours scolaires et redonner confiance au plus jeunes. En 60 interventions nous avons touché plus de 1500 élèves. Tout cela a tissé des liens d’amitié entre nos membres. Cette amitié n'est pas quantifiable mais sa valeur est inestimable car les Dérouilleurs ont le sentiment d’appartenir à un vrai réseau. Dans beaucoup d’entreprises du CAC 40 les Dérouilleurs sont désormais connus. Certains y retrouvent des collègues, d’anciens camarades de classe ou des amis d’enfance.

Quels défis voyez-vous à relever aujourd'hui pour un tel réseau ?

Les défis sont grands car la crise financière va accentuer les discriminations. Les offres d’emplois et de stages vont se faire de plus en plus rares. C’est dans ces périodes creuses qu'un réseau devient un atout primordial. C'est pourquoi nous réactivons les Ateliers Techniques Recherches d’Emploi qui aident à la rédaction de CV et de lettres de motivation tout en organisant des simulations d’entretiens d'embauche. Parallèlement, nous allons multiplier les cafés métiers en direction des professionnelles d’un même secteur d’activités ou métiers. Je reste convaincu qu'il faut encourager une vraie culture de l’excellence au sein de la communauté. C'est une telle culture qui peut véritablement installer une image de réussite capable de casser les clichés négatifs actuels. Mais je suis réaliste et j'ai conscience que beaucoup reste à faire. Et l’autocritique est une nécessité. C’est pourquoi nous prévoyons d'engager une réflexion de fond suivie de recommandations concrètes. Mais notre priorité sera toujours sur le champ de l’action.


Les dérouilleurs constituent un réseau d'échange et d'entraide. La dernière soirée parisienne s'est déroulé à bord d'une péniche sur le  Port de Solferino face au quai Anatole France
Les dérouilleurs constituent un réseau d'échange et d'entraide. La dernière soirée parisienne s'est déroulé à bord d'une péniche sur le Port de Solferino face au quai Anatole France
Comment devient-on Dérouilleur, ou Dérouilleuse aujourd'hui ?

Je dois reconnaître que nous sommes un peu victimes de notre succès. Aujourd’hui nous sommes amenés à encadrer les inscriptions pour préserver une taille humaine au réseau. Pour le moment, nous n'avons pas de salarié pour gérer les demandes d'inscriptions. Nous n’avons pas non plus la prétention de nous substituer aux organismes publics ou aux cabinets de chasseurs de têtes. Nous avons fait le choix de collaborer avec ceux qui, comme le cabinet Mozaik RH, nous font confiance et nous donnent grande satisfaction. C’est pourquoi, nous procédons désormais par un système de cooptage des nouveaux membres par les anciens.

En pratique qu'est-ce que cela veut dire?

Cela veut dire que pour devenir Dérouilleurs, il faut être présenté par deux Dérouilleurs et envoyer une petite lettre de motivation d’une quinzaine de lignes. C'est simple et sans discrimination. Il n’y pas d'exigence de diplôme, de niveau d’étude ou même de droit d’entrée. Et si vous cherchez bien dans votre entourage familiale, parmi vos collègues ou vos partenaires de tennis, vous serez surpris d'apprendre qu'il y a un Dérouilleur ou une Dérouilleuse autour de vous !

Pour en savoir plus sur les Dérouilleurs





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu