Connectez-vous S'inscrire






Politique

Législatives 2017 : ces députés FN qui font leur entrée à l’Assemblée nationale

Rédigé par Imane Youssfi | Lundi 19 Juin 2017

Ils étaient seulement deux à occuper les bancs de l’Assemblée nationale lors du dernier quinquennat. Depuis dimanche 18 juin, huit candidats du Front national rejoignent le Palais Bourbon. Le parti d'extrême droite ne dispose pas d’un nombre d’élus suffisant pour composer un groupe parlementaire mais engrange quatre fois plus de députés que sous François Hollande. Qui sont-ils ?



Législatives 2017 : ces députés FN qui font leur entrée à l’Assemblée nationale
Marine Le Pen, après sa défaite face à Emmanuel Macron à l’élection présidentielle, obtient un lot de consolation, et pas des moindres. La présidente du Front national s’impose avec 58,75 % des votes face à la candidate En Marche (LREM) Anne Rouquet dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais. L’euro-députée perdait son immunité parlementaire la semaine dernière, elle en récupère une autre cette semaine.

Louis Aliot aussi a gagné son élection dans la 2e circonscription des Pyrénées-Orientales. Le compagnon de Marine Le Pen remporte, lors d'un duel très serré, le second tour des législatives avec 50,56 % des suffrages face à Christine Espert (Modem). Juriste de formation, le Perpignanais est également vice-président du FN, député européen et conseiller municipal de Perpignan.

Dans la 2e circonscription du Gard, Gilbert Collard conserve son siège de justesse. Le député, qui s’est présenté une deuxième fois sous l’étiquette du Rassemblement bleu Marine face à l'ex-torera Marie Sara, candidate LREM. Avec 50,16 % des voix au second contre 49,84 % pour son adversaire LREM il conserve son siège après un duel très serré. Seulement 123 voix les séparent.

Maire-adjoint de Steeve Briois à Hénin-Beaumont et conseiller régional des Hauts-de-France, Bruno Bilde est élu député dans la 12e circonscription du Pas-de-Calais. Il devance de très près Coralie Rembert (LREM) avec plus de 55 % des voix. En 2012, il avait été nommé directeur de la communication dans l'équipe de Marine Le Pen lors des élections de 2012. Il est aujourd’hui conseiller spécial de l'euro-députée et membre du bureau politique.

Le 8 février, il a été cité par Buzzfeed dans une enquête sur ces élus FN qui embauchent leurs conjoints au Parlement européen. Sa mère Dominique Bilde, euro-députée FN et conseillère régionale Grand Est, a fait embaucher Bruno Bilde par l'euro-députée Sophie Montel. « J'étais au Front national avant ma mère. Je n'ai pas été embauché pour ça et d'ailleurs, cela n'a pas posé de problème pour le Parlement », avait-il répondu, précisant en outre n'avoir travaillé que quelques mois comme assistant parlementaire avant de démissionner.

Son premier mandat politique

A 47 ans, Emmanuelle Ménard participe à sa première campagne électorale dans la 6e circonscription de l'Hérault. La compagne de Robert Ménard, maire de Béziers, a battu la candidate LREM Isabelle Voyer avec 53,49 % des suffrages.

Juriste de formation et ancienne responsable Afrique au sein de la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH) dans les années 2000, elle devient directrice du site d’extrême droite Boulevard Voltaire. [« Je suis juste catholique, ni intégriste ni traditionaliste ni moderniste »]i, déclarait-t-elle au Monde en mai 2017.

Ludovic Pajot suit les traces de Marion Maréchal-Le Pen en devenant, à 23 ans, le plus jeune député à l’Assemblée nationale. L’ancienne députée avait 22 ans en 2012. Le jeune homme n’en est pas à sa première expérience politique, il est conseiller municipal de Béthune (Nord-Pas-de-Calais) et conseiller régional des Hauts-de-France. L’élu frontiste s’est fait connaître en menant une campagne anti-migrants dans sa ville. En décembre 2016, il présentait une motion intitulé « Ma commune sans migrants » lors d'une séance du conseil municipal. Il a vaincu la marcheuse Laurence Deschanel, avec 52,58 % des voix dans la 10e circonscription du Pas-de-Calais.

Ils ont été membres de l'UMP et du PC

L’un était à l’UMP, l’autre au Parti communiste. Sébastien Chenu et José Evrard ont été élus ce dimanche respectivement dans la 19e circonscription du Nord et dans la 3e circonscription du Pas-de-Calais.

Ancien membre de l’UMP, Sebastien Chenu a été chef de cabinet adjoint de Christine Lagarde au Commerce extérieur pendant deux ans, et a travaillé au Service d’information du gouvernement (SIG) pendant quatre ans. Il a par ailleurs cofondé le mouvement LGTB au sein de l'UMP, Gay Lib, avant de rejoindre le FN. Il a remporté le second tour des législatives avec 54,8 % des voix face à la candidate MoDem Sabine Hebbar, soutenue par La République en Marche (45,2 %).

José Evrard, quant à lui, est un ancien employé de la Poste. Il a été pendant 15 ans permanent du Parti communiste à Lens et secrétaire départemental du Pas-de-Calais. En 2014, il rejoint le FN et devient conseiller municipal FN à Billy-Montigny et conseiller départemental du Pas-de-Calais. Il a remporté haut la main son siège de député avec 52,94 % des voix face à Patrick Debruyne (MoDem). L’élu frontiste de 71 ans était en tête dans onze des treize communes de la 3e circonscription.

Le parti d'extrême droite ne dispose pas d’un nombre d’élus suffisant pour composer un groupe parlementaire (15) mais engrange quatre fois plus de députés que sous François Hollande. Marine Le Pen revendique la place du premier parti d'opposition face à la vague Macron. C'est oublier la France Insoumise, qui a fait un score historique en obtenant 17 sièges, lui ouvrant la voix à la constitution d'un groupe à l'Assemblée nationale. Le parti de gauche pourrait voir son effectif renforcé avec des députés communistes, qui sont dix à avoir gagné les législatives.





Loading














Recevez le meilleur de l'actu