Connectez-vous S'inscrire






Archives

Le soulagement

Rédigé par El abed Fatima | Lundi 8 Septembre 2003

Yasser Arafat a nommé ce dimanche Abu Alaa au poste de Premier ministre du gouvernement palestinien à la place de Abu Mazen. En présentant sa démission veille, Abu Mazen a mis fin à quatre mois de tensions profondes au sein de la population palestinienne. Ce changement à la tête de l’Autorité Palestinienne est une nouvelle chance politique pour Yasser Arafat de reprendre sous son contrôle les instances de direction du pays, au moment où des voix toujours plus fortes s’élèvent en Israël pour demander son expulsion.



Yasser Arafat a nommé ce dimanche Abu Alaa au poste de Premier ministre du gouvernement palestinien à la place de Abu Mazen. En présentant sa démission veille, Abu Mazen a mis fin à quatre mois de tensions profondes au sein de la population palestinienne. Ce changement à la tête de l’Autorité Palestinienne est une nouvelle chance politique pour Yasser Arafat de reprendre sous son contrôle les instances de direction du pays, au moment où des voix toujours plus fortes s’élèvent en Israël pour demander son expulsion.

Abu Mazen : l’homme des américains
A son arrivée au poste de Premier ministre, la presse internationale le nomme Mahamoud Abbas. Mais les palestiniens le connaissent depuis longtemps sous le nom de Abu Mazen. Membre fondateur du Fatah, le parti de Yasser Arafat, Abu Mazen est un réfugié. Originaire de Safed, dans le nord d’Israël, où il naît en 1935, il a 13 ans lorsqu’il est forcé à l’exil (en 1948) avec sa famille. Il participe à la fondation du Fatah, le parti de Yasser Arafat en 1950. Il sera Secrétaire général de l’OLP en 1996, au côté de Yasser Arafat et se fera remarquer aux négociations des accords d’Oslo de 1993. Pour les israéliens, il apparaît alors comme un modéré, partisan de la paix. Mais pour les populations palestiniennes, il perdra en crédibilité. Un sondage effectué en Cisjordanie et à Gaza, à la veille de sa nomination, le classe en 7ème position des personnalités auxquelles les palestiniens accordent leur confiance ( avec 1,8 % des voix). Le même sondage avait placé Yasser Arafat très largement en tête avec 21% des voix.

En inaugurant le poste de Premier ministre de la Palestine à 68 ans, Abu Mazen apparaît aux siens comme l’homme des Américains. Crédité de grands espoirs sur le plan international, il avait la charge de conduire la réalisation de ' la feuille de route ', le plan de paix proposé par les USA, L’UE, l’ONU, et la Russie. Premier ministre désigné d’un président élu, il bénéficie de la confiance d’Israël tandis que Tel Aviv envisage d’expulser Yasser Arafat. De plus, Abu Mazen était libre de tout mouvement tandis que Yasser Arafat est toujours assiégé par l’armée israélienne et ne peut sortir de sa résidence. Une contradiction qui, au yeux des palestiniens, a fini de faire passer Abu Mazen pour un défenseur des intérêts d’Israël et de l’Amérique contre les intérêts des palestiniens. Les oppositions qui en résultent ont fait planer des risques de guerre civile en Palestine.

La démission en 5 points
Dans un communiqué publié par les bureaux du Premier ministre, Abu Mazen explique les raisons de sa démission en cinq points :
1-' Le refus fondamental d’Israël d’appliquer la 'feuille de route' (le plan de paix international) contrairement aux engagements pris et de prendre des mesures constructives.
2- Le fait que les Etats-Unis (et la communauté internationale) n’aient pas exercé suffisamment d’influence sur Israël pour la mise en application de la 'feuille de route', afin de faire avancer le processus de paix et stopper l’escalade militaire.
3- L’absence de soutien effectif au gouvernement pour qu’il applique sa politique.
4- Une campagne interne virulente et dangereuse empêchant le gouvernement d’exercer ses fonctions.
5- Des accusations injustifiées envers le gouvernement et le Premier ministre selon lesquelles ils voudraient tout contrôler ou rien de tout. '

Au début de son exercice, Abu Mazen avait réussi à négocier une trêve unilatérale avec le Hamas et le Jihad islamique suivis par les autres mouvements palestiniens. Mais cet accord a été reçu avec scepticisme par les dirigeants israéliens qui n’ont observé aucun répit dans les tentatives d’assassinats des dirigeants du Hamas et du Jihad islamique. Chacune de ces attaques a essuyé une riposte de ces deux mouvements suivie de représailles de l’armée israélienne dans un cycle continu où chacun accuse l’autre. Après l’attaque kamikaze du 19 août à Jérusalem qui a fait 22 morts, l’armée israélienne a lancé plus d’une dizaine de raids dont l’un, celui de jeudi dernier, avait pour cible le Cheikh Yassine, 68 ans, chef spirituel du Hamas, en fauteuil roulant. Le pouvoir de Abu Mazen n’a ainsi aucun résultat concret à présenter 100 jours après son instauration.

Le nouveau premier ministre
Présenté par la presse comme Ahmad Qoreï, il est connu en Palestine sous le nom de Abu Alaa. Né à Abou Dis, dans la banlieue de Jérusalem-est, il est âgé de 66 ans. Comme son prédécesseur, il était au côté de Yasser Arafat à la création du Fatah. Il prend aussi part aux négociations d’Oslo comme coordinateur des délégations palestiniennes.

En 1996, il est élu au CLP, le ' parlement palestinien ', où il représente la ville de Jérusalem. Il briguera, dans la foulée, le poste de Président du CLP. Proche des positions américaines, Abu Alaa a été reçu par Colin Powell en février 2002 au moment où l’administration américaine et l’Autorité palestinienne avaient des relations très tendues.





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu