Connectez-vous S'inscrire






Culture & Médias

Le prix des médias des diversités est lancé

Rédigé par Fouad Bahri | Mardi 6 Février 2007

Le concours des médias de la diversité, organisé pour la première fois mercredi 31 janvier par l’institut Panos, a primé dans les catégories presse écrite, presse électronique et radio, les six travaux les plus emblématiques de la diversité.



Idir était l'un des invités d'honneur de l'institut Panos.
Idir était l'un des invités d'honneur de l'institut Panos.
Idir, Rocé, Azouz et les autres, il y avait du beau monde ce soir-là. Pour sa première en France, à la Maison de la Radio, le concours des médias de la diversité n'a pas lésiné sur les moyens.

Organisé par l'Institut Panos, qui travaille depuis les années 90 sur les dynamiques issues des migrations internationales, le prix Mediam'Rad, Media des diversités en Europe est la réplique française du programme américain New America Media qui travaille sur les médias ethniques. Selon Reynald Blion, le directeur de ce programme, "l'objectif est de faire connaître ce que sont ces médias de la diversité, ce qu'ils produisent et ce qu'ils diffusent, avec une attention particulière sur les questions internationales et interculturelles", des médias qu'il définit comme "des espaces concrets et réguliers d'expression des multiples composantes de la société française."

France et souffrances


Trois catégories différentes auront concouru à ce prix. Les médias presse écrite, les médiasresse électronique et radio.
Dans la catégorie presse écrite, les deux prix du concours ont été attribués à Abdelkrim Branine, de Respect Magazine, pour un sujet intitulé "Hip Hop- Oublié de la politique culturelle", et Myriama Youbi, du magazine Gazelle, pour deux articles sur l'identité maghrébine. En presse électronique, Idir Hocini du Bondy Blog et Anne-Aurélie Morell pour son article "Chibanis bannis, les impôts veulent leur peau" ont été primés.
Enfin, les prix pour la catégorie radio ont été décernés à Samia Hamouche de Radio Accords, Joël Rakotomalala de Radio Dijon Campus et Joseph Pululu Zi Ndeba de Radio Mangembo.

C’est dans une ambiance mi-officielle et mi-festive que se sera déroulée cette cérémonie. Avec la présence entre autre d’Azouz Bégag, le ministre délégué à la promotion de l’égalité des chances, qui, à son habitude, s’est exprimé sur la question de la diversité, avec beaucoup d’ironie. « Mon travail c’est d’œuvrer en faveur de la diversité. Quant je me suis rendu à l’Assemblée nationale, je me suis dit : «Là, il y a un problème. »

Des chanteurs et groupes musicaux ont également accompagné cette soirée dans des genres assez différents. Idir, figure de la chanson berbère, Rocé, le rappeur au style frontal et le ministère des affaires populaires, ont exprimé chacun dans leur registre, souvent celui de la souffrance et de l’espoir, la question du rapport à la France, de l’identité et de la mémoire.

La diversité ethnique et culturelle plébiscitée


Les Nubians, duo de chanteuses slam, ont été l’heureuse surprise de ces variétés. Dans une musique intimiste, avec des paroles pleines de vécu, les Nubians ont su exprimer un message à la fois humain, social et politique, dans lequel beaucoup de personnes dans l’assemblée, se sont retrouvées.

Incontestablement, le grand vainqueur de ce concours aura été la diversité ethnique et culturelle, plusieurs fois nominées et primées. Les cultures urbaines africaines et maghrébines, le rap, le hip-hop et leur rapport à l’expérience de la discrimination ont été salués et plebiscités.
Seul grand perdant de cette soirée, la diversité religieuse, peu représentée, et qui, malgré plusieurs nominations, n’a pas séduit le jury. C'est d'autant plus dommage que parmi les partenaires de ce prix figurait La Vie, l'hebdomadaire chrétien d'actualité.

On peut donc dire que l’enjeu de cette soirée était double. Faire émerger et connaître les médias de la diversité, présentés comme complémentaires des grands médias et non concurrents. Mais aussi sensibiliser les grands médias (TF1, Le Monde.fr et Radio France ont sponsorisé ce concours), producteurs incontournables des représentations, sur la question de la diversité et son corollaire immédiat, la lutte contre les discriminations. Si le premier de ces enjeux est d’ores et déjà atteint, le temps seul dira ce qu’il adviendra du second.




Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu