Connectez-vous S'inscrire






Economie

Le mouton : Pâques et l'Aïd à la rescousse d’une filière en crise

Rédigé par Maria Magassa-Konaté | Mardi 12 Mars 2013

Près de 700 000 personnes se sont rendues au Salon de l'Agriculture, qui a fêté sa 50e édition cette année. Lors de ce rendez-vous incontournable pour le monde agricole, la filière ovine a eu à cœur de se présenter sous les meilleurs auspices pour attirer de futurs éleveurs dans ses rangs. L’occasion pour Saphirnews de faire le point sur une filière vers qui les yeux de nombreux musulmans se tournent massivement à l’approche de l’Aïd el-Kébir (Aïd al-Adha).



Le mouton : Pâques et l'Aïd à la rescousse d’une filière en crise
Crise du cheval, farine de viande pour les poissons, tarte au chocolat aux matières fécales : les scandales alimentaires font la une des médias ces derniers temps et ne rassurent pas les consommateurs.

En marge du Salon de l’Agriculture, qui s’est tenu du 23 février au 3 mars à Paris, le président François Hollande a plaidé pour l’étiquetage obligatoire de la provenance de la viande des plats cuisinés. Il a également pu entendre les revendications des acteurs de la filière agricole, comme celles des éleveurs ovins qui, face au marasme économique, traversent depuis quelques années une rude crise.

Trop d’agneaux sur le marché

Effectivement, l’heure n’est pas au beau fixe pour la filière ovine, dont les exploitations sont au nombre de 55 945 en France, d’après le recensement agricole de 2010.

En ce début d’année 2013, le marché est « marqué par une chute de prix important », nous déclare Amélie Villette, la chargée de mission pour la Fédération nationale ovine (FNO). « Sur le marché, il y a eu un surplus de 500 000 agneaux car il y a eu regain d’exportation d’animaux venus de Grande-Bretagne », nous explique-t-elle. Mécaniquement, cette forte offre se traduit par une baisse du prix de l’agneau pour les éleveurs. « On est à 5,48 € le kilo, c’est le prix le plus bas depuis des années », note Mme Villette.

Présente au Salon de l’Agriculture, la FNO a pu rencontrer des adhérents qui doivent faire face à cette difficulté. Elle a également fait part de leurs revendications sur la Politique Agricole Commune (PAC), mise en place à l’échelle européenne et dont dépend une majorité d'éleveurs. « C’est l’aide couplée à la brebis qui permet de bénéficier d’une aide financière liée à l’élevage de chacun qui est le plus important », fait savoir Mme Villette.

Après avoir lancé l’opération « 500 jours de promotion » en février dans les enseignes de la grande distribution pour faire face au surplus de l’offre, la FNO prévoit d’autres réunions avec ces distributeurs pour convenir d’un « prix rémunérateur ».

Par ailleurs, la filière, qui risque de manquer d'un millier d'éleveurs par an dans dix ans, a lancé depuis quelques années son programme « Reconquête ovine ». Dans ce cadre, les « Olympiades des jeunes éleveurs d’ovins » destinées aux élèves des lycées agricoles se sont déroulées lors du 50e Salon de l’Agriculture pour « séduire les jeunes ». Ces deux opérations ont été couronnées de succès, selon la FNO.

Une concurrence européenne rude

Après la chute des cours en ce début d’année, Mme Villette précise que le marché commence à se stabiliser. « Cela va reprendre à Pâques », prévoit-t-elle.

Daniel Causse, directeur de l’abattoir d’ovins et de caprins Sodem (Société des éleveurs de moutons) situé dans la région du Poitou-Charentes, est du même avis. « 2012 a été une année forte pour l’élevage avec un cours qui s’est maintenu toute l’année (plus de 6 € le kilo, ndlr). Pour les abatteurs, elle a été moins bonne mais cela est resté convenable alors qu’autour du 15 janvier 2013, le marché s’est véritablement écroulé. La demande est en berne. On ressent la crise et la morosité mais on espère un rééquilibrage pour Pâques car durant cette période, les Français consomment beaucoup d’agneaux », analyse-t-il.

Comme la FNO, il impute la crise actuelle à l’offre importante d’agneaux britanniques. Certes, plus de 50 % de la consommation de cette viande dans l’Hexagone est étrangère mais cette année, en raison de conditions climatiques, les agneaux britanniques, vendus jusqu’à 1 € moins cher que les agneaux français, ont été mis sur le marché français plus tard et en plus grande quantité que d'habitude. « Il y a toujours des agneaux anglais disponibles et l’Espagne, où la crise est très prononcée, a également exporté vers le marché français », constate M. Causse, qui insiste sur le fait que cette offre se heurte à une consommation en baisse.

Résultat : certains clients de son abattoir ne cherchent même plus à acheter moins cher. Ils n’achètent tout simplement pas car « la consommation n’est pas au rendez-vous ». Reste que pour le directeur de Sodem, l’optimisme est de rigueur. « Il y a toujours eu des crises dans toutes les filières. C’est la loi de l’offre et de la demande », relativise-t-il.

L’agneau, une « viande festive »

Si la consommation connaît un creux actuellement, Pâques annonce une hausse de la demande. Durant cette fête chrétienne qui commémore la résurrection de Jésus-Christ, les Français de confession chrétienne sont nombreux à acheter une viande qui devient « festive », selon M. Causse. Les musulmans, qui consomment de l’agneau lors de l’Aïd-el Kébir, également appelé fête du mouton, ne sont donc pas les seuls à acheter cette viande lors de leurs célébrations religieuses.

« Pour la journée de l’Aïd, nous multiplions par deux, voire par trois, le nombre d’agneaux abattus par rapport à une journée normale », constate-t-on à Sodem, qui propose notamment un abattage halal. La société abat en moyenne 1 800 têtes par jour. Pour la Pâque juive (Pessah), l’engouement pour la viande ovine est également perceptible lors des week-ends et jours fériés du mois de mai, propices à l’achat d’une « viande à grillades, à barbecue ».

L’agneau représente moins de 4 % de la consommation totale de viande en France. Prisé pour les grandes occasions, cet animal est loin d’être la viande la plus accessible, comparée aux viandes blanches comme le poulet, nettement moins cher. « Tout le monde ne peut pas acheter de l’agneau. ce n'est pas tout le monde qui peut s'offrir un gigot à 40 ou 50 € », note le directeur de Sodem.

Les musulmans, dont le pouvoir d’achat demeure faible en France, ne peuvent pas en acheter régulièrement tout au long de l’année, plus encore en temps de crise. L’abattoir musulman Dajaj Hallal situé à Gennevilliers, en région parisienne, a ainsi dû fermer, en 2006, sa boucherie qui proposait de l’agneau français « pour sa qualité ». « Les gens cherchent la viande la moins chère comme celle qui provient de Roumanie. Avec la crise, ils n’ont pas les moyens. Ils recherchent constamment les promotions alors que le mouton halal est cher », nous explique Mokhtar Naoum, qui travaille depuis 13 ans pour l’abattoir. Celui-ci poursuit depuis son activité d'abattage de poulets.

Si l’achat de l’agneau reste difficile pour une grande partie des musulmane, ces derniers vont jusqu’à débourser des sommes astronomiques les jours précédant l’Aïd el-Kébir (Aïd al-Adha) pour s’acheter un mouton et ainsi respecter au mieux une tradition religieuse rendant hommage au sacrifice d’Abraham. Des dizaines de milliers de moutons sont alors abattus en trois jours chaque année. La pratique de l'Aïd par les musulmans insuffle un véritable second souffle à la filière ovine, en quête de solutions.






Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu