Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Le ministère de l’Intérieur va fermer des mosquées « salafistes »

Rédigé par Saphirnews | Jeudi 11 Août 2016



Le ministère de l’Intérieur va fermer des mosquées « salafistes »
Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur, avait rappelé le 1er août dernier lors de sa réunion avec le Conseil français du culte musulman qu'une vingtaine de mosquées et salles de prières jugées radicales avaient été fermées depuis décembre 2015.

Les fermetures administratives doivent se poursuivre « dans les jours à venir partout en France », souligne RTL qui informe que les lieux de culte en question sont dans le collimateur car elles seraient trop proches de la « mouvance salafiste ». La radio précise que, d’après les notes des services de renseignement qu’elle a pu consulter, plusieurs mosquées abritent des écoles coraniques clandestines « dont les imams tiennent des propos tendancieux ». Le ministère de l’Intérieur a listé 120 lieux de culte liés, selon lui, à la mouvance salafiste.

Il y a une dizaine de jours, le service central du renseignement territorial (SCRT) a produit à destination de ses antennes départementales un mode d’emploi pour obtenir les fermetures administratives. D’un point de vue juridique, les dossiers sont « difficiles à finaliser sur le plan juridique ». Le SCRT détaille également des conseils pour la vingtaine de mosquées « qui seraient soumises à des tentatives de déstabilisation provenant de la mouvance salafiste ».

En avril dernier, le Premier ministre Manuel Valls s'est dit lancé dans une bataille culturelle et identitaire contre le salafisme. Plus récemment, l'ancienne maire de Longjumeau, Nathalie Kosciusko-Morizet, qui l'a rejoint dans ce combat, a choqué les musulmans de sa ville en affirmant avoir tenté de faire fermer une salle de prière qu'elle juge « salafiste ».

Lire aussi :
Salafisme : la mosquée de Longjumeau choquée des propos de NKM
Aux musulmans, de l’urgence du débat sur le salafisme
Manuel Valls dans une « bataille culturelle identitaire » contre le salafisme
Le salafisme, « un outil de la politique étrangère saoudienne »




Loading











Recevez le meilleur de l'actu