Connectez-vous S'inscrire






Economie

Le marché du halal happe les œufs

Ramadan 2009

Rédigé par Hanan Ben Rhouma | Lundi 31 Août 2009

Le halal devient un terme à la mode ; les marques, tous secteurs confondus, se l’arrachent. Depuis quelque temps, l’apparition des œufs halal intrigue. Face à cette nouveauté sur le marché, les consommateurs musulmans se posent bien des questions sur ce produit avec une certaine idée en tête : les œufs halal sont sûrement bio. La réalité est tout autre. Les producteurs se frottent tout de même les mains. Matines, le leader du marché de l’œuf, explique à Saphirnews cette tendance.



Le marché du halal happe les œufs
Comme le poisson, « l’œuf ne s’égorge pas ». Alors « peut-on m’expliquer ce que sont des œufs halal ? » Cette question, souvent répétée sur les forums en ligne, entraîne des réponses d’internautes tout aussi ironiques que loufoques. « Des œufs convertis à l’islam » ou « des œufs lavés à l’eau avant leur vente », lâchent certains. Cela veut-il dire que « les œufs que j'ai toujours mangés sont haram » ? Pas forcément, ce n’est qu’un moyen d’« être sûr que ce ne sont pas des œufs de porc », ironise un autre internaute.

Il n’est rien de tout cela. Sont qualifiés « halal » les œufs provenant de poules n’ayant mangé que des produits licites sans viande, notamment de porc, selon les exigences de l’éthique musulmane. Pour Matines, leader du marché des œufs en France et seule marque à offrir des œufs halal sur le territoire, ce produit n’a plus rien d’étonnant.

« C’est très simple. L’alimentation de la poule est effectivement garantie sans farine de viande. Nous avons un cahier des charges très exigeant sur le plan qualitatif, de la sécurité sanitaire et de la fraîcheur puisque tous les œufs sont acheminés dans un délai de 48 heures entre la ponte et le magasin. C’est un cahier des charges qui correspond à ceux des œufs de marque nationale mais qui ont en plus le critère "sans farine de viande" pour les producteurs d’œufs halal », explique Jean-Jacques Jarjanette, directeur marketing de Matines, auprès de Saphirnews.

Des œufs standards loin d’être bio

Pour se voir apposer le terme halal sur leurs œufs, Matines a dû recourir aux compétences de la Grande Mosquée de Paris, avec qui elle travaille depuis deux ans, date de lancement de la marque Al Tayba. « C’est avec elle que nous avons élaboré le cahier des charges. C’est aussi elle qui contrôle et certifie les œufs et c’est pourquoi le logo de la Grande Mosquée de Paris est présent sur nos produits », fait savoir le responsable marketing. Question prix, les œufs Matines restent plus chers que des œufs premier prix mais sont de prix équivalent aux œufs de marque.

Ayoub Mayouf, gérant d’une pizzéria dans les Hauts-de-Seine (92), fait partie de ces consommateurs qui se sont laissé séduire par l’offre. « Je les achète depuis environ trois ans. Par doute, ma préférence va aux œufs halal car les autres sont peut-être nourris aux farines animales et surtout de porc. Ils coûtent un peu plus cher mais la qualité est là », confie-t-il à Saphirnews. Il avoue cependant que, dans les cas où il ne trouve plus de halal, « je prends des œufs normaux ».

Le marché du halal happe les œufs
Comme pour les œufs issus de l’agriculture biologique, la farine animale est proscrite. Les œufs bio peuvent ainsi être définis comme halal. En revanche, dire que les œufs halal sont bio reste un mythe à ce jour, du moins pour les produits Matines. « Les critères spécifiques au bio sont régis par une norme européenne. Le bio signifie entre autres que les aliments des poules sont issus de l’agriculture biologique sans utilisation de pesticides, avec des exigences sanitaires qui ne sont pas les mêmes et que les poules ont un espace qui leur est dédié beaucoup plus important », explique Jean-Jacques Jarjanette.

Quant aux œufs halal, ils sont classés dans la catégorie des œufs standards provenant de poules élevées en cage. Une méthode décriée par nombre d’associations telles que la Protection mondiale des animaux de ferme (PMAF), qui n’hésite pas à parler de maltraitance et de torture de ceux qui sont élevés en batterie. Pourtant, en France, 80 % des poules élevées pour leurs œufs vivent en cage et les œufs standards représentent 71 % des ventes, en volume, en grande et moyenne distribution en 2009.

Un marché qui peut rapporter gros à l’avenir

Soit dit en passant, la religion musulmane préconise la bientraitance des animaux. La réflexion est lancée mais le débat sur la souffrance animale est loin d’être clos et il semble que le business passe avant tout. Le marché des œufs ne connaît pas la crise en France, c’est la crise même qui favorise la vente, comme le confirme le directeur marketing de Matines.

« Le marché était stable depuis des années, mais il est en forte progression depuis un an puisqu’on enregistre 6 % de croissance en volume. Ce sont les effets de la crise. Les produits contenant le plus de protéines sont la viande, le poisson et l’œuf, mais comme les consommateurs achètent de moins en moins de viande et de poisson, ils mangent forcément plus d’œufs, qui est la protéine de base et de référence la moins chère du marché », explique-t-il.

Les producteurs d'œufs halal n’ont donc pas de souci à se faire.
« C’est encore un petit segment qui représente un peu moins de 1 % de nos ventes d’œufs en général. Mais il progresse de 10 % par an et nous connaissons un pic d’activité pendant les fêtes religieuses ou les périodes comme le Ramadan », se réjouit M. Jarjanette, d’autant plus que ce marché reste « relativement peu bagarré ».

Jusqu’il y a peu, les œufs halal étaient inconnus du public, y compris musulman. Lancer un tel produit sur le marché n’est-il alors qu’une stratégie marketing ayant pour cible les consommateurs musulmans ? « Très clairement, oui », répond sans détour le directeur marketing de Matines. « La marque Al Tayba le prouve, il est évident que nous ciblons les consommateurs musulmans. On a simplement considéré qu’il y avait une attente, un besoin du côté des consommateurs musulmans du fait de leur religion et il nous a semblé naturel d’y répondre comme pour les autres besoins qu’on a pu identifier jusque-là », conclut-il.

Ramadan oblige, le halal s’affiche de plus en plus dans les rayons des supermarchés et fait recette. Les producteurs d’œufs ont pris note, ils ne devront plus tarder à se lancer sur ce créneau.





Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu