Connectez-vous S'inscrire






Archives

Le gouvernement palestinien au Parlement

| Samedi 17 Mars 2007

C’est aujourd’hui que le gouvernement palestinien d'union présente son programme au Parlement en vue de son investiture. Un programme qui aura pour tâche de résoudre la crise politico-financière et sortir les Palestiniens de l'isolement international.



Le CLP doit se réunir à 11H00

Le Conseil législatif palestinien (CLP), doit se réunir à 11H00 (09H00 GMT) à Gaza et devrait octroyer massivement sa confiance au nouveau gouvernement associant le Fatah du président Mahmoud Abbas et le Hamas du Premier ministre désigné Ismaïl Haniyeh.

Les nouveaux ministres devraient ensuite prêter serment à 17H00 (15H00 GMT). Une cérémonie similaire aura lieu le lendemain dans l'enceinte locale du CLP à Ramallah pour ceux d'entre eux contraints de rester en Cisjordanie en raison des mesures de restriction israéliennes.

Le Hamas disposera de 12 portefeuilles, dont celui de Premier ministre, octroyé au chef de cabinet sortant Ismaïl Haniyeh, sur 25 au total. Le Fatah en comptera six. Sept autres ministères, dont les Finances, les Affaires étrangères et l'Intérieur, ont été attribués à des personnalités considérées comme "indépendantes" ou relevant de petites formations.

Ils souhaitent étudier le programme du cabinet d'union

L'Union européenne et les Etats-Unis hésitent à reconsidérer leur boycottage économique et politique des Palestiniens, indiquant qu'ils souhaitent étudier le programme du cabinet d'union.

"Israël ne peut pas conférer une légitimité à ce gouvernement palestinien en coopérant avec lui, alors qu'il refuse les principes du Quartette (Etats-Unis, UE, ONU et Russie), et doit en revanche négocier uniquement avec Abou Mazen (Mahmoud Abbas)", a de son côté déclaré le vice-ministre de la Défense Ephraïm Sneh. Il a souligné que le gouvernement palestinien refusait de souscrire à ces principes, reconnaissance explicite de l'Etat d'Israël et des accords signés avec lui par les Palestiniens, et renoncement à la violence.

Selon le Quartette pour le Proche-Orient, le Hamas doit se plier à ces exigences, faute de quoi il continuera d'être considéré comme une "organisation terroriste" à laquelle il refuse de verser des aides directes.

Il faut aider Mahmoud Abbas et donner une chance aux partisans de la paix

«Nous devons reprendre l'assistance directe au gouvernement palestinien d'union nationale dès que celui-ci aura été investi», a déclaré, vendredi, le Premier ministre français Dominique de Villepin dans un discours à l'université de Harvard.

Il a également souhaité une reprise des projets de coopération «afin de recréer les conditions d'un véritable développement». «Il faut aider Mahmoud Abbas et donner une chance aux partisans de la paix en facilitant les évolutions au sein du Hamas», a-t-il dit.

Présentant quelques «pistes de réflexion» pour la paix au Proche-Orient et non le plan de paix annoncé un peu rapidement par son entourage, M. de Villepin a plaidé pour un «réengagement international dans un cadre précis». Il a ainsi souhaité qu'une conférence internationale se tienne «le plus rapidement possible» pour «fixer avec les parties le cadre d'un règlement».

M. Villepin a invité la communauté internationale à définir un calendrier incluant «des éléments de court terme» pour rétablir la confiance, comme la libération du caporal israélien Gilad Shalit, enlevé en juin dernier dans la bande de Gaza, le rétablissement par Israël des taxes au profit des Palestiniens et l'arrêt par ces derniers de leurs tirs de roquettes sur l'État hébreu, ainsi qu'un «cap pour le moyen terme».





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu