Connectez-vous S'inscrire






Archives

'Le futur président ne pourra être que différent de ceux qui l'ont précédé'

| Vendredi 13 Janvier 2006

Délaissant la place Beauvau, siège du ministère de l’Intérieur, Nicolas Sarkozy a choisi la salle Gaveau, habituellement réservée aux spectacles, pour adresser ses vœux de nouvel an à la presse. Alternant humour et attaque crispée, le ministre de l’intérieur a présenté les réformes institutionnelles qu’il compte mener si l’année 2007 le mène à l’Elysée.



Malgré la proclamation de son « attachement aux institutions de la Vème République », ce sont des réformes importantes et en profondeur qu’a proposé Nicolas Sarkozy lors de ses vœux à la presse, présentés salle Gaveau. Le ministre de l’Intérieur, s’adressant vraisemblablement à Jacques Chirac, a d’ailleurs prévenu : « Le futur président ne pourra être que différent de ceux qui l'ont précédé ».


Institutions

Souhaitant limiter à dix ans le mandat présidentiel, Nicolas Sarkozy a proposé que « le nombre de mandats présidentiels » soit « limité à deux », ajoutant que le président devrait « rendre plus régulièrement compte à la représentation nationale », en venant « expliquer directement sa politique aux parlementaires ».

« Il faut que le Parlement puisse débattre avec le gouvernement des orientations de la politique gouvernementale, et le cas échéant les amender » a poursuivi le ministre de l’Intérieur, proposant par ailleurs « que les parlementaires de la majorité, mais aussi de l'opposition, prennent une part active dans les nominations les plus importantes grâce à un mécanisme d'auditions publiques se concluant par un vote à la majorité qualifiée des commissions compétentes », prérogative jusqu’ici réservée au seul président de la République.

Concernant la fonction de premier ministre, « une nouvelle rédaction de la Constitution devrait prévoir que le Premier ministre coordonne l'action du gouvernement plutôt qu'il ne la dirige », tandis que le gouvernement ne devrait pas dépasser « une quinzaine de ministre pleins ».

Intérieur

S’agissant cette fois-ci de sa politique à l’Intérieur durant l’année 2006, Nicolas Sarkozy a annoncé la création d’une « réserve citoyenne de la police nationale », composée de citoyens volontaires appelés à « apporter leur contribution à la création d'une meilleure sécurité ». « Ils seront agréés par la police, porteront des signes distinctifs», et leur seraient attribuées «des missions de médiation, de relation avec la population, de sensibilisation à la loi et à la bonne conduite ».

Par ailleurs, un projet de loi sur l’immigration devrait être présenté courant février 2006, aboutissant à une « fixation d'objectifs chiffrés en matière de flux migratoire, déterminés en fonction des capacités d'accueil de la France ». Ainsi, seuls les « travailleurs qualifiés dont nous aurions besoin : étudiants, chercheurs, professeurs d'université» sont susceptibles d’être accueillis. En revanche, les titres de séjour ne pourront être délivrés que si « l'intégration républicaine [de l’étranger] dans la société française, appréciée en particulier au regard de sa connaissance de la langue française » est avérée, précisant toutefois qu’ « une femme immigrée clouée à son domicile ne pourra pas avoir droit au séjour », estimant que « cela va obliger un certain nombre de personnes à laisser les femmes apprendre notre langue», et «à intégrer notre société ».

La présentation des voeux à la presse aura été une occasion pour Nicolas Sarkozy de se forger un peu plus une stature présidentielle et d'attaquer directement le président Jacques Chirac. Pourtant, en souhaitant renforcer les pouvoirs du président, le ministre de l'Intérieur risque d'apparaître comme voulant s'accorder, s'il accède un jour à la présidence, les pleins pouvoirs.




Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu