Connectez-vous S'inscrire






Religions

Le féminisme islamique mondial tient congrès du 24 au 27 octobre 2008

Rédigé par Assmaâ Rakho Mom | Jeudi 23 Octobre 2008

Le féminisme islamique a son rendez-vous annuel. Pour sa troisième édition, le Congrès international du féminisme islamique se tiendra à Barcelone du 24 au 27 octobre 2008. L'occasion pour les organisateurs d'axer les interventions sur "les problèmes des femmes musulmanes à l'ère de la globalisation".



Le féminisme islamique mondial tient congrès du 24 au 27 octobre 2008
Organisé par la Junta Islamica section catalane, le IIIème Congrès international du féminisme islamique se tiendra cette année du 24 au 27 octobre. Contexte de crise oblige, les organisateurs ont anglé les interventions sur les difficultés rencontrées par la femme musulmane au sein d'un monde globalisé, ainsi que sur les conséquences engendrées par les codes des statuts personnels dans le monde arabo-musulman.

"Nous analyserons la réponse donnée par les féministes musulmanes au sujet de cette situation, et leur contribution à la construction d'une nouvelle société civile, basée sur une culture des droits de l'homme et des valeurs universelles telles que la démocratie, la justice sociale, la liberté de conscience ou l'égalité des sexes", soulignent les organisateurs.

Amina Wadud dirigeant la prière du vendredi à New York, le 18 mars 2005
Amina Wadud dirigeant la prière du vendredi à New York, le 18 mars 2005
Une vingtaine d'intervenants devraient être présents durant ces quatre jours. Parmi eux figurent Bouthaina Shaaban, ministre syrienne des émigrés, Margot Badran, chercheuse au centre Al-Waleed bin Talal for Muslim-Christian Understanding à l’Université de Georgetown, ou encore Amina Wadud, figure emblématique du féminisme musulman et universitaire américaine. Vendredi dernier 17 octobre, Amina Wadud a d'ailleurs à nouveau brisé un tabou. Pour la première fois en Europe, dans la ville britannique d'Oxford, celle-ci a dirigé la prière collective et mixte du vendredi. La prière a eu lieu à l'Oxfordshire Masonic Center devant un groupe restreint d'une quinzaine de personnes.

"Il n'y a rien dans le Coran ou les hadiths qui m'interdit de le faire", a déclaré Amina Wadud vendredi dernier au Guardian, ajouant : "Ce n'est pas un mouvement, c'est juste une réalité."

Cité par le Guardian, Rawand Osman, 25 ans, est venu de Birmingham : "C'est bon pour la psychologie des hommes musulmans de commencer à voir des femmes à ces postes", a-t-il déclaré Un petit groupe de femmes musulmanes brandissaient des pancartes à l'entrée du lieu de prière. L'une d'entre elles, Maryam Ramzy, a estimé devoir "parler pour les arrêter".

Trois ans plus tôt, le 18 mars 2005, Amina Wadud avait défrayé la chronique et entraîné la réprobation de nombreux savants musulmans à travers le monde en dirigeant pour la première fois à New York la prière du vendredi devant un groupe mixte d'hommes et de femmes.





Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu