Connectez-vous S'inscrire






Débats Interactifs

Le don d’organes en islam

Rédigé par Saphirnews | Vendredi 23 Juin 2006

Chacun d’entre nous doit le savoir : le don d’organes peut sauver des vies. Suite à la journée nationale de réflexion sur le don d'organes et la greffe, la question se pose dans le paradigme islamique. Peut on être donneur ou recevoir en greffe tous types d’organes, dans quelles circonstances et sous quelles conditions ?


Invité(s) : Azzedine Gaci 
Présentation : 
Azzedine Gaci est président du Conseil régional du culte musulman Rhône-Alpes. Il vient de traduire et de publier, sur le site du CRCM de sa région http://www.crcm-ra.org , les décisions de l’Académie du droit musulman (al-Majma’ al-fiqhî al-islâmî) basée à La Mecque et affiliée à la Ligue islamique mondiale (Râbita al-‘alam al-islâmî) et du Conseil international de jurisprudence basé à Jeddah, en Arabie Saoudite, affilié pour sa part à l’Organisation de la Conférence islamique (OCI) sur la transplantation d’organes, que le donneur soit mort ou vivant. 

 
 
 
Question de Mélissa : 
Assalam, en ce moment, il y a des campagnes pour donner son sang. On peut le donner sans aucunes conditions ? Merci. 
Réponse d’Azzedine Gaci : Salam, en effet, il y a actuellement une campagne sur le don de sang. Le musulman en bon citoyen a le devoir (dans la limite de ses possibilités) de participer à cet élan de solidarité. Les savants musulmans dans leur immense majorité se sont exprimés en faveur du don du sang, que le receveur soit musulman ou pas, et n’oublions jamais les paroles du Prophète (PSL) : « Le meilleur des hommes est le plus utile aux hommes » (hadith). 

Question de parfait.gentil : 
Salam, M. Gaci est intègre et dévoué pour sa communauté (que Dieu le protège et le récompense), sans doute très compétent pour nous parler de la situation du CFCM. Par contre, je ne comprends pas quelle est sa légitimité pour un mathématicien plus engagé sur les questions politiques intracommunautaires que sur les questions de fiqh liées à l’éthique de la santé à intervenir comme spécialiste dans ce domaine alors qu’il existe des associations spécialisées (ex. : AMAF Association médicale Avicenne en France http://wwww.amaf.org ), des médecins et même des savants (cheikh Zakaria Seddiki) confrontés à ces questions toute l'année qui pourraient y répondre. 

Réponse d’Azzedine Gaci : Je comprends parfaitement ta réaction. Je voudrais cependant apporter quelques informations : 
1. Je ne suis pas mathématicien mais physicien (docteur en physique) et enseignant-chercheur dans une école d'ingénieurs à Lyon. 
2. Je suis impliqué dans les question liées au fiqh (droit musulman) depuis plus de 10 ans. En effet, je fais le prêche du vendredi (khotba) à la mosquée Othmane de Villeurbanne depuis 1988. 
3. Je donne des conférences (liées à la pratique du culte musulman) à travers la France (et même à l’étranger) depuis 1998. 
4. J’ai participé à l’élaboration de la nouvelle traduction du Coran (Éditions Tawhid) il y deux ans où j’ai rédigé les notes de bas de page et le glossaire. 
5. J’ai traduit toutes les fatwas du Conseil européen de la fatwa (voir site du CRCM Rhône- Alpes) et certains autres conseil du droit musulman. 
6. Je suis enseignant de : usul al-fiqh (fondements du droit musulman), sciences des hadiths et sciences du Coran à l'institut ETIC de Villeurbanne. 
7. J’ai des contacts avec la plupart des musulmans qui s’intéressent à l’élaboration d’un fiqh en phase avec le contexte européen, notamment ceux que vous avez cités. 

Question de Mead : Salem alaikum cher frère. Je voudrais tout simplement savoir si le don d’organe (donneur ou receveur) est autorisé en islam et quels sont les passages du Coran ou hadith sur lesquels vous vous basez pour le corroborer ? Merci. 

Réponse d’Azzedine Gaci : Il n’y a pas de versets coraniques ou de hadiths du Prophète (PSL) qui parlent de don d’organes. Il s’agit d’une technique nouvelle que les médecins ont mis au point pour sauver des vies humaines. L’islam autorise le don d’organes pour sauvegarder une vie humaine, ou améliorer considérablement l’existence d’un malade en remédiant à des astreintes très éprouvantes, comme les séances répétées de dialyse. 
Les savants musulmans (indépendamment de leurs écoles de pensée) sont très favorables au don et à la greffe d’organes quand celle-ci est accomplie sous une forme éthiquement acceptable, que le donneur soit mort ou vivant, et que le receveur soit musulman ou pas (pour plus de détails, voir le site du CRCM Rhône-Alpes : crcm-ra.org). 
Il n’y a pas un texte (Coran ou hadith) qui interdit le don d’organe. Or il y a une règle juridique très connue qui dit : « À l’origine de toute chose est la permission. » 
Par ailleurs, le Coran appelle à une véritable culture de la vie : « Quiconque sauve la vie d’un seul être humain est considéré comme ayant sauvé la vie de l’humanité tout entière ! » (Coran 5/32). 

Question de hosnione : Assalamou ‘laikoum. L’autopsie n’est-elle pas considérée comme une profanation du sacré ? Les expériences sur des défunts, en médecine, sont-elles acceptées? Peut-on donner ou recevoir un organe d’un athée? Le don du sang, est-il considéré comme un don d'organe ? Oua choukran jazilan. 

Réponse d’Azzedine Gaci : Salam, il y a plusieurs questions à la fois. Vous trouvez des réponses à ces questions sur le site : crcm-ra.org Fraternellement. 

Question de Sarah : Salam. Je voudrais savoir ce que dit l’Islam sur le don d’organe. Merci de me répondre. Salam. Sarah 

Réponse d’Azzedine Gaci : Salam, il y a une réponse très détaillée sur cette question sur le site du Conseil régional du culte musulman de la région Rhône-Alpes. Voir crcm-ra.org 

Question d’Inès : Bonjour. Existe-t-il des trafics sur le don d’organes en France et dans les pays musulmans ? 

Réponse d’Azzedine Gaci : Salam. Il y aurait effectivement un trafic de don d’organes dans les pays de l’Est notamment. En islam, le corps de l’être humain est inviolable. C’est pourquoi il est strictement interdit de faire le commerce d’organes d’origine humaine : le prélèvement et la greffe d’organes sont valables dans le seul cas où ils sont pratiqués sans but commercial et lucratif. Les organes doivent donc être mis gratuitement à la disposition des établissements médicaux. 

Question de Bob : Salam alaykum. Depuis quand le don d’organe existe-t-il ? 

Réponse d’Azzedine Gaci : Salam. La transplantation d’organes n’est plus une science expérimentale. On obtient aujourd'hui de très bons résultats. Plus de 30 000 malades ont été transplantés en France depuis 1968. 

Question de Banda : Le don d’organe est-il permis dans l’islam ? Notre corps n’est-il pas un dépôt dont nous ne pouvons disposer comme bon nous semble ? 

Réponse d’Azzedine Gaci : Salam, effectivement, le corps de l’être humain est un dépôt (et don inviolable). Mais la sauvegarde de la vie humaine fait partie des cinq fondamentaux (dharouriyât) ou universaux définis par les usûli (spécialistes des fondement du droit musulmans) et notamment l'imam al-Shâtibi et qui sont : la religion, la vie, la raison, la filiation et les biens. 
Quand on doit sauver une vie, on peut avoir recours à ce qui est habituellement considéré comme interdit. Dieu dit : « Quiconque sauve la vie d’un seul être humain est considéré comme ayant sauvé la vie de l’humanité tout entière ! » (Coran 5/32). 

Question de Rachid : Salam. Y a-t-il divergence des oulémas sur le don d’organe ou ce n’est qu’une méconnaissance du sujet de la part des musulmans ? Merci. 

Réponse d’Azzedine Gaci : Salam, l’immense majorité des savants y sont favorables s’il s’effectue dans des conditions éthiquement acceptables (voir les autres questions). 

Question de Riri : Bonsoir. Les structures médicales dans les pays du tiers monde permettent-elles d’effectuer des dons d’organes ? 

Réponse d’Azzedine Gaci : Salam, je ne sais pas vraiment mais il me semble que oui. En tout cas, dans certain pays dits du tiers monde, cette technique est en pointe. 

Question de Nono le petit robot : Bonsoir. L’éthique musulmane va-t-elle à l’encontre du don d’organe ? Bonsoir à vous et aux saphiriens. 

Réponse d’Azzedine Gaci : Salam, absolument pas. Bien au contraire. L’Académie du droit musulman basée à la Mecque (affiliée à la Ligue islamique mondiale, le Conseil international de jurisprudence (affilié à l’Organisation de la Conférence islamique - OCI) et le Conseil européen de la fatwa sont favorables la transplantation d’organes quand il est accompli sous une forme éthiquement acceptable (voir le site : crcm-ra.org). 

Question de Goldorak : Quel organe est le plus sollicité pour les dons ? 

Réponse d’Azzedine Gaci : Salam, en l’an 2000, 3 211 greffes ont été réalisées en France, dont 1 924 greffes de rein, 806 de foie, 328 de cœur, 70 de poumons, 54 de pancréas et 4 d'intestins. 

Question d’oMAR : Salam aleykom je voulais reprendre la question de l’introduction. Peut-on être donneur ou recevoir en greffe tous types d’organes, dans quelles circonstances et sous quelles conditions ? Barakara'o fik pour votre réponse et qu’Allah nous guide et nous protège. 

Réponse d’Azzedine Gaci : Salam, je pense avoir déjà répondu à cette question. Je voudrais juste rapeller que la loi en France a changé : en cas d'accident mortel, on peut utiliser un de tes organes sauf si de ton vivant tu as formulé par écrit (testament) ton opposition. Autrement dit, l’absence de testament est considéré comme un accord implicite au prélèvement d’organe. 
Par ailleurs, si, de son vivant, une personne a exprimé par écrit (testament) sa volonté de faire don d’un de ses organes après sa mort, ce testament est souverain et doit être exécuté. Les héritiers du défunt n’ont pas le droit d’apporter des modifications à ce testament car la volonté de la personne décédée prime sur celle des proches. En tout cas, il faut en parler en famille. 

Question de Fouad : Salam, Azzedine Gaci. Peut-on donner ce qui ne nous appartient pas ? Merci à vous. 

Réponse d’Azzedine Gaci : Salam, quand il s’agit de sauver une vie humaine, oui. Il s’agit d’une nécessité.

Question de Sailor moon : Dans quel cas de figure le don d’organe peut-il être interdit par l’islam. Barakallahou fik. 

Réponse d’Azzedine Gaci : Salam, à titre d'exemple, il est interdit de transférer un organe vital comme le cœur d’une personne vivante au profit d’une autre personne. Il est également interdit de transplanter les organes génitaux porteurs de caractères héréditaires qui se transmettent de père en fils. 

Question de Histoire sans fin : Bonsoir. Y a-t-il des organes interdits pour le don d’organe ? 

Réponse de Azzedine Gaci : Salam. Absolument. Le don d’organes génitaux est interdit en islam. En effet, les glandes génitales renferment des cellules germinales souches qui donnent naissance aux ovules et aux spermatozoïdes et sont, de ce fait, porteuses de caractères héréditaires qui se transmettent de père en fils. Aussi leur transplantation entraine-t-elle inéluctablement le mélange de filiations que l’islam ne cesse de combattre. C’est pourquoi ce type de greffe est strictement interdit en islam. 

Question de Gigi : Bonsoir, M. Gaci. J’ai une question à vous poser. D’un point de vue du droit musulman, y a t-il une distinction entre le don d’organe prélevé sur une personne vivante et celui sur une personne morte.... ? 

Réponse d’Azzedine Gaci : Salam, il y a effectivement une différence. Il n’y a aucun problème à transferer les organes d'une personne morte au profit d’une personne vivante (sauf en ce qui concerne les cas déjà cités). Par contre, il est interdit de prélever un organe d’une personne vivante, si ce prélèvement peut perturber une fonction essentielle pour sa survie, même si celle-ci n’en dépend pas, comme le prélèvement des deux cornées par exemple. 

Question de Steph : L’incinération est-elle licite en islam ? 

Réponse d’Azzedine Gaci : Salam, l’incinération est interdite en islam. 

Question d’Alioun : M. Gaci, quelle relation voyez-vous entre le don d’organe et l’avortement ? 

Réponse d’Azzedine Gaci : Salam, le don d’organe permet de sauver une vie. L’avortement met fin à la vie. La différence est radicale. Cela dit, dans certains cas, l’avortement peut devenir obligatoire, lorsque la vie de la mère est en danger par exemple. 

Question de Jean : Des organes d’animaux peuvent-ils être greffés à des êtres humain ? Salam. 

Réponse d’Azzedine Gaci : Salam. Il a déjà été prouvé l’intérêt de la greffe des cellules animales (xénogreffe) qui a été testée sur un grand nombre d’animaux. La xénogreffe dont on aurait maitrisé le rejet semble donc très prometteuse d’après les médecins et les chercheurs. 
Pour les musulmans, le problème se pose lorsque l’animal en question est le porc. Il y a divergence chez les savants en ce qui concerne cette question. Les savants qui y sont favorables ne l’autorisent qu’en cas d'extrême nécessité (dharoura). 

Question de Bernard : Quelle est la position des savants musulmans sur le clonage ? Merci au site Saphirnews pour ce débat. 

Réponse d’Azzedine Gaci : Salam, il faudra organiser un débat là-dessus. Pour être bref, il y a consensus (ijmâ’) chez les savants musulmans ce qui concerne le clonage de l’être humain. 

Question d’Aïcha : Assalam, M. Gaci. Moi, je suis jeune et je suis musulmane donc je ne me sens pas encore concernée par le don d’organe. Mais est-ce qu’il y a des cas dans l’islam où l’on ne peut pas recevoir d’organe ? 

Réponse d’Azzedine Gaci : Salam, tout le monde doit se sentir concerné par le don d’organe et notamment les jeunes. La mort ne prévient pas et personne n’est à l’abri d’un accident mortel. Et c’est précisément dans ces situations où l’on peut utiliser les organes de la personne morte (mort cérébrale). 

Question de Salima : Est-ce qu’un musulman peut donner ses organes à des gens qui sont foncièrement opposés à l’islam ? 

Réponse d’Azzedine Gaci : Salam, beaucoup de savants y sont favorables. Quand il s’agit de sauver une vie, on ne doit demande ni la nationalité, ni la religion, ni le CV du receveur. 

Question de Mister : Est-ce qu’il y a des cas où l’on ne peut pas donner d’organes dans notre religion ? Moi, je vous encourage et je suis tout à fait avec vous. 

Réponse d’Azzedine Gaci : Salam, il me semble que j’ai déjà répondu à cette question. En tout cas, le don d’organes est interdit lorsqu’il met la vie du donneur en danger. Par ailleurs, le don d’organes sexuels porteurs de caractères héréditaires qui se transmettent de père en fils est interdit. 

Question de Paul du 75 : Le don d’organe me semble un peu naturel puisque l’islam est pour protéger la vie. Mais j’ai quand même une question : la transfusion sanguine est-elle autorisée en islam ? 

Réponse d’Azzedine Gaci : Salam, en fait, les savants musulmans assimilent le don de sang au don d’organes. Ils considèrent le sang comme un organe au même titre que les autres organes, même si les médecins font une distinction entre les deux. 

Question de Musique : M. Gaci, j’ai lu ce que vous écrivez et je suis surpris de savoir que des musulmans s’intéressent à ce sujet... Est-ce qu’il y a des associations musulmanes qui s’occupent du don d'organes. S’il y en a, j’aimerais les connaitre... 

Réponse d’Azzedine Gaci : Salam, il y a par exemple une association de médecins musulmans qui s’appelle AMAF (Association médicale Avicenne en France). Elle dispose d’un site Internet : http://wwww.amaf.org que je vous invite à visiter. 

Question de Sliman : Assalam, mon frère Gaci. Je suis très content de lire ce que vous répondez parce que c’est très très intéressant... Que pensez-vous des Témoins de Jehovah qui refusent la transfusion sanguine ? 

Réponse d’Azzedine Gaci : Salam, nous n’avons pas la même conception de la vie. En islam, la vie de l’être humain est sacrée depuis le début de la conception jusqu’au dernier souffle. Mais sauver une vie humaine est aussi une obligation en islam. Dieu dit : « Quiconque sauve la vie d’un seul être humain est considéré comme ayant sauvé la vie de l’humanité tout entière ! » (Coran 5/32). Quand il s’agit de sauver une vie humaine, ce qui est à l’origine interdit devient permis. C’est d'ailleurs pour cette raison que le suicide est interdit en islam. 

Question de Mimoun de Lyon : Je dis bonjour à toutes celles et tous ceux de Lyon et j’aimerais poser une question. En fait, je veux demander un conseil à cheikh Gaci. Est-ce qu’il est autorisé de donner son corps entier à la médecine ? Qu’en pensez-vous ? 

Réponse d’Azzedine Gaci : Salam. Pour l’islam, la vie est sacrée et le corps humain est inviolable. On n’a pas le droit de faire de son corps ce que l’on veut. Mon corps ne m’appartient pas, c’est un dépôt de Dieu. 

Question de Leila : Est-ce qu’il est possible pour une musulmane comme moi de se faire incinérer ? Une autre question. Ma fille, la grande, est bouddhiste et elle pense qu’il faut penser à l’incinération, y compris pour nous, musulmanes. Qu’en pensez-vous, M. Gaci ? Je suis très contente de pouvoir poser cette question ce soir et je remercie les organisateurs de ce chat. Merci et bonne soirée à tout le monde. Leila. 

Réponse d’Azzedine Gaci : Salam, ce n’est pas le sujet d’aujourd'hui, mais l’incinération est interdite en islam. C’est d’ailleurs un sujet d’actualité car on reçoit de plus en plus de questions dans ce sens. Il faudra demander aux responsables de Saphirnews d’organiser un débat là-dessus.





Dans la même rubrique :
< >

Mardi 25 Septembre 2007 - 21:19 La Oumra ou le 'petit pèlerinage'

Mardi 25 Septembre 2007 - 20:41 Le mois de ramadan à l'île de La Réunion


Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu