Connectez-vous S'inscrire






Archives

Le contrat première embauche adopté par le Sénat

| Mercredi 1 Mars 2006

C’est dans la nuit de mardi à mercredi que le projet de loi sur l’égalité des chances, créant le CPE (Contrat première embauche) a été adopté par le Sénat. « Nuisible économiquement, socialement, politiquement », selon les propos d’un sénateur socialiste, le projet est tout de même passé à une large majorité, relançant du même coup la mobilisation contre le CPE.



Le 9 février dernier, c’était l’Assemblée nationale qui, sans débats et en s’appuyant sur l’article 49-3 sollicité par le premier ministre Dominique de Villepin, adoptait le projet de loi sur l’égalité des chances et par la même le CPE. Dans la nuit de mardi à mercredi, ce fut au tour du Sénat de l’adopter, le rendant ainsi définitif. C’est l’article 3 bis de ce projet de loi qui instaure le contrat première embauche, et cet article a recueilli 172 voix favorables contre 142, le parti UDF de François Bayrou ayant voté, avec les socialistes, contre cet article.

Près de 80 amendements ont été déposés par l’opposition incarnée par le PS, l’UDF, le PCF et les radicaux de gauche. Tous ont été systématiquement rejetés à la majorité des voix. Pourtant, la mobilisation en opposition à ce projet de loi continue et la date du 7 mars 2006 devrait en incarner le sommet, puisque c’est ce jour-là que tous les syndicats et autres organisations lycéennes et estudiantines ont choisi pour être la grande journée de manifestations qui devrait faire reculer le gouvernement.

Rappelons que le contrat première embauche est un contrat de travail institué pour les jeunes de moins de 26 ans travaillant dans des entreprises de plus de 20 salariés. Malgré le statut de contrat à durée indéterminée (CDI) qui lui est dévolu, le CPE est assorti d’une « période de consolidation » de 2 ans durant laquelle les patrons peuvent licencier le jeune sans invoquer de motif.





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu