Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Le chroniqueur du 'Soir d'Algérie' condamné à six mois de prison ferme

| Jeudi 2 Mars 2006



La cour d'Alger a confirmé, mercredi, le verdict prononcé la semaine dernière par le procureur de la cour d'Alger qui examinait, en appel, le procès pour outrage au président algérien. Procès intenté par le ministère public, au chroniqueur du "Soir d'Algérie" Hakim Laâlam et au directeur de ce même journal, Fouad Boughanem.
Hakim Laâlam, lauréat du prix Benchicou de la Plume libre 2005, a été condamné à six mois de prison ferme, tandis que Fouad Boughanem a été relaxé.
La demande du procureur de la république de l'aggravation de la peine de Hakim Laâlam de six mois de prison avec sursis en six mois ferme a été acceptée.
"Au moment où on libère et on gracie des terroristes islamistes, on continue à vouloir emprisonner les terroristes de la plume", commentait jeudi Hakim Laâlam joint par Associated Press.
Le chroniqueur du "Soir", qui précise que l'affaire est à présent, en dernière instance, entre les mains de la cour suprême, a estimé qu' "au regard de ce qui se passe en Algérie, on assiste impuissant à une 'théocratisation' de la société qui ne dit pas son nom".
Pour sa part, Fouad Boughanem considère que "l'acharnement judiciaire contre la presse se poursuit avec visiblement, une volonté de donner un nouveau tour de vis". Selon lui, la peine infigée à son chroniques "démontre que les journalistes sont devenus les ennemis publics numéro un, à l'heure où le pouvoir n'en finit pas de faire les yeux doux à ceux qui ont mis le pays à feu et à sang pendant dix ans".
L'affaire remonte au 21 août 2003, date à laquelle a été publiée une chronique de Hakim Laâlam intitulée "La fessée" au journal Liberté, par solidarité avec le Soir d'Algérie, alors sous le coup d'une suspension.




Loading














Recevez le meilleur de l'actu