Connectez-vous S'inscrire






Religions

« Le blasphème m’a toujours choqué, même dans un Etat laïc »

Rédigé par Propos recueillis par Fouad Bahri | Vendredi 9 Mars 2007

Député UMP d’Alsace-Moselle, François Grosdidier a fait le déplacement, le week-end dernier, pour la journée sur la formation professionnelle organisée par l’association AAJB. Nous l’avons interrogé sur les problèmes d’orientations rencontrés par les jeunes, mais aussi sur sa politique vis-à-vis de l’islam et son soutien à Nicolas Sarkozy.



« Le blasphème m’a toujours choqué, même dans un Etat laïc »

Saphirnews.com : Quelle politique avez-vous menée dans votre région sur les questions de formations professionnelles et d’orientation des jeunes ?


François Grosdidier : Nous avons une situation où de nombreux jeunes ne parviennent pas à s’insérer professionnellement et en même temps, il existe des branches professionnelles entières en pénurie de main-d’œuvre. Il y a là vraiment une inadéquation entre l’orientation et la formation, et l’emploi.

Notre société a connu, sur ce sujet, des débats théologiques avec une éducation nationale qui veut former avant tout des citoyens avant de former des salariés et qui refusait toute influence du secteur économique.

Effectivement, l’école a vocation à former des citoyens autour d’un socle de connaissances qui lui permette une certaine polyvalence, mais en même temps, un citoyen n’est pleinement accompli que lorsqu’il vit des fruits de son travail. Les jeunes doivent s’orienter en fonction des débouchés à la sortie de l’école. C’est précisément l’intérêt d’une telle journée, ouvrir un espace de rencontre entre ces jeunes et les professionnels de l’entreprise.

Y a-t-il suffisamment de centres de formation qualifiés en Alsace Moselle ?


F.G : Globalement, je pense que oui. Le paradoxe est que certains lycées professionnels dans les bassins industriels qui formaient dans les secteurs techniques, avec 90 % de débouchés à la sortie, avaient du mal à recruter. Certaines filières ont même été fermées faute de recrutement en amont. La raison en est le problème d’orientation. Peut-être aussi que les employeurs ne font pas assez d’efforts de séduction, et que les préjugés sur les métiers manuels sont très ancrés, alors que ces métiers ont fortement évolué. Par exemple, la mécanique de précision permet à des ouvriers de gagner plus que certains professeurs à la sortie de l’IUFM.

On sait qu’au sein de l’UMP, il existe plusieurs sensibilités politiques, les gaullistes, les souverainistes, les libéraux… A laquelle de ces familles vous rattachez-vous ?


F.G : Je suis très gaulliste sur le plan de la politique internationale et sur le plan social, avec l’idée de dépasser le clivage de classe, et d’associer le capital au travail afin de ne pas opposer les salariés à l’entreprise. Par contre sur le plan de l’organisation de la société, je suis très décentralisateur.

Globalement, entre la gauche démocratique et la droite républicaine, il y a le même attachement et le partage de valeurs de solidarité, de liberté, d’égalité des chances, de respect des droits individuels et d’une conscience universelle.

Le clivage se fait sur la responsabilité. Il y a une propension à gauche à reporter sa responsabilité sur le manque de moyens, sur la mondialisation ou la société. En ce qui me concerne, lorsqu’une chose que j’ai mise en œuvre ne fonctionne pas, j’en prends ma responsabilité. Sur la délinquance, également, il ne faut pas exonérer les individus de leur responsabilité.

Vous aviez déposé, il y a quelques mois, un projet de loi condamnant l’expression du blasphème. Le député/maire du raincy (93) Eric Raoult avait fait la même chose. Certains dénoncent là une volonté de récupération politique…


F.G : Pour l’instant, il faut reconnaître que nous sommes extrêmement minoritaires à défendre ce projet de loi. Moi, le blasphème m’a toujours choqué, même dans un Etat laïc, lorsqu’il relevait de la provocation et de la blessure. La loi de 1881 sur la liberté de la presse n’autorise pas tout. Elle est limitée notamment par la diffamation, l’injure et l’incitation à la haine fondées sur une appartenance religieuse ou raciale.

Puisque les textes de lois existent, pourquoi avoir proposé ce nouveau texte ?


F.G : Car les textes de loi sont mal appliqués. L’assimilation du Prophète et donc de tous les musulmans au terrorisme est une assimilation raciste. Tout comme Dieudonné a été condamné pour ses propos sur les Juifs, de la même façon, Charlie hebdo doit, à mon avis, être condamné.

Vous soutenez la candidature de Nicolas Sarkozy à la présidentielle. Comment réagissez-vous à ses récentes déclarations présentant les musulmans comme ceux qui égorgent leurs moutons dans leurs baignoires, pratiquent l’excision et la polygamie ?


F.G : Non. Parler d’un problème, même minoritaire, ce n’est pas stigmatiser. Dans ma ville, où il doit y avoir un tiers de la population qui doit être maghrébine ou turque, j’ai à verbaliser chaque année, une ou deux personnes, pour interdire l’égorgement dans le jardin. Cela fait du 1/1000.

Nicolas Sarkozy est le premier homme politique à avoir brisé le tabou de la loi de 1905 en disant que cette loi qui entretenait tout les lieux de cultes antérieurs à 1905, n’était pas adaptée aux musulmans, venus massivement en France à partir des années 50.
Il a pris un risque considérable vis-à-vis de tout un électorat de droite près à rappliquer chez le Pen ou De Villiers.

Il y a la perception des musulmans de France mais il y a aussi la perception de cet électorat. Le propos de Sarkozy est de dire « les musulmans ont des droits mais ils ont aussi des devoirs. » Quant j’ai souhaité introduire l’islam dans le droit concordataire, j’ai eu les mêmes critiques. Dans le café du commerce, les gens me disaient, « vous avez tort, vous allez finir par accepter qu’on égorge les moutons n’importe comment, par accepter l’excision ! ». Il s’agit donc de dire à l’ensemble des Français, on veut l’égalité des droits mais en même temps on ne transige pas sur l’égalité des devoirs.





Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu