Connectez-vous S'inscrire






Culture & Médias

Le 'Time' se penche sur la classe moyenne musulmane européenne

Rédigé par Assmaâ Rakho Mom | Lundi 4 Février 2008

"Pour les musulmans européens, l'ère de l'après 11 septembre 2001 a été à la fois la meilleure et la pire des époques", constate d'entrée le Time magazine dans le dossier qu'il consacre ce mois-ci à la classe moyenne musulmane européenne. Guerre en Irak, islamophobie, radicalisme musulman, tous les ingrédients sont réunis pour faire de la minorité musulmane européenne une minorité crainte et en permanence suspectée.



Couverture du Time Magazine du mois de février
Couverture du Time Magazine du mois de février

Réseaux

Pourtant, rappelle le Time sous la plume de Carla Power, un sondage Gallup réalisé en 2007 viendra révéler que les musulmans européens se définissent d'abord et en majorité comme des Français, des Britanniques ou des Allemands. Et puis, cette ère de l'après 11 septembre a vu apparaître une autre tendance, celle de l'émergence d'une classe moyenne musulmane.

"Les enfants de migrants ont commencé à passer des petites épiceries des coins de rues et des usines aux bureaux des étages supérieurs des entreprises" formule joliment le Time, qui constate la naissance de plusieurs réseaux. Ainsi, en Grande-Bretagne, c'est au sein d'Emerald Network qu'on s'échange les cartes de visite, tandis qu'en Hollande, Toward a New Start (Vers un nouveau départ), regroupe des personnes d'origine marocaine qui, selon les propres termes de son fondateur Ahmed Larouz, sont "le genre de gens qui disent : 'Je veux être chef de la direction de Philips'".

A Paris, le réseau où il faut être vu, et qui regroupe cadres, entrepreneurs et autres étudiants, s'intitule Les Dérouilleurs, un réseau que Saphirnews a été le premier média à découvrir et à faire connaître. D'ailleurs, la livraison mensuelle du Time consacre à ce réseau et à son fondateur, Zoubeir Ben Terdeyet, une pleine page.

'Guerre des talents'

"Tandis que les magazines continuent de faire leurs gros titres sur les 'jihadis', la grande majorité des musulmans passent leur temps, comme les autres Européens, au travail. La guerre contre le terrorisme peut créer des tensions pour les musulmans européens, mais dans les villes et les secteurs mondialisés, la guerre des talents contribue à leur donner leur chance", poursuit le Time. Et le magazine de souligner le fait que, à Londres comme à La Défense, les lieux de prière ne s'emplissent plus seulement des personnels de service ou des concierges, mais aussi de cadres pressés, "d'avocats, de comptables et de banquiers".

Mais "pour de nombreux musulmans européens, la réussite professionnelle rime avec compromis", rappelle le dossier du Time. Préjugés, discrimination, méfiance, l'Europe de l'après 11 septembre confond allègrement musulman et terroriste.

Et "nulle part ailleurs, la tension entre travail et foi n'est plus prononcée qu'en France", car la "laïcité veut que la religion soit cantonnée à la sphère privée". Mais "même s'il y a encore beaucoup de chemin à parcourir, explique Zoubeir Ben Terdeyet, le fondateur du réseau Les Dérouilleurs, il est possible de réussir en France sans pour autant renoncer à ses principes islamiques".

Par ailleurs, Saphirnews, premier quotidien musulman d'actualité en langue française, a également suscité la curiosité des journalistes du Time qui, durant leur enquête, en sont venus à en interviewer l'un des fondateur et directeur de la rédaction Mohammed Colin. "La principale difficulté réside pour nous dans la visibilité", a expliqué ce dernier, précisant qu'il est "impensable, en France, d'apercevoir une femme musulmane voilée dans une publicité, et rare d'en voir une au travail".

Alcool

Si "en Grande-Bretagne, les musulmans ne sont pas confrontés à la laïcité, ils doivent faire face à une tradition locale tenace : la consommation d'alcool. 'Le pub est un lieu important pour la mise en relation et pour la constitution d'un réseau dans la culture britannique', précise un expert comptable londonien Asim Siddiqui". Ce dernier a donc fondé le réseau City Circle, un réseau où se retrouvent les musulmans Britanniques au sortir du bureau pour discuter littérature ou musique autour d'une tasse de thé.

"Ces observations révèlent un amère dilemme. Beaucoup de musulmans, en particulier en Grande-Bretagne, se sentent pris entre le diable et la mer d'un bleu profond. S'ils critiquent les radicaux, ils sont accusés de retourner leur veste, et s'ils critiquent le gouvernement, ils sont taxés d'antipatriotisme", souligne le Time. A titre d'exemple, le magazine rapporte l'épisode qui a vu, l'an dernier, un groupe de musulmans envoyer une lettre ouverte au Premier ministre Tony Blair lui signifiant que "la politique étrangère britannique alimentait l'extrémisme". Aussitôt qualifiée de "stupide et dangereuse", la missive avait soulevé les critiques de plusieurs ministres.

Défi

Dans ce contexte, le défi pour l'Europe consiste à faire en sorte que les retombées du terrorisme n'entrainent une stigmatisation systématique de "professionnels pacifiques", selon les propres termes du Time.

Pour lire le dossier du Time dans son intégralité (en anglais) :

http://www.time.com/time/magazine/article/0,9171,1708113-1,00.html





Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu