Connectez-vous S'inscrire






Cinéma, DVD

Le Sac de farine : être femme et choisir sa vie

Rédigé par | Mercredi 12 Mars 2014



Le Sac de farine : être femme et choisir sa vie
Sarah, fille d’une dizaine d’années, croit au bon Dieu et se confesse trois fois par semaine. Déjà pétrie de sentiment de culpabilité à un si jeune âge ? Mais c’est surtout pour combler sa solitude de petite fille pensionnaire dans une école de sœurs catholiques en Belgique.

Un beau jour, son père (Smaïn Fairouze), dont elle semble n’avoir aucun souvenir, se présente à l’institution. Il lui annonce qu’il vient de se remarier et qu’il l’emmène à Paris. Une nouvelle vie pour la petite Sarah va-t-elle commencer ?

Mise sous somnifère pour qu’elle ne tombe prétendument pas malade durant le trajet en voiture, Sarah se réveille sous un matin ensoleillé en 1395. C’est l’année hégirienne qu’elle lit sur le calendrier de sa chambre. Car Sarah est au village natal, au Maroc. Son père la confie à sa sœur Yasmine (Hiam Habbas), la tante de Sarah, une femme courage, aimante qui va élever Sarah comme sa propre fille. Le père, lui, retournera en France.

« C’est l’histoire d’un rapt », pose d’emblée la réalisatrice Kadija Leclere, belge d’origine marocaine, qui s’est en partie inspirée de sa propre histoire pour réaliser son premier long métrage Sac de farine. Elle-même a passé deux ans de son adolescence dans son pays natal. « C’est l’histoire d’une petite fille qui grandit dans un village du Maroc dans les années 1983-1985. Pour moi, ce n’est pas l’abandon du père dont il s’agit en premier, car c’est la famille élargie qui élève l’enfant ; ce qui m’importe, c’est la question de la double culture, des différences sociales en milieu rural… » Elle fera vivre son héroïne de 10 ans au Maroc jusqu’à son adolescence, afin de conter, en de beaux paysages et une très belle lumière, une partie de la condition féminine qui prévaut en milieu rural dans les années 1980, sur fond de fronde estudiantine et de crise sociale (la révolte des Awbach, en 1984).

Kadija Leclere procède par touches, évoque le mariage précoce pourvoyeur de biens matériels (« Quelle chance elle a de se marier si jeune ! Grâce à son mariage, ses parents ont de l’électricité »), fait défiler les matrones pour les demandes en mariage, introduit la question du doute sur la virginité tout en stigmatisant les conditions sanitaires… Le Sac de farine n’est pas un film militant, juste une fiction qui sert à poser des sujets qui tiennent à cœur la réalisatrice, servie en cela par de magnifiques interprètes : Hiam Habbas, la tante aimante, toujours aussi digne ; Rania Mellouli, qui joue pour la première fois à l’écran, dans le rôle de la jeune Sarah ; Hafsia Herzi, en Sarah adolescente, toute en retenue, loin des personnages rebelles qu’elle a l’habitude d’incarner (La Graine et le Mulet, 2007 ; Française, 2008 ; Héritage , 2011), La Marche, 2013).

Un premier long métrage bien réalisé − même si l’on a du mal à croire que quasi tous les habitants d’un village perdu dans les hautes montagnes du Maroc puissent parler couramment le français… et malgré une fin qui laisse le spectateur pantois… −, qui a couru bon nombre de festivals et raflé plusieurs prix.

Le Sac de farine, de Kadija Leclere
Avec Hafsia Herzi, Hiam Abbass, Mehdi Dehbi, Ranai Mellouli, Smaïn Fairouze…

En salles le 26 mars 2014.

Prix du jury, prix du scénario et meilleure interprétation féminine pour Rania Mellouli, au festival du film indépendant de Bruxelles 2012.
Prix découverte, prix du public et prix de ma première œuvre de fiction au festival de Namur.
Prix graine de cinéphage au festival de femmes de Créteil 2013.




Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 4 Novembre 2016 - 11:00 Swagger : filmer la banlieue avec classe


Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu