Connectez-vous S'inscrire






Archives

Le PS se félicite, et l'UMP parle de résultats 'plus équilibrés' que prévus

| Lundi 10 Mars 2008

Au lendemain du premier tour des élections municipales, la gauche se félicite pour sa poussée électorale , tandis qu'à droite l'UMP tente de minimiser sa défaite et préfère parler, comme le Premier ministre François Fillon, de résultats "plus équilibrés" que prévus.



Pour François Hollande, 'rien n'est gagné ou joué'
Pour François Hollande, 'rien n'est gagné ou joué'

'Rien n'est gagné'

Selon les derniers chiffres transmis par le ministère de l'Intérieur, les listes de gauche, comprenant le PS, PCF, MRC, PRG, et les Verts, l'emporteraient au niveau national avec 47,05% des suffrages contre 45,29% pour les listes de droite comprenant l'UMP, les DVD et le MPF. Le MoDem est crédité lui de 3,64%, l'extrême-gauche de 1,65%, et l'extrême-droite de 0,96% des suffrages.

Si le Parti socialiste refuse pour le moment de trop afficher sa satisfaction et préfère attendre que sa poussée soit "confirmée" au soir du second tour, plusieurs villes gérées par la droite ont été ravies par la gauche dès le premier tour. C'est ainsi le cas à Rouen, Chalon-sur-Saône, Alençon, Laval et Rodez, tandis que d'autres grandes villes administrées par la gauche, comme Lille, sont bien parties pour le rester. A Lyon et à Nantes, les maires PS Gérard Collomb et Jean-Marc Ayrault ont été reconduits dès le premier tour, et des villes comme Strasbourg ou Caen pourraient basculer à gauche.

"Il y a neuf mois, c'est tout juste si on ne nous adressait pas des condoléances", a déclaré le porte-parole du Parti socialiste Julien Dray, et aujourd'hui "la gauche est là, et bien là", a-t-il souligné.

Pour François Hollande, le Premier secrétaire du Parti socialiste, ce résultat illustre "la volonté d'avertir le président de la République et le gouvernement sur la politique menée depuis neuf mois, en particulier sur le pouvoir d'achat", mais "tout reste ouvert, rien n'est gagné ou joué", a-t-il estimé.

A Paris, le maire PS sortant Bertrand Delanoë paraît parti pour conserver la mairie. Il y devancerait l'UMP Françoise de Panafieu de 14 points.

François Fillon en appelle à 'ne pas mélanger les enjeux'
François Fillon en appelle à 'ne pas mélanger les enjeux'

'Ne pas mélanger les enjeux'

Appelant les Français à "ne pas mélanger les enjeux", le Premier ministre François Fillon a quant à lui déclaré dès dimanche soir : "La politique de la nation a été débattue et elle a été tranchée par les Français au printemps 2007", lors de l'élection présidentielle. Ce qui est en jeu aujourd'hui c'est la gestion de nos villes, de nos villages et de nos départements." Le Premier ministre a par ailleurs accusé la gauche d'"exacerber les clivages politiques", une "démarche partisane [qui] ne correspond pas aux réalités et aux nécessités locales", selon lui.

"Ma première observation, c'est l'abstention", a quant à elle déclaré la ministre de l'Economie et des Finances Christine Lagarde, ajoutant : "Clairement, une mobilisation beaucoup plus forte sera souhaitable au deuxième tour."

Pour le ministre du Travail Xavier Bertrand, le gouvernement devra être "attentif au message" des électeurs, et il en a appelé à une mobilisation "maximum pour faire la différence la semaine prochaine".




Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu