Connectez-vous S'inscrire






Archives

Le Liban commémore la disparition d’Hariri

| Vendredi 15 Février 2008

Hier, c’est une marée humaine qui a envahie le centre de Beyrouth au Liban pour marquer le 3e anniversaire de l’assassinat de Rafic Hariri à l’appel des forces anti-syriennes. Dans le même temps un autre rassemblement, à l’appel du Hezbollah, se tenait dans le sud du pays pour les funérailles d’Imad Moughnieh, assassiné mardi.



Le Liban marque le 3e anniversaire de l’assassinat de Rafic Hariri
Le Liban marque le 3e anniversaire de l’assassinat de Rafic Hariri
3e anniversaire de l’assassinat de Rafic Hariri

Hier à la suite de l’appel des forces anti-syriennes, une marée humaine s’est rassemblée dans le centre de la capitale libanaise pour marquer le 3e anniversaire de l’assassinat de l’ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri.

L'ex-dirigeant a été tué le 14 février 2005 dans l'explosion d’une voiture piégée ainsi que 22 autres personnes. Pointée du doigt, la Syrie a nié toute implication.



Les Etats-Unis réaffirment leur soutien

Les Etats-Unis ont réaffirmé leur soutien total et "inébranlable" aux Libanais.

Dans un communiqué, le président américain a noté que l'attentat terroriste contre l'ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri avait représenté "l'étincelle qui a provoqué la transformation du Liban".

"Depuis l'assassinat du Premier ministre, de nombreux autres patriotes libanais ont été assassinés par ceux qui utilisent violence et intimidation pour faire dérailler l'avènement d'un Liban libre, indépendant et prospère", a ajouté M. Bush.

"Il est vital que les auteurs de ces attentats soient présentés à la justice et c'est pourquoi j'appelle la communauté internationale à redoubler d'efforts pour le Tribunal spécial pour le Liban", a poursuivi le président américain.



Funérailles d’Imad Moughnieh assassiné mardi à Damas
Funérailles d’Imad Moughnieh assassiné mardi à Damas
Funérailles d’Imad Moughnieh

Au même moment dans le sud du pays ont eu lieu les funérailles d’Imad Moughnieh, chef des opérations armées du Hezbollah, assassiné mardi à Damas.

Hassan Nasrallah, secrétaire général du mouvement, a déclaré que la guerre de 2006 avec Israël n'était "pas encore terminée".

Le Hezbollah a accusé Israël d'être derrière l'attentat à la voiture piégée qui a coûté la vie à Moughnieh. Israël a nié toute implication.

Les funérailles se sont déroulées en présence du chef de la diplomatie iranienne de Manouchehr Mottaki et de nombreux dignitaires du parti dans un complexe, bondé, du parti pouvant contenir jusqu'à 20.000 personnes, selon un porte-parole du parti chiite, soutenu par Damas et Téhéran.

Selon une journaliste de l'AFP, sur place, des milliers de personnes ont dû rester à l'extérieur faute de place.



Le Liban sans président

Ces deux rassemblements des camps rivaux sont intervenus sur fond de grave crise politique car le Liban est sans président depuis fin novembre en raison de profondes divergences entre la majorité et l'opposition qui n'arrivent pas à s'entendre sur la répartition du pouvoir au sein du futur gouvernement.
Une séance parlementaire pour élire le président est prévue le 26 février après 14 reports.

"Nous voulons un président de la République et nous vous assurons que nous aurons un président", a lancé à la foule Saad Hariri, un des piliers de la majorité, accusant l'opposition de prévenir l'élection à ce poste du chef de l'armée Michel Sleimane, pourtant considéré comme un candidat "consensuel".

Il s'en est de nouveau pris à la Syrie qui soutiennent l'opposition, affirmant que la majorité "ne livrera pas le Liban (au régime syrien)".







Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu