Connectez-vous S'inscrire






Cinéma, DVD

« Le Fils de l’autre » : identité et amour filial sur fond de conflit israélo-palestinien

Rédigé par Mounir Benali | Vendredi 13 Avril 2012

Coup de cœur de Saphirnews et de Salamnews pour le film « Le Fils de l’autre »*, de Lorraine Lévy, qui conte avec justesse et émotion un drame familial vécu par les « Isaac et Ismaël » du XXIe siècle.



« Le Fils de l’autre » : identité et amour filial sur fond de conflit israélo-palestinien
Dans son troisième long-métrage, en prenant pour prétexte la découverte par deux familles de l’échange de leurs bébés à la naissance – Yacine, le Palestinien (Mehdi Dehbi), et Joseph, l’Israélien (Jules Sitruk) –, la scénariste et réalisatrice de télévision Lorraine Lévy propose un remake de La vie est un long fleuve tranquille sur fond de conflit israélo-palestinien. Mais là s’arrête la comparaison.

Car ce qui se joue ici, ce sont tous les questionnements auxquels les deux jeunes hommes de 18 ans vont être confrontés : sur leur identité respective à la fois familiale, religieuse et nationale, sur leurs valeurs et leurs convictions.

L’angle non politique voulu par Lorraine Lévy, même si celui-ci existe en toile de fond, au profit du drame familial est en soi captivant. Le film se concentre sur le chamboulement intime et psychologique des personnages, il nous montre une jeunesse tolérante, éloignée des préoccupations de ses parents, comme si l’insoluble conflit régional n’était qu’une affaire d’adultes, apaisée par la « sagesse » de ces deux garçons presque déconnectés de la haine que se peuvent se vouer le peuple israélien et le peuple palestinien.

Le Fils de l’autre est aussi une magnifique ode à l’amour maternel, incarné par Emmanuelle Devos et Areen Omari, les mères de Joseph et de Yacine, qui parviennent à faire ressentir avec force et douceur le for intérieur de toutes les mères. Pour elles, c’est clair : l’enfant qu’elles ont élevé reste leur fils, mais elles ne peuvent non plus étouffer l’amour qu’elles éprouvent pour cet autre enfant porté en leur sein mais découvert sur le tard. Les pères (Pascal Elbé et Khalifa Natour), quant à eux, sont empêtrés dans leurs propres contradictions, entre le qu’en dira-t-on, l’amour paternel et les considérations politiques.

Superbement joué, Le Fils de l’autre dégage une émotion véritable, dénuée de tout pathos moraliste, et demeure une belle leçon d’humanité.


* Le Fils de l’autre, de Lorraine Lévy, avec Emmanuelle Devos, Pascal Elbé, Jules Sitruk, Mehdi Dehbi, Ahreen Omari, Khalifa Natour, Mahmud Shalabi.
Prix du cinéma 2012 de la fondation Diane et Lucien Barrière. En salles depuis le 4 avril.






Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 4 Novembre 2016 - 11:00 Swagger : filmer la banlieue avec classe


Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu