Connectez-vous S'inscrire






Archives

Le Fatah rompt le dialogue

| Samedi 6 Janvier 2007

La rencontre Abbas-Haniyeh n'y aura rien changé. Le Fatah a décidé vendredi de rompre tout dialogue avec le Hamas en l'accusant du "meurtre de sang-froid" de plusieurs de ses responsables et sympathisants.



Mahmoud Abbas et Ismaïl Haniyeh
Mahmoud Abbas et Ismaïl Haniyeh

Appel au calme

Le colonel Mohammed Ghayeb, membre du Fatah et haut responsable des services de sécurité palestiniens, a été assassiné lors d'une attaque lancée jeudi par des activistes du Hamas contre son domicile à Jebaliya, dans la Bande de Gaza. Sept de ses gardes du corps ont également été tués dans cette opération.

Face à cet emballement des violences interpalestiniennes, le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et le Premier ministre Ismaïl Haniyeh se sont rencontrés vendredi matin pour lancer un appel au calme en direction des deux camps. Ce geste était censé marquer les esprits car il s'agissait du premier tête-à-tête entre les deux frères ennemis depuis plusieurs semaines.

Abattu à la sortie d'une mosquée

Mais la rencontre n'a pas permis de désamorcer la violence. Peu après la prière du vendredi, un prédicateur musulman a été abattu à la sortie d'une mosquée, dans le centre de la Bande de Gaza, juste après avoir critiqué le Hamas dans son sermon hebdomadaire.

Adel Nasar n'était affilié à aucun parti politique mais il prenait souvent le Hamas pour cible dans ses sermons. Vendredi, il avait ainsi prévenu les auteurs des huit meurtres de la veille qu'ils seraient punis par Dieu. Il a été abattu par des hommes circulant en voiture alors qu'il sortait de la mosquée située dans le camp de réfugiés de Moughazi.

Homicide non revendiqué

Le Fatah a accusé le Hamas d'être à l'origine de cet homicide non revendiqué. Cependant, Salem Salama, un parlementaire et haut responsable du Hamas dans le centre de la Bande de Gaza, a démenti toute implication du Hamas dans ce crime. "Le Hamas condamne ce lâche assassinat", a-t-il dit. "Nous oeuvrerons avec toutes les personnes honorables ici pour trouver les assassins et les faire traduire en justice".

Vendredi, des milliers de Palestiniens proches du Fatah ont pris part aux funérailles du haut responsable des services de sécurité et de six de ses sept gardes du corps tués avec lui dans la fusillade. Le septième garde du corps a succombé à ses blessures vendredi après-midi.

Le Fatah publie un communiqué

Pour éviter que les affrontements interpalestiniens ne dégénèrent en guerre ouverte, MM. Abbas et Haniyeh ont accepté de se rencontrer en urgence pour lancer un appel au retrait des forces des deux camps.

Mais ces appels semblent être restés lettre morte. Quelques heures après la rencontre, le Fatah a publié un communiqué accusant nommément le ministre de l'Intérieur Saïd Siyam (Hamas) d'être à l'origine de la tuerie de jeudi à Jebaliyah et appelant à la vengeance contre les auteurs de cette attaque.

"Ce seront des cibles légitimes à moins qu'ils ne soient remis à la justice", menace le Fatah dans son communiqué. "Saïd Siyam est responsable de l'exécution et du meurtre de sang-froid auxquels nos martyrs ont été soumis à Jebaliya." Et de prévenir: "Il n'y aura pas de dialogue dans l'ombre des meurtres et du terrorisme pratiqués par le Hamas."





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu