Connectez-vous S'inscrire






Votre revue de presse

Le Cran dénonce un prix littéraire sur les vertus de la colonisation

Rédigé par lila13@hotmail.co.uk | Mardi 15 Décembre 2009



Le Cran dénonce un prix littéraire sur les vertus de la colonisation
Nouveau débat en vue sur les vices et vertus de la colonisation. La très respectable Académie des Sciences de l'Outre-mer attribue ce vendredi le prix Luc Durand-Réville, pour récompenser un « ouvrage traitant des aspects positifs de la colonisation ». Un prix littéraire de 4 000 euros, le plus richement doté des prix de l'Académie.

Le Conseil représentatif des associations noires (Cran) dénonce l'initiative, comme il avait en 2005 protesté contre la « loi scélérate » évoquant le « rôle positif de la colonisation ». Une violente polémique avait finalement conduit le Parlement à rejeter l'article 4 de la loi, après une intervention du président Chirac.

Le Cran réclame aujourd'hui l'annulation de ce prix, dont la liste des nominés ne figure pas sur le site de l'Académie : « Nous en appelons donc aujourd'hui à Luc Chatel, ministre de l'Education, dont le ministère finance cette institution, pour qu'il nous fournisse des explications à ce sujet, et nous demandons à Edmond Jouve, président de cette Académie de la Honte, de renoncer définitivement à ce prix, qui fait injure à nos valeurs républicaines. »

Economiste et fin connaisseur des pays du Sud, Edmond Jouve est le président en exercice de l'Académie des Sciences d'Outre-mer. Quant à Luc Durand-Réville (1904-1998), ancien sénateur du Gabon sous l'étiquette de la Gauche Démocratique et du Rassemblement des Gauches Républicaines, il fut aussi l'auteur de deux ouvrages au titre évocateur :
- Quelques aspects du problème des colonies
- L'Empire de la civilisation

L'explication est peut-être d'ailleurs à chercher dans l'héritage laissé par le sénateur Durand-Réville. C'est du moins que ce que suggère Patrick Lozès, le président du Cran : « Lors des discussions avec l'administration de l'Académie, ils nous ont laissé entendre qu'ils sont ennuyés par ce prix, mais qu'ils ne peuvent pas le supprimer, à cause d'un serment ou d'un testament à respecter. C'est l'explication, vague, qu'ils nous ont donnée. Mais notre courrier à M. Jouve est resté sans réponse. »

Ni Edmond Jouve, ni Luc Chatel n'ont, pour l'instant, répondu aux sollicitations de Rue89.

Auteur : David Severnay
Source : Rue89.com






Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Mai 2011 - 20:37 Yusuf Islam (Cat Stevens) à Paris Bercy


Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu