Connectez-vous S'inscrire






Archives

Le CFCM demande des mesures sur la sécurisation des lieux de culte et des tombes

| Mardi 23 Décembre 2008

Après l'incendie criminel de la mosquée de Saint-Priest, dans la banlieue de Lyon, dans le Rhône, le 20 décembre dernier et la condamnation unanime de celui-ci, le conseil français du culte musulman appelle les autorités à prendre des mesures pour que les lieux de culte ne soient plus incendiés ni les tombes profanées et à "mener une réflexion urgente sur la sécurisation de ces lieux".



Rassemblement devant la mosquée de Saint-Priest, au lendemain de l'incendie.
Rassemblement devant la mosquée de Saint-Priest, au lendemain de l'incendie.
Le Conseil français du culte musulman (CFCM) a appelé lundi 22 décembre, les autorités à prendre des mesures "pour que les lieux de culte ne soient plus incendiés ni les tombes profanées*", après l'incendie criminel qui a endommagé samedi 20 décembre la mosquée de Saint-Priest (Rhône).

Dans un communiqué signé par son président, Mohammed Moussaoui, le CFCM " se félicite des nombreux témoignages de soutien et de solidarité qu'il a reçus " à la suite de cet incendie, en rappelant les réactions "des plus hauts responsables de l'Etat, des partis politiques et des représentants des cultes juif, catholique et protestant, ainsi que des associations de défense des droits de l'Homme".

Il appelle néanmoins "les pouvoirs publics à prendre toutes les mesures nécessaires pour que les lieux de culte ne soient plus incendiés ni les tombes profanées" et à "mener une réflexion urgente sur la sécurisation de ces lieux".

"Par ailleurs, une campagne nationale de sensibilisation devrait être initiée au plus haut niveau de l'Etat pour favoriser une prise de conscience rapide sur les conséquences néfastes et graves que provoquent de tels actes intolérants et odieux", selon le texte.

Un millier de personnes s'étaient également réunis dimanche 21 décembre devant celle-ci pour dénoncer la montée de "l'islamophobie" en France. Outre les fidèles musulmans et le recteur de la Grande Mosquée de Lyon, Kamel Kabtane, avaient répondu présents des personnalités politiques de droite et de gauche, dont le sénateur-maire (PS) de Lyon Gérard Collomb.

"C'est un sacrilège de voir partir des livres saints en fumée. Où est le respect des croyances?", a déclaré Maurice Amsellem, président régional du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif).

La ministre de l'Intérieur, Michèle Alliot-Marie, avait quant à elle assuré que "tous les moyens nécessaires" étaient mis en oeuvre pour retrouver "les auteurs de cet acte lâche et intolérable". Pour le président de la République, Nicolas Sarkozy, il s'agit d'un "acte honteux à caractère raciste". Il souhaite que les coupables soient "sévèrement jugés".




* Près de 500 tombes du carré musulman du cimetière Notre-Dame-de-Lorette, près d'Arras (Pas-de-Calais), ont été profanées dans la nuit du 7 au 8 décembre pour la troisième fois en moins de deux ans par des tags à caractère raciste et des croix gammées.




Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu