Connectez-vous
Islam | Musulman | Toute l’actu sur Saphirnews.com
Facebook
Twitter
Google+
Dailymotion
YouTube
Rss

Culture & Médias

Le 2e Festival culturel panafricain s’ouvre à Alger

L'Afrique au diapason

Rédigé par Anissa Ammoura | Dimanche 5 Juillet 2009

           

Quarante ans après la première édition – en 1969 – la deuxième édition du Festival culturel panafricain s'ouvre enfin à Alger. Du 5 au 20 juillet, les arts des 53 pays africains seront célébrés : musique, cinéma, danse, littérature... Ouvertes à tous – l'entrée des spectacles est gratuite –, les animations se tiendront principalement à Alger, mais aussi dans plusieurs villes d'Algérie. Des artistes renommés du continent africain, comme Salif Keita, Zahouania, Amazigh Kateb, Cheb Khaled ou encore Youssou N'Dour prendront part aux festivités, tout comme Lucy, le plus vieux squelette humain, exceptionnellement prêté à cette occasion par le musée d'Addis Abeba (Éthiopie), et qui sera exposé au musée Bardo d'Alger durant toute la quinzaine. Les festivités viennent de s'ouvrir ce premier week-end de juillet.



Le Festival culturel panafricain s'est ouvert le 4 juillet, à Alger.
Le Festival culturel panafricain s'est ouvert le 4 juillet, à Alger.
« Algeria is back! Africa is back too! », a déclaré la ministre de la Culture, Khalida Thoumi. Quarante ans après la première édition du Festival panafricain, l’Algérie célèbre à nouveau les cultures du continent africain, avec l’ouverture, ce samedi 4 juillet, à Alger, de la deuxième édition de ce festival.

Pour la ministre de la Culture, Khalida Toumi, cet événement sera « une occasion exceptionnelle pour célébrer la renaissance africaine ». Pendant quinze jours, du 5 au 20 juillet, l’Algérie – mais plus particulièrement Alger – va accueillir toutes les richesses artistiques possibles des 53 pays du continent africain : musique, théâtre, cinéma, littérature, danse, bande dessinée, arts visuels, artisanat d’art, patrimoine...

Le 2e Festival culturel panafricain s’ouvre à Alger

Spectacles tous azimuts

Un premier spectacle, populaire, a ouvert les festivités ce samedi 4 juillet à 16 h 30 : des camions-chars représentant le drapeau d’un pays de l’Union africaine, des troupes folkloriques des pays participants, des troupes nationales et la garde républicaine défilent.

Ce sont 270 jeunes Algériens, dont certains sont étudiants en beaux-arts, qui ont préparé ce spectacle. Celui-ci est clotûré par « une grande fête au niveau de l’esplanade Riadh El Feth », animée par des artistes comme Taous, Mohamed El Amari, Ali Doudou et Zahouania. À minuit, l’hymne national algérien Kassaman est chanté en guise de célébration de la fête de l’Indépendance et de la jeunesse, au moment où les feux d’artifice illuminent Alger.

Mais le Festival panafricain démarre officiellement le 5 juillet, à 19 heures, au complexe sportif Mohamed-Boudiaf, avec un spectacle préparé par le chorégraphe français d’origine algérienne Kamel Ouali, actuellement à l’affiche en France avec la comédie musicale Cléopâtre et ancien professeur de danse de l’émission de télé-réalité Star Academy.

Cette représentation rassemble 350 danseurs et mobilise 120 techniciens. Ce spectacle est animé par plusieurs personnalités, dont les chanteuses algérienne et capverdienne Ouarda El Djazairia et Césaria Evora, les artistes sénégalais et algérien, Youssou N’Dour et Amazigh Kateb, fils de l’écrivain Kateb Yacine et membre du groupe Gnawa Diffusion, et enfin l’actrice française d’origine algérienne Isabelle Adjani.

En plus des artistes cités plus haut, les artistes Salif Keita, Mory Kanté, Cheb Khaled, Ait Menguellet, Karim Ziad seront également de la fête de ce « PANAF 2009 ».

Expos et colloques

Autre invité de marque : Lucy, le plus ancien squelette humain, âgé de 3,2 millions d’années, découvert en 1974 à Hadar, en Éthiopie, et considérée comme la « mère de l’humanité », sera exposée au musée du Bardo, à Alger, durant toute la quinzaine du festival. À ce jour, elle n’a quitté qu’une seule fois le musée d’Addis Abeba, la capitale éthiopienne, pour une exposition organisée aux États-Unis.

La littérature et la réflexion ne sont pas en reste. Outre l'édition ou la réédition de près de 250 ouvrages dont les droits ont été acquis à l'occasion du PANAF 2009, représentant un large éventail des œuvres d'auteurs du continent africain, plusieurs conférences sont également organisées (L'entreprise coloniale et la lutte armée en Afrique ; Afrique, femmes et développement...).

Mention spéciale au colloque des 7 et 8 juillet prochains, consacré à la figure de Frantz Fanon, dont les ouvrages Peau noire, masques blancs, L'An V de la révolution algérienne et Les Damnés de la terre ont résolument marqué la pensée anticolonialiste.

Relancer la culture sur le continent africain

« Le front de la culture doit succéder au front de la résistance », annonçait l’Organisation de l’unité africaine (OUA), le 2 août 1969, après la clôture du premier Festival panafricain, organisé par l’Algérie et l’OUA. L’OUA, qui fonctionnait de 1963 à 2002, sera remplacée par l’Union africaine (UA).

Le site Internet de Radio France Internationale (RFI) nous apprend que « la décision de remettre sur pied le PANAF d’Alger est née d’un constat effarant : de 1995 à 2005, les ministres de la Culture des pays de l’UA ne se sont pas rencontrés, laissant la culture en jachère sur l’ensemble du continent ».

Le spectacle de clôture, baptisé Mama Africa, de ce deuxième Festival culturel panafricain, qui aura lieu le 20 juillet, sera préparé par le compositeur Farid Aouameur et le chorégraphe Sofiane Abou Lagraâ.

Selon Khalida Toumi, il s’agira d’« un spectacle techno ». Et la ministre de la Culture de préciser « c’est celui de la génération 2009 qui rend hommage à celle de 1969, celle qui a fait le premier Panaf, à travers des techniques audiovisuelles modernes ».

« Le PANAF est un événement culturel, pas commercial. Les artistes nous ont fait des tarifs réduits », a expliqué la ministre de la Culture, citée par le quotidien algérien El Watan. L’accès aux spectacles sera donc totalement gratuit. Les animations auront lieu principalement à Alger mais aussi dans plusieurs villes du pays, de Tlemcen à Annaba, en passant par Mostaganem.




Voir aussi : la bande annonce du festival panafricain 2009

Programme complet sur le site de l'événement du Festival culturel panafricain




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les affirmations diffamatoires et les propos racistes, antisémites, islamophobes ne sont pas tolérés et seront donc supprimés. Idem pour les contributions trop longues ou n'ayant aucun rapport avec le sujet de l'article.

Loading



Inscription à la newsletter







L'actu vue par Yace