Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

La visite de Kadhafi était 'nécessaire'

| Lundi 17 Décembre 2007



Le ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner estime que la visite de Mouammar Kadhafi à Paris était "nécessaire" sur la voie de la "réconciliation" internationale, même s'il déplore "le faste étalé".

"Nous avons été surpris dans ces cinq jours par le faste étalé et finalement l'impression qui ressortait de cette visite", a déclaré dimanche le ministre des Affaires étrangères sur Radio J.

"Peut-être aurions nous dû - mais c'est une opinion tout à fait personnelle - ne pas avoir cinq jours de visite du colonel Kadhafi, réduire cette visite à une visite ordinaire", a-t-il poursuivi, avouant ne pas avoir été "très à l'aise".

"Mais il fallait le recevoir parce qu'on ne peut que donner un peu de crédit à ceux qui font des progrès, à ceux qui n'accentuent pas ou même refusent maintenant le terrorisme, à ceux qui ont quitté ce terrorisme lors de l'année 2003, ceux qui sont adoubés par l'ensemble de la communauté internationale", a plaidé Bernard Kouchner, rappelant que la Libye présiderait sous peu le Conseil de sécurité des Nations unies.

"Il y a des tas de protocoles des Nations unies qu'il (le colonel Kadhafi) n'a pas signés. Nous espérons qu'il va le faire et nous pensons - et dans quelques mois, quelques années, ça se verra - que cette visite aura été utile pour libérer la Libye, non seulement pour la faire adhérer à la communauté internationale, mais faire que des progrès viennent pour les Libyens", a-t-il dit.

La diplomatie française, a-t-il expliqué, se veut "la diplomatie de la réconciliation". "Elle est risquée".

"Alors nous essayons. Avec le colonel Kadhafi, ce fut un peu spectaculaire", a concédé le ministre des Affaires étrangères.

"Je trouve que nous avons tous été très modérés dans nos propos, que nous avons témoigné d'un sens de l'hospitalité qui nous a un peu dépassé dans ces cinq jours de démonstration", a-t-il ajouté.

"En gros , ça c'est bien passé. Et vous verrez, ce sera retenu comme une visite nécessaire - excessive -, mais nécessaire", a-t-il conclu.

Mouammar Kadhafi a quitté la France samedi au terme d'une visite controversée et hors norme de cinq jours qui a suscité un tollé dans la classe politique et divisé le gouvernement.




Loading












Recevez le meilleur de l'actu