Connectez-vous S'inscrire






Archives

La vie politique continue…

| Mercredi 11 Janvier 2006

Victime le 4 janvier d'une grave attaque cérébrale, l'état de santé du Premier ministre israélien Ariel Sharon s'est encore légèrement amélioré hier. Pendant ce temps, Kadima grimpe dans les sondages et les habitants arabes de Jérusalem-Est sont autorisés à voter.



« M. Sharon n'est pas hors de danger »

L'état de santé d’ Ariel Sharon s'est encore légèrement amélioré mercredi, ont constaté ses médecins.
"Les risques ont baissé, et c'est un processus long (...) M. Sharon n'est pas hors de danger (...) mais je suis optimiste" a estimé le Dr José Cohen, dans une interview à la première chaîne publique de la télévision israélienne.
Il ajouté: "Tout le monde se demande s'il pourra à nouveau assumer ses fonctions de Premier ministre, mais l'important c'est qu'il continue à vivre, car il est avant tout un homme (...). Il y a eu des réactions du côté gauche de son corps, et cela veut dire que les dommages au côté droit de son cerveau ne sont peut-être pas aussi graves que nous le pensions".
Plus tôt, un bulletin de santé communiqué par l'hôpital Hadassah à Jérusalem a fait état d'"une nouvelle légère amélioration de l'état de santé du Premier ministre, au vu des divers examens neurologiques réalisés par ses médecins".
Ses médecins ont commencé à diminuer les doses de sédatifs lundi pour sortir Sharon du coma artificiel. Un délai d'environ 36 heures sera ensuite nécessaire pour que l'effet des puissants sédatifs soit complètement dissipé.

Les médecins seront alors en mesure de tester les fonctions cognitives et motrices du Premier ministre. Ils ont fait savoir qu'il faudra plusieurs jours pour déterminer l'étendue des dommages après son hémorragie cérébrale.

Kadima s'en tire plutôt bien

Malgré le doute sur un éventuel retour aux affaires de M. Sharon, la vie politique a repris son cours en vue des législatives israéliennes du 28 mars.
Selon une enquête rendue public par Channel 10 et le quotidien "Haaretz" et réalisée auprès de 640 électeurs, le parti Kadima remportera 45 sièges sur 120 du parlement, contre 18 pour le parti travailliste dirigé par Amir Peretz et 15 pour le Likoud de Benjamin Netanyahu qui a succédé à M. Sharon à la tête du grand parti de la droite. A deux mois et demi du scrutin, Kadima, la formation centriste créée par M. Sharon s'en tire plutôt bien.
Par ailleurs, 50% des personnes interrogées ont affirmé faire confiance au vice-Premier ministre Ehud Olmert, qui assure l'intérim à la tête du gouvernement israélien.

Les habitants arabes de Jérusalem-Est pourront voter

Mardi, L'Etat hébreu annonce qu’il autorise les habitants arabes de Jérusalem-Est à voter le 25 janvier, comme le réclamait le gouvernement de Mahmoud Abbas.
Cette épineuse question, qui menaçait de faire annuler le scrutin, constituait le premier test diplomatique sérieux pour Ehoud Olmert.
Israël avait menacé d'empêcher le scrutin à Jérusalem par crainte de voir sa revendication sur la ville sainte remise en cause
Shaul Mofaz, ministre israélien de la Défense, a annoncé officiellement que les habitants arabes de Jérusalem-Est pourront voter. "Il y aura des élections à Jérusalem-Est", a-t-il déclaré, à la veille de l'arrivée prévue d'une équipe d'émissaires américains pour une visite destinée précisément à régler ce différend.
Presque simultanément, Mahmoud Abbas confirmait à Gaza la tenue du scrutin. "Aujourd'hui, j'ai reçu des assurances américaines que les élections, ainsi que la campagne électorale, auront lieu à Jérusalem selon les modalités qui avaient été appliquées" lors des législatives de 1996, a-t-il dit lors d'une conférence de presse. "Par conséquent, les élections auront lieu à la date prévue", le 25 janvier, a-t-il ajouté, appelant les Palestiniens à participer "aux élections pour sauvegarder leur droit" démocratique. M. Abbas a cependant affirmé n'avoir reçu directement aucune "assurance" d'Israël.




Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu