Connectez-vous S'inscrire






Archives

La vague bleue a été contenue, le PS respire

| Lundi 18 Juin 2007

La victoire ne sera pas aussi large que prévu pour l’UMP. Les résultats du second tour des législatives le montrent : un sursaut à gauche s’est opéré permettant au Parti socialiste de constituer une véritable force d’opposition. Autre surprise de ce second tour, la défaite d’Alain Juppé à Bordeaux, qui aura donc fait un retour éclair aux sommets du pouvoir.



Assemblée Nationale
Assemblée Nationale
La règle, édictée par le Premier ministre François Fillon, était claire. Les ministres battus aux législatives, donc désavoués par les électeurs, devront démissionner du gouvernement. Ce sera le cas d’Alain Juppé qui, avec 49,07% des suffrages contre 50,03% à sa rivale socialiste Michèle Delaunay, est battu dans la 2ème circonscription de la Gironde.

Cette défaite du numéro 2 du gouvernement, avec le retour en force des socialistes, aura été la véritable surprise de cette soirée électorale, la dernière de cette année chargée. Après avoir félicité sa rivale socialiste Alain Juppé s’est « réjoui que le Président de la République et le gouvernement puissent s’appuyer sur une large majorité pour mettre en œuvre le projet que les Françaises et les Français ont choisi au moment des élections présidentielles », précisant qu’il « présenterait dès demain matin [sa] démission au Président et au Premier ministre ». C’est Michel Barnier, ancien ministre des Affaires étrangères, qui est pressenti comme remplaçant d’Alain Juppé.

Pour en revenir aux chiffres, et avec un taux d’abstention de près de 40%, l’UMP remporte au lendemain de ces législatives, 324 sièges, le Nouveau Centre, allié de la majorité présidentielle, obtient pour sa part 22 sièges, le MoDem et les Verts ont réussi à arracher 4 sièges chacun, le Parti socialiste a réussi à faire élire 205 députés et le Parti communiste aura 18 députés dans l’hémicycle. Pour François Fillon, qui s’est exprimé depuis Matignon, c’est un « choix clair et cohérent, qui permet au Président de la République de mettre en œuvre son projet ».

Seule candidate FN encore en lice au second tour à Henin-Beaumont, Marine Le Pen a été battue dans la 14ème circonscription de Pas-de-Calais par le candidat socialiste Albert Facon.





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu