Connectez-vous S'inscrire






Votre revue de presse

La succession à la Grande Mosquée de Paris engagée

Rédigé par lila13@hotmail.co.uk | Lundi 21 Décembre 2009



Dalil Boubakeur, actuel recteur de la Grande Mosquée de Paris. Et le prochain, quel sera-t-il  ?
Dalil Boubakeur, actuel recteur de la Grande Mosquée de Paris. Et le prochain, quel sera-t-il ?
Les jours de Dalil Boubakeur à la tête de la Grande Mosquée de Paris sont comptés. Depuis quelques mois, le recteur n’est plus reçu à Alger, où on lui reproche sa gestion chaotique du lieu de culte et ses prises de position controversées sur plusieurs dossiers sensibles : le conflit au Proche-Orient, le port du voile islamique en France, la discrimination à l’égard des musulmans… Sur chacun de ces dossiers, M. Boubakeur était apparu en décalage total avec les attentes de la communauté musulmane de France. Or, pour tout le monde, la Mosquée de Paris c’est l’Algérie. Les positions de Dalil Boubakeur sont donc souvent considérées comme celles d’Alger. Ce qui est loin d’être le cas.

Pour remplacer Dalil Boubakeur, deux hommes partent favoris : Ghaleb Bencheikh et Chems-Eddine Hafez. Le premier, un théologien franco-algérien né en Arabie Saoudite, connu et respecté en France, aurait la préférence d’Alger. De formation philosophique, M. Bencheikh pourrait contribuer à faire de la Grande Mosquée de Paris un lieu de rayonnement culturel dans un contexte mondial marqué par des tensions entre les différentes communautés religieuses. Enfin, Ghaleb Bencheikh possède la légitimité d’être le fils du Cheikh Abbas, ancien recteur de la Grande Mosquée de Paris.

Chems-Eddine Hafez, secrétaire général de la Grande Mosquée de Paris et membre du bureau du CFCM, peut quant à lui compter sur l’appui de l’actuel recteur et de ses réseaux au sein du gouvernement français. Mais une chose est sûre : le nom du futur recteur de la Grande Mosquée de Paris sera le fruit d’un consensus entre Alger et Paris. Cette succession, qui pourrait intervenir dès le premier trimestre 2010, constituera un sérieux test pour l’avenir des relations algéro-françaises. Alger verrait en effet d’un mauvais œil un autre candidat que le sien succéder à Dalil Boubakeur.

Auteur : Sonia Lyes
Source : Tsa-Algerie.com





Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Mai 2011 - 20:37 Yusuf Islam (Cat Stevens) à Paris Bercy


Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu