Connectez-vous S'inscrire






Société

La mixité sociale, un concept bancal

Rédigé par Nadia Moulaï | Mercredi 16 Septembre 2009

« Tu me mets plus de Blancs. » Le 10 juin dernier, Direct 8 épinglait Manuel Valls, maire d’Évry, (Essonne) à la suite à ses propos jugés plutôt limites. Pour se justifier, l’élu avait brandi sa volonté de « casser les ghettos », en jouant sur la diversité ethnique. À tort ou à raison. Car, depuis près de vingt ans, les pouvoirs publics accumulent les mesures censées favoriser la mixité sociale avec des résultats peu convaincants. Et si le concept en lui-même était biaisé ?



Barre Renoir de la « cité des 4 000 », à La Courneuve. (Photo : Olivier Pasquiers - www.bar-floreal.com)
Barre Renoir de la « cité des 4 000 », à La Courneuve. (Photo : Olivier Pasquiers - www.bar-floreal.com)
La rénovation sociale passe-t-elle par la « rénovation ethnique » ? C’est un peu en ces termes que Manuel Valls, maire d’Évry (Essonne) avait prôné, en juin dernier, plus de diversité, plus de « White » dans sa ville. Mais si c’était si simple, peut-être que cela se saurait... D’autant que le concept de mixité sociale renvoie à des domaines aussi transversaux que délicats comme l’éducation ou le logement.

Mixité sociale, un concept fourre- tout ou un processus clé ? La question mérite d’être posée.
Prenons l’école et notamment la carte scolaire, dont l’assouplissement, l’an dernier, par Xavier Darcos, alors ministre de l’Éducation nationale, a fait débat. La mesure censée « favoriser l’égalité des chances et la diversité scolaire au sein des établissements scolaires » n’est pas du goût de tous.

Pis, on assiste actuellement à une levée de boucliers de certains parents. La raison ? Affelnet. Le nouveau logiciel de l’Éducation nationale, qui introduit de la mixité sociale dans des établissements jusqu’ici fréquentés par les élèves de bonne famille. Avec ce nouvel outil, les bonnes notes sont importantes mais pas seulement. Affelnet, au service de l’égalité des chances, s’appuie sur des critères géographiques et… sociaux. Une nouveauté pour rejoindre les écoles huppées de France car,jusqu’ici, seuls les bons résultats voire « une tante » domiciliée dans un bon quartier permettaient d’échapper au lycée bas de gamme du coin.

Du coup, bon nombre d’élèves persuadés d’aller dans l’établissement de leur rêve devront laisser la place à leurs camarades moins favorisés. Sauf que la pilule passe très mal auprès des parents concernés. C’est là que le bât blesse.

Avec cette nouvelle affaire, c’est la notion de mixité sociale qui paraît être un concept bancal, sans réelle prise sur la réalité.
On améliore le sort des quartiers et de leurs habitants par le brassage social. Mais l’idée n’attire pas les foules, surtout les mieux loties. Pourquoi les classes privilégiées enverraient-elles leur progéniture dans les collèges de banlieue ? Elles n’ont pas grand-chose à y gagner, hormis une bonne conscience citoyenne.
À l’inverse, les élèves défavorisés, une fois introduits dans les établissements prestigieux, mènent la plupart du temps des études brillantes.

Difficile dans ces conditions de louer la mixité sociale, si elle n’emporte pas l’adhésion de tous.

La carte scolaire, cinquante après…

On pourrait penser que la carte scolaire en vigueur jusqu’en 2008 a pu influer positivement sur la diversité sociale. Pas vraiment. À l’origine, la carte scolaire, créée en 1963, devait réduire les inégalités entre les élèves en les envoyant dans l’établissement de leur secteur de résidence. En théorie seulement.

Cour d'honneur du lycée Janson de Sailly, l'un des plus huppés de la capitale. (Photo : Brahim Bouamama)
Cour d'honneur du lycée Janson de Sailly, l'un des plus huppés de la capitale. (Photo : Brahim Bouamama)
En pratique, la réalité est tout autre, mettant au grand jour les inégalités entre les établissements du « centre- ville » fréquentés par les enfants issus des classes moyennes, voire favorisées, et ceux de la périphérie, dont les élèves viennent souvent des quartiers.

Sans compter qu’aujourd’hui les problématiques urbaines ne sont plus les mêmes qu’en 1963. Une carte scolaire d’un autre temps pour favoriser la diversité sociale de nos chers bambins ! Échec en perspective.

Un constat que pourrait largement partager l’Éducation nationale. Selon une étude de 2003, portant sur les classes de sixième à Paris, les collèges situés en zone défavorisée comptent 5 % d’élèves issus d’un milieu très favorisé. Et à Paris, où sont concentrées les classes sociales privilégiées, la situation est encore plus nette.

Seulement 18 % d’élèves des classes populaires fréquentent des établissements favorisés. Quid de la mixité sociale ? D’ailleurs, ce n’est pas un hasard si, à Paris, les demandes de dérogations se font des collèges du nord-est parisien, dont les élèves habitent ces zones, vers les établissements du centre de la capitale.

Le logement comme creuset social

Car la mixité scolaire est directement corrélée à la question du logement. C’est d’ailleurs à travers la politique du logement que la notion de mixité sociale a émergé. Dès les années 1980, les acteurs locaux prennent en main les logements sociaux les plus dégradés. On rénove tout, en durcissant les critères d’attribution des logements sociaux histoire d’y faire venir des familles à revenus moyens. La mixité sociale à la française est en marche.

Ce n’est qu’à partir des années 1990 que l’État prend le problème à bras-le-corps. La loi d’orientation pour la ville de 1991, dite loi « anti-ghetto », définit la mixité sociale comme un moyen de favoriser la diversité. Au programme, on limite la concentration de publics défavorisés, en attirant les classes aisées. Mais les banlieues ne voient pas de changement…

Près de vingt ans plus tard, la mixité sociale est loin d’être une réalité pour les habitants des quartiers de la politique de la ville, devenus, malgré eux, les symboles de cette « non-mixité sociale ».
Stratégie à revoir, donc ? Probablement. Ratage complet même.

Pourtant, dès les années 1970, bien avant que le sujet ne soit aussi brûlant qu’aujourd’hui, certains sociologues, dont Jean-Claude Chamboredon et Madeleine Lemaire*, ont montré que la proximité spatiale de groupes sociaux différents pouvait renforcer la distance, voire créer des conflits entre eux…

Faire cohabiter un couple d’avocats avec un couple d’ouvriers... ? Un peu schématique, la mixité sociale, non ? On règle un problème de fond en changeant la forme, c’est un peu ça.

Et la diversité ethnique dans tout ça ?

Depuis les années 1980, les paramètres liés à la mixité sociale ont changé. Le facteur ethnique est entré en ligne de compte. Au grand dam des élus de terrain, qui n’ont pas forcément saisi les enjeux. Les quartiers populaires concentrent un grand nombre de populations issues de l’immigration mêlant inéluctablement les difficultés sociales à la problématique de l’intégration. Comme si elle ajoutait au problème.


Mais la forte concentration de populations issues de l’immigration ne pourrait-elle pas être, contrairement à ce qui est véhiculé dans l’opinion publique, un vecteur riche de mixité ? « C’est un raccourci un peu dangereux », explique Marie-Hélène Bacqué**, sociologue, « on ne peut pas rabattre la question de la mixité sociale sur l’ethnique. »

Envisagée comme une donnée purement chiffrée, l’origine ethnique semble pourtant être une réalité implicitement prise en compte dans les politiques de rénovation sociale. Pour Martin Hervoüet, doctorant en sociologie urbaine, « les premières pages de la convention ANRU (Agence nationale pour la rénovation urbaine) révèlent, à travers les indicateurs sociodémographiques des quartiers, une surreprésentation des populations d'origine étrangère, de même qu'un fort taux de jeunes, de familles monoparentales, de bénéficiaires des minima sociaux... » Bien entendu, « ces indicateurs ne vont pas plus loin. Il n’est dit nulle part que l’objectif serait de faire baisser le taux des populations étrangères... »

Le problème, c’est que cet élément est perçu comme un paramètre négatif. « Quand on regarde les politiques du logement depuis les années 1950, la question du logement des immigrés a toujours été un problème», souligne Marie-Hélène Bacqué.

Sans parler de « la politisation de la question de l’immigration devenu, dans les années 1980, un enjeu de communication politique au moment même où la génération de la Marche pour l’égalité a émergé », note El Yamine Soum, sociologue. Autrement dit, la question de l’immigration a toujours été utilisée comme un épouvantail pour ternir les bienfaits de la mixité sociale.

Dans une société de plus en plus duale, déchirée entre des poches de pauvreté et des ghettos de riches, la mixité sociale est bien partie pour ne rester qu’un concept, pire un gadget parmi tant d’autres… mais jusqu’à quand ?



* Jean-Claude Chamboredon et Madeleine Lemaire, Proximité spatiale et distance sociale. Les grands ensembles et leur peuplement, Revue française de sociologie, 1970.
** Marie-Hélène Bacqué est architecte-urbaniste, professeur de sociologie à l’université d’Evry-Val d’Essonne.






Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu