Connectez-vous S'inscrire






Finance éthique

La finance islamique explore de nouveaux horizons en Afrique

Rédigé par Assmaâ Rakho Mom | Lundi 31 Mars 2008

Un rapport publié mercredi 26 mars par le cabinet Moody"s Investors Services et intitulé "La finance islamique explore de nouveaux horizons en Afrique" rappelle que, si "les services bancaires en accord avec les principes de l'Islam constituent un phénomène récent en Afrique", le marché potentiel de la finance islamique "pourrait s"élever à près de 235 milliards de dollars US".



La finance islamique explore de nouveaux horizons en Afrique

Apparition tardive

Selon un rapport publié le 26 mars dernier par Moody"s Investors Services et rédigé par Anouar Hassoune, analyste au sein du cabinet, "si la croissance de l’Afrique se poursuit à son rythme actuel, le plus soutenu depuis des décennies, la création supplémentaire de richesse devrait faciliter le développement des services financiers islamiques, non seulement dans le domaine de la banque d’affaires, mais également dans les secteurs de l’assurance, de l’investissement et de la micro-finance".

Pourtant, les services bancaires respectant les principes islamiques n'ont fait leur apparition que tardivement en Afrique, dans la dernière décennie, et princiaplement en Afrique du Nord, Afrique sub-saharienne et Afrique australe . Selon son rapport, le cabinet Moody's estime que "si l’on estime que les activités bancaires dans la région représentent au bas mot 50% du PIB total produit en moyenne par les musulmans africains, le marché potentiel de la finance islamique pourrait s’élever à près de 235 milliards de dollars US".

Précurseur

Les services bancaires islamiques se sont pourtant, dès les années 70, développés sur les marché du Moyen-Orient et d'Asie du Sud-Est, la Malaysie constituant sur ce plan un précurseur dans la région. Ces dernières années, ne se bornant plus aux seules activités de crédit, la finance islamique étend également sa sphère d'activité en dépassant largement les frontières des états musulmans. "Des pays aussi importants sur le plan économique que le Japon, le Royaume-Uni et la Chine pensent sérieusement à renforcer la place de la finance islamique sur leur marché domestique, renforçant d’autant la crédibilité de ce phénomène", constate le rapport de Moody's Investors Services.

Et l'Afrique dans tout cela ? Selon Moody's, elle compte 37 institutions financières islamiques pour une population musulmane s’élevant à 412 millions d’habitants. Pour Anouar Hassoune, l'auteur du rapport sur la finance islamique en Afrique, le PIB moyen par habitant s'y élève "seulement à 1 137 dollars US en 2007. Toutefois, compte-tenu du fait que l’Afrique abrite la deuxième population musulmane la plus importante au monde, la taille absolue de sa production économique a atteint 469 milliards dollars US l’an dernier". "Ce montant n’est pas négligeable puisqu’il égale le PIB cumulé de l’Arabie Saoudite et des Emirats arabes unis, deux des principales économies du monde musulman", précise M. Hassoune.





Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu