Connectez-vous S'inscrire






Archives

La cohésion nationale comme priorité pour le CIS92

Rédigé par Assmaâ Rakho Mom | Lundi 23 Avril 2007

Créée en janvier 2005 « afin d’inscrire les activités sociales et culturelles de ses membres dans la dynamique nationale du mouvement social et citoyen », la Coordination islam et société des Hauts-de-Seine (CIS92) est une toute jeune mais dynamique et ambitieuse fédération de mosquées du département du 92. Coup de projecteurs sur deux de ses actions phares : l’action seniors et le bus de la citoyenneté.



La cohésion nationale comme priorité pour le CIS92
« Nous agissons, pour prévenir et réduire les phénomènes de radicalisation dans tous les courants, sur le fait que les jeunes ne s'identifient plus à des hommes et des femmes de leur connaissance, et pour tenter de comprendre le malaise que nous vivons et ses sources. Nous cheminons vers une alternative à l'ignorance et la diabolisation de faits sociaux et culturels importants pour empêcher la violence, la précarité et l'économie parallèle » déclare à Saphirnews Fatna Chouaikh, conseillère municipale à Nanterre, trésorière et membre du conseil d’administration du CIS92.

Réuni sept fois depuis la création de l’association, le conseil d’administration est composé des mosquées de Nanterre, Asnières, Gennevilliers, Villeneuve la Garenne et Antony Quant à celles de Puteaux, Colombes et Boulogne, elles « soutiennent son action et participent aux événements marquants, tels que la messe en la mémoire de sa Sainteté le Pape Jean-Paul II ». Ils sont par ailleurs « informés chaque mois des débats et projets proposés par le conseil d’administration ».


Chibanis

« Une proportion non négligeable de personnes âgées ou en invalidité y vit souvent de façon précaire, elles sont souvent isolées de la société qui les entoure pour des raisons de proximité évidentes, c’est surtout la barrière de la langue qui agit comme un frein à la compréhension orale et écrite ainsi qu’à toute forme de communication. Notre projet cible une population qui hésite à entreprendre des démarches de peur d’être mal comprise, voire refoulée » nous explique Mme Chouaikh.

Afin de mettre en œuvre cette « mission seniors », « une structure légère, chargée de repérer les populations souffrant de maladies courantes (diabète, maladies cardio-vasculaires, asthmes, pathologies urinaires…) » est mise en place « après repérage et évaluation des urgences », cette structure devant servir « d’intermédiaire avec les services publics concernés » et sera « chargée de relayer des campagnes de sensibilisation, d’information et d’accompagnement » afin que les personnes âgées trop fragiles puissent accéder à l’offre publique de soins.

Par la suite, des études de terrain devraient être menées par la commission citoyenneté du CIS92 gérée par « deux ou trois personnes ressources employées à mi-temps par la Coordination » précise Fatna Chouaikh.

Revenant à la demande de Saphirnews sur la nouvelle législation permettant aux « chibanis » de pouvoir vivre dans leurs pays d’origine tout en conservant leurs retraites, Fatna Chouaikh tient à préciser qu’il « s'agissait de ramener l'obligation de résidence de neuf mois à trois mois. Il était par ailleurs prévu en accord avec les foyers Adoma (anciennement Sonacotra) que ces retraités puisent bénéficier d'une adresse permanente et se relayer dans les chambres. Ils perdraient ainsi le bénéfice de l’APL et paieraient le loyer au prix le plus fort pendant trois mois ». Mme Chouaikh poursuit en estimant que « cette réforme serait une fausse bonne idée qui ne sécuriserait pas pour autant la situation de ces retraités et les soumettrait à un traitement spécifique qui au passage pourrait les priver de certains droits. »

Finalement, il serait « beaucoup plus digne d'accorder a ces retraités qui ont participé à la construction de France, un minimum vieillesse sans condition eu regard de leurs conditions de travail et leur état de santé. »


Bus de la citoyenneté

« Un outil pédagogique et de communication populaire pour notre département. » C’est ainsi que le présente le CIS92. L’initiative tourne autour de trois axes principaux, détaillées par Mme Chouaikh. Ils consistent à « aider les populations visitées, en matière de procédures, pour prendre en charge leurs problèmes administratifs et juridiques, orienter particulièrement les jeunes et les personnes en situation de fragilité ou de précarité vers les structures appropriées en vue de les aider à sortir de la marginalité et expliquer à partir de réalités concrètes dans les endroits où le bus se déplace, les préceptes en s’appuyant sur des événements d’actualité socio-politique ou religieux de tous les jours ».

Précisons que le CIS92, financé par l’Etat « à travers la mission ville et le dispositif
adulte relais », emploie une personne chargée de ceux que l’on appelle communément les « chibanis » et que l’association nomme les seniors.





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu