Connectez-vous S'inscrire






Archives

La canicule, une épidémie, un drame humain

Rédigé par Mom Nicolas | Vendredi 15 Août 2003

Voilà un court répit à la terrible canicule qui sévit en Europe. Durant plus de deux semaines le thermomètre a pointé une température supérieure à 35°C. Outre la rupture des ventilateurs dont les derniers partent à prix d’or, la canicule signe la France d’un rengorgement excessif des urgences mais aussi des pompes funèbres qui voient le nombre de décès augmenter chaque jour.



Voilà un court répit à la terrible canicule qui sévit en Europe. Durant plus de deux semaines le thermomètre a pointé une température supérieure à 35°C. Outre la rupture des ventilateurs dont les derniers partent à prix d’or, la canicule signe la France d’un rengorgement excessif des urgences mais aussi des pompes funèbres qui voient le nombre de décès augmenter chaque jour…

 

Le ministre de la santé, Jean François Mattei, a qualifié de « drame humain » et d’ « épidémie » d’hyperthermie sur les ondes de France inter en parlant de ces séries de décès et d’hospitalisations à la suite de cette canicule. Le chiffre de 3 000 morts, annoncé par la Direction Générale de la Santé, ne surprend pas le ministre de la santé : « les chiffres sont importants, ils seront même très importants. L’ampleur des chiffres peut surprendre. Elle s’explique par une canicule exceptionnelle à la fois par le niveau des températures et par un phénomène récent qui est l’allongement de l’espérance de vie. »

Face à cette crise du personnel soignant, face à ce drame, qui ne fait que confirmer la crise de l’état du système de soin français, Matignon a annoncé, dans la soirée de mercredi, la mise en œuvre du « plan blanc » à Paris consistant à mobiliser tous les moyens médicaux et à appeler tout le personnel médical en congé.

 

Déshydratation, coup de chaleur, mais aussi pollution…

 

Les résultantes de ces fortes chaleurs sur la santé sont les risques de déshydratation, les coups de chaleur, et l’aggravation des maladies chroniques. Les principales victimes sont les nourrissons et les vieillards. La déshydratation, traitée rapidement, n’est pas le principal danger pour la vie de l’individu, au contraire des coups de chaleurs qui entraînent des pathologies graves. Pour les coups de chaleur, les taux de mortalité selon le chef de service de réanimation de l’hôpital Bichat, Bernard Régnier, atteindraient « 15 à 20 % voire davantage chez les personnes les plus fragiles »… En outre ces risques liés directement à la chaleur, la pollution, accrue par la canicule, irrite les muqueuses respiratoires sensibilisant davantage les personnes asthmatiques, multipliant les crises d’asthme mais aussi les personnes atteintes de maladies cardio – vasculaires. 





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu