Connectez-vous S'inscrire






Archives

La Mosquée de Trappes proteste contre

Rédigé par Alkhaliki Dr. jaouad | Lundi 16 Février 2004

Ce jeudi 12 février 2004 France 2 a diffusé, dans le cadre de son émission Envoyé Spécial, un reportage sur les musulmans de la ville de Trappes avec, en message principal, « la mainmise des fondamentalistes sur une ville abandonnée par la République ». Je tenais à réagir dans ces lignes suite à cette diffusion en me faisant l’écho de quelques centaines de personnes sur la ville.
Je peux accepter que Frédéric Brunnquell n’ait pas pu saisir toutes les subtilités ainsi que la complexité de la situation de la ville de Trappes et que ceci l’ait fait sombrer dans des raccourcis simplistes voire provocateurs. Je peux en effet comprendre et pardonner cela. En revanche lorsque des informations erronées sont sciemment lancées à une heure de grande écoute je ne l’admets pas.



Ce jeudi 12 février 2004 France 2 a diffusé, dans le cadre de son émission Envoyé Spécial,  un reportage sur les musulmans de la ville de Trappes avec, en message principal, « la mainmise des fondamentalistes sur une ville abandonnée par la république ». Je tenais à réagir dans ces lignes suite à cette diffusion en me faisant l’écho de quelques centaines de personnes sur la ville.

 

Je peux accepter que Frédéric Brunnquell n’ait pas pu saisir toutes les subtilités ainsi que la complexité de la situation de la ville de Trappes et que ceci l’ait fait sombrer dans des raccourcis simplistes voire provocateurs. Je peux en effet comprendre et pardonner cela. En revanche lorsque des informations erronées sont sciemment lancées à une heure de grande écoute je ne l’admets pas.

 

France 2 avait pour obligation de vérifier ce reportage avant sa diffusion, c’est bien là ma compréhension d’une information honnête et particulièrement en provenance de notre service public.

 

Frédéric Brunnquell dit dans son reportage qu’il attend toujours son interview avec moi. Mis à part le fait qu’il est un peu hypocrite de dire cela dans le reportage puisque, par définition, il ne peut plus espérer me rencontrer au moment de sa diffusion, j’ai adressé deux courriers encore en ma possession à Frédéric Brunnquell afin de lui dire que j’acceptais de participer à son reportage après avoir effectivement refusé l’année dernière, pour des raisons que je lui ai expliquées en tête à tête dans les locaux de notre association. Frédéric Brunnquell a sciemment menti sur ce point, car mon interview aurait été en opposition du message erroné qu’il a essayé de faire passer, contre vents et marées, dans son reportage.

 

L’image qui est donnée de la ville de Trappes est assez stupéfiante. S’il est vrai que la ville de Trappes sort d’un profond coma dont la seule cause est la gestion politique (au sens large) catastrophique qui en a été faite durant les 70 dernières années, il n’en reste pas moins que cette ville est en train de se transformer, et notamment sur le plan urbanistique par l’intermédiaire du GPV. Il était très facile pour Frédéric Brunnquell de montrer ce changement ainsi que les nouvelles réalisations. Il a choisi de montrer la misère et les décombres, ce qui revient à dénigrer le travail associatif de plusieurs centaines de bénévoles sur la ville; il a menti par omission.

 

Avant mon arrivée à la tête de cette association, les femmes musulmanes étaient brimées, n’avaient aucune place, ne pouvaient pas participer à la vie de l’association, n’avaient pas le droit de vote et très peu de considération. Une de mes premières décisions a été de négocier avec la mairie afin d’avoir un local pour elles. Nous avons ensuite mis en place diverses activités où elles pouvaient enfin dire ce qu’elles pensaient, s’exprimer comme les hommes et réaliser des activités qui leurs sont propres, sans avoir à attendre l’aval de qui que ce soit et en total autonomie. L’image de la femme sous tutelle qui est donnée dans ce reportage est tout simplement mensongère, car j’ai passé du temps avec Frédéric Brunnquell afin de lui expliquer cela. Je lui ai également ouvert toutes les portes afin qu’il puisse s’entretenir avec les femmes qui ne le désiraient pas au départ. J’ai un message de sa part me remerciant pour ceci. Frédéric Brunnquell a donc sciemment menti sur ce point dans son reportage.

 

Myriam (dans le reportage) n’a cessé de demander que son visage ne soit pas reconnaissable. Frédéric Brunnquell le savait car Myriam m’a dit avoir appelé (comme d’autres personnes pour lesquelles cette demande a été acceptée) le jeudi soir avant la diffusion pour le signifier et lui a envoyé un SMS pour le lui signifier. Frédéric Brunnquell l’a rappelée pour lui dire qu’elle était manipulée par « les hommes ». La belle compréhension du terrain que voilà !

 

Frédéric Brunnquell dit que nous avons été contactés par l’UOIF lors des manifestations de décembre, ce qui est totalement faux. Nous ne sommes pas membres de l’UOIF. Il a encore menti.

 

Frédéric Brunnquell a dit « Le modèle des militants de l’UMT est l’islam pour tous comme seule règle de vie. Un modèle qui commence à se substituer à celui de la république partout où l’absence et la démission du politique ont transformé les cités en ghettos. »

Ce grand reporter semble oublier que parmi les musulmans il y a des docteurs, des ingénieurs, des avocats et des médecins qui ont fait le choix de vivre dans ces ghettos afin d’aider les gens à justement en sortir. Tout ce travail social n’a pas été cité.

 

Frédéric Brunnquell, lors de son interview en plateau, dit que : « Le seul endroit où ces jeunes femmes parlent librement c’est le lycée »

Penser que le fait de forcer une jeune fille à enlever son voile au sein de son établissement d’enseignement lui fera changer sa manière de penser, ses convictions ou encore ses croyances, est une utopie. Et j’aurais aimé que Frédéric Brunnquell assiste à certains de nos cercles de discussion pour se rendre compte que « ces filles » parlent plus librement dans ces cercles que brimées et forcées ailleurs. Ce commentaire montre une méconnaissance profonde du terrain.

 

Je tenais à vous informer pour que vous sachiez que l’Union des Musulmans de Trappes désire que ceci soit corrigé. Dans le contexte difficile que nous, vivant en France, nous ne devons pas laisser place aux extrêmes. J’en appelle à votre bon sens et à votre professionnalisme.

 

Nous avons passé plusieurs années à expliquer aux gens la notion de citoyenneté, de respect et d’égalité entre les femmes et les hommes, de respect des différentes croyances ou philosophies de pensée, de rejet total de toute forme de racisme ou d’antisémitisme. Ce genre de reportage, avec tous ses sous-entendus et ses erreurs, n’est pas à même de faire avancer les choses de manière positive.

 

Je reste à la disposition de mon pays pour lever les amalgames et en particulier les mauvaises compréhensions de l’islam par les musulmans eux-mêmes.





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu