Connectez-vous S'inscrire






Archives

La France s'engage dans le conflit ivoirien.

Rédigé par Dramé Ibrahima | Vendredi 13 Décembre 2002

La France a décidé mercredi d’intervenir plus activement dans le conflit qui oppose les rebelles aux forces loyalistes en Côte d’Ivoire. Dans les prochains jours, plusieurs centaines de soldats devraient s’ajouter aux 1200 déjà présents sur le territoire ivoirien. La troisième phase de l’opération « licorne » menée depuis le mois de septembre se veut plus engagée pour parvenir à une résolution rapide du conflit. Les 3000 jeunes ivoiriens prêts à s’engager dans l’armée pour la libération de leur pays inquiètent, et remettent en cause une résolution rapide et pacifique du conflit.



La France a décidé mercredi d’intervenir plus activement dans le conflit qui oppose les rebelles aux forces loyalistes en Côte d’Ivoire. Dans les prochains jours, plusieurs centaines de soldats devraient s’ajouter aux 1200 déjà présents sur le territoire ivoirien. La troisième phase de l’opération « licorne » menée depuis le mois de septembre se veut plus engagée pour parvenir à une résolution rapide du conflit. Les 3000 jeunes ivoiriens prêts à s’engager dans l’armée pour la libération de leur pays inquiètent, et remettent en cause une résolution rapide et pacifique du conflit.

 

L’armée française s’engage.

« Cette fois-ci c’est un pas de plus » a déclaré le colonel Christian Batiste de l’état major des armées. Les militaires français qui avaient pour rôle initiale de faire appliquer le cessez-le-feu conclu le 18 octobre ont à présent comme consigne d’ « ouvrir le feu » à quiconque mettant leur vie en danger ou empêchant l’armée d’accomplir sa mission. Dans son nouvel élan interventionniste, la France a nommé mercredi Renaud Vignal nouvel ambassadeur en Côte d’Ivoire.

 

Les jeunes ivoiriens du sud déterminés

« Nous sommes prêts à mourir pour le pays, mais ce sont les assaillants qui doivent mourir. Nous allons mettre un terme à la rébellion. Nous ne négocierons pas avec les rebelles, nous allons marcher sur eux », avait martelé M. Blé Goudé, surnommé « le général de la jeunesse ». Mardi matin, très tôt, une foule de jeunes ivoiriens prêts à s’engager s’empressaient  pour se rassembler dans la cour du ministère de la défense. Poussé par l’armée, ce mouvement patriotique de la jeunesse compte bien mettre fin aux revendications des rebelles qui exigent la démission du Président.

 

Les violences de cette semaine semblent  bloquées les négociations, les rebelles du MPCI, Mouvement patriotique de Côte d’Ivoire menacent de mettre fin aux négociations après la découverte d’un charnier, des civils auraient été abattus. « Nous allons droit vers la guerre » affirme le porte-parole du MPCI.





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu