Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

La France prend la tête de l'Union européenne

| Lundi 30 Juin 2008



La France a pris le relais de la Slovénie à la tête de l'Union européenne pour six mois. Nicolas Sarkozy a appelé lundi «à changer profondément notre façon de construire l'Europe». Car aujourd'hui, l'Europe inquiète, a-t-il dit.
«Ca ne va pas du tout», a dit le président français. «L'Europe inquiète et, pire je trouve, peu à peu nos concitoyens se demandent si finalement l'échelon national n'est pas mieux à même de les protéger que l'échelon européen», a-t-il ajouté lors d'un entretien à la chaîne de télévision publique France 3.

«C'est un retour en arrière et s'il y a retour en arrière, c'est qu'il y a eu erreur dans la façon de construire l'Europe», a-t-il poursuivi, ajoutant: «Il faut donc changer profondément notre façon de construire l'Europe».

Nicolas Sarkozy a fait valoir qu'»on attend de l'Europe qu'elle protège les Européens contre les risques que fait peser la mondialisation, et c'est là que ça ne marche pas». Nicolas Sarkozy veut placer la présidence française de l'UE sous le signe de projets concrets. Mais le président a reconnu que le non de l'Irlande au traité constitutionnel rendait plus ardues les priorités françaises. «La première priorité pour nous est de circonscrire le problème aux Irlandais» et que les autres pays européens «continuent de ratifier».

Les 27 sont confrontés à un problème de ratification du Traité de Lisbonne après le rejet par les électeurs irlandais de ce texte, qui doit réformer le fonctionnement des institutions européennes et qui nécessite l'approbation de l'ensemble des Etats membres pour entrer en vigueur.

«Il ne faut pas se presser, mais en même temps, on n'a pas trop de temps» avant les élections européennes en 2009 pour résoudre la crise institutionnelle, a-t-il dit. Le chef de l'Etat français a estimé que la Banque centrale européenne (BCE) «devrait se poser la question de la croissance» et «pas simplement de l'inflation». La BCE, dont Nicolas Sarkozy a souvent critiqué la politique de l'euro fort, devrait augmenter jeudi son principal taux d'intérêt directeur. L'inflation en zone euro a atteint pour la première fois le seuil de 4% en juin.

«L'inflation d'aujourd'hui est due à l'explosion des matières premières, alors on ne va pas m'expliquer que pour lutter contre l'inflation il faut monter les taux d'intérêt !», a lancé le président français.

Nicolas Sarkozy a aussi annoncé qu'il proposerait à ses partenaires européens que la TVA sur «tout ce qui est écologique», notamment les immeubles HQE (haute qualité environnementale) et les voitures propres, soit abaissée «à 5,5%».

La France assure officiellement à partir de mardi la présidence semestrielle de l'Union avant de passer le relais le 1er janvier 2009 à la République tchèque.




Loading












Recevez le meilleur de l'actu