Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

La CPI exige l’arrestation de Seif al-Islam Kadhafi

Rédigé par | Jeudi 15 Juin 2017



La CPI exige l’arrestation de Seif al-Islam Kadhafi
La procureure général de la Cour pénale internationale (CPI), Fatou Bensouda, a demandé, mercredi 14 juin, l’arrestation immédiate du fils de l’ancien chef d’Etat libyen Mouammar Kadhafi. Depuis 2011, Seif al-Islam est sous le coup d’un mandat d’arrêt de la CPI pour crimes contre l’humanité. Une décision « toujours en vigueur et la Libye est tenue de procéder immédiatement à l’arrestation de M. Kadhafi et de le remettre à la CPI, indépendamment de toute prétendue loi d'amnistie en Libye», a déclaré la procureure dans un communiqué.

Condamné à mort par contumace en juillet 2015 par la justice libyenne, il est toujours recherché par les autorités judiciaires de Tripoli. Détenu depuis novembre 2011 par « la Brigade Abou Bakr al-Sadiq », groupe armé de Zenten, à 170 kilomètres au sud-ouest de Tripoli, il n’avait pas pu comparaître à son procès.

Mais, samedi 10 juin, le groupe a affirmé que Seif al-Islam a été libéré en application d’une loi d’amnistie promulguée par les autorités dissidentes au gouvernement d’union nationale (GNA). Basée dans l’est libyen, la ville de Zenten est sous contrôle de plusieurs groupes armés. Ses autorités ne sont pas reconnues par les instances internationales.

« Nous vérifions à l'heure actuelle ces informations et prenons les mesures qui s'imposent pour déterminer où se trouve M. Kadhafi », a précisé Fatou Bensouda. Elle a invité l’Etat libyen, le Conseil de sécurité de l’ONU et les Etats concernés à transmettre « tout renseignement pertinent dont ils disposeraient ». Seif al-Islam est accusé d’avoir joué un « rôle-clé dans la mise en oeuvre d'un plan » conçu par son père visant à « réprimer par tous les moyens » le soulèvement populaire.

La procureure a également demandé qu’Al-Touhami Khaled, l’ex-chef de la sécurité de Mouammar Kadhafi, soit arrêté et remis à la Cour. La magistrate a affirmé en novembre 2016 qu’elle ferait du dossier libyen « une priorité » en 2017. Trois des sept fils du « guide » libyen sont morts durant les soulèvements de 2011. Saadi Kadhafi, ancien footballeur professionnel, est l’un des survivants. Il est jugé en ce moment en Libye pour son rôle dans la répression. Safia Farkech, la veuve de Mouammar Kadhafi, et trois autres de ses enfants ont trouvé refuge en Algérie, puis à Oman.

Lire aussi :
Libye : le colonel Kadhafi est annoncé mort





Loading














Recevez le meilleur de l'actu