Connectez-vous S'inscrire






Archives

L'insécurité et la jeunesse.

Rédigé par Ismaili Miloud | Mercredi 15 Octobre 2003

Ces dernières années, on a jamais autant parlé de la jeunesse. Les différents faits d'actualité (souvent dramatiques) ont placé les jeunes sous les feux des projecteurs. Tout et n'importe quoi a été dit à leur sujet.



Ces dernières années, on a jamais autant parlé de la jeunesse. Les différents faits d'actualité (souvent dramatiques) ont placé les jeunes sous les feux des projecteurs. Tout et n'importe quoi a été dit à leur sujet. Une chose est sûre : la violence des jeunes -et des mineurs en particulier- a encore gagné du terrain. De récentes statistiques confirment l'augmentation globale de la violence des 10-18 ans déjà en forte hausse ces dernières années. Sur le premier semestre 2OOO, les interpellations pour vols avec violence, agressions physiques et violences sexuelles sont en hausse. Le phénomène est particulièrement sensible en Ile de France. Le numéro vert ' Jeunes violences écoutes ' mis en place par le conseil régional d' Île-de-France, a reçu en moins de six mois de fonctionnement 124 OOO appels dont 24 8OO cas de violence caractérisée. Le succès de ce numéro témoigne de l'augmentation des vols , des agressions et des abus sexuels chez les jeunes. La violence des jeunes révèle d'abord leur souffrance. Derrière chaque voiture qui brûle, il y une voix qu'on entend à peine. la défaillance des institutions est patente. La société de consommation, la débâcle morale, les carences éducatives, l'absence parentale, l'individualisme, la lutte de tous contre tous, l'idolâtrie de l'argent et des stars et l'acceptation de l'immoral contribuent au démontage de la conscience des jeunes et à la manipulation de leur esprits. Pour échapper à ce système de compétition généralisé et à ces banlieues qui génèrent un sentiment d'abandon et de mépris social, les jeunes s'énivrent et fument de plus en plus tôt. Une récente enquête menée par l'INSERM confirme la progression des polyconsommations : tabac, alcool et cannabis. A 18 ans, 28% des garçons et 15% des filles utilisent de façon répétée aux moins deux produits psychoactifs. La combinaison la plus fréquente est celle du cannabis et du tabac. 15% des garçons de 18 ans les associent de façon régulière (Libération 3/3/O1). La jeunesse roule très vite, se passionne pour les rodéos de voitures, ils cherchent à se faire peur. Ces conduites à risques sont une manière de jouer son existence contre la mort pour donner sens et valeur à sa vie. A défaut de trouver en soi le jeu de vivre, il s'agit de se jouer de la mort comme on mise une dernière carte. Les cris douloureux ne trouvent pas écho. L'adulte a perdu le sens de l'écoute et les politiques s'effarent devant la montée de la violence et de la délinquance. Autre détail tout aussi inquiétant : la violence n'est pas propre aux garçons. Depuis quelques années, les bandes de filles , racketteuses et délinquantes apparaissent. Aux Etats-Unis, les filles délinquantes sont de plus en plus nombreuses et de plus en plus violentes. 10% des membres des gangs américains seraient des filles. Elles n'hésitent pas à s'entre-tuer à coups de gros calibres pour des motifs plus que nébuleux, lorsqu'il ne s'agit pas du contrôle du trafic de crack et de coke. Alors que faire face à autant de violence juvénile ? Faute de pouvoir changer la société, il faut changer le jeune. Transformer son être, bousculer ses idées, déranger ses habitudes, créer une véritable révolution intérieure comme nous y invite le Coran : ' en vérité, ALLAH ne modifie point l'état d'un peuple, tant que les (individus qui le composent) ne modifient pas ce qui est en eux-mêmes . ' (Sourate Le Tonnerre, verset 11). Aider le jeune, c'est abord écouter sa souffrance, l'accompagner, le soutenir, l'orienter et le conseiller. La santé d'une nation se mesure à la santé de sa jeunesse. Et pour l'islam, les jeunes sont l'espoir et la fleur de la Oumma. Le prophète (que la paix et le salut de Dieu soient sur lui) a aimé les jeunes qui très tôt contribuèrent à l'essor de la religion. Il a dit : ' Je vous conseille de prendre soins des jeunes, leurs cours sont tendres (qui acceptent facilement le message). Dieu m'a envoyé avec la religion de la vérité ; les jeunes m'ont soutenu, les vieux m'ont contredit. ' Tant que les idoles des jeunes seront Mikael Jackson et Harold shwacheneger alors on produira des jeunes riches en muscles mais pauvres en foi et vertus. Du point vue islamique, la jeunesse est une richesse qui n'a pas de prix. Au matin de l'islam, des monbreux jeunes ont répondu à l'appel de la foi. Il y avait Ali Ibn Abi Taleb (1O ans), Omar Ibn Khattab (20 ans), Talha Ibn Roubeidillah (11ans), Massoud Ibn Rabira (17 ans), Jaafar Ibn Abi Taleb (18 ans). La jeunesse musulmane du temps du prophète a brillé par sa foi, son savoir et son courage, elle fut héroïque. L'islam avait trouvé en ses jeunes ses meilleurs représentants et ses meilleurs combattants. La jeunesse du monde aujourd'hui au bord de l'abîme et la jeunesse musulmane ' en panne de foi ' trouveront dans l'exemple du prophète (que la paix et le salut de Dieu soient sur lui) et de ses jeunes compagnons une voie sûre pour réussir dans ce monde et dans l'autre. Je prie Dieu pour que les années 2OOO qui voient entrée une foule de jeunes dans l'islam soit des années d'une jeunesse forte qui dit ' .Notre Seigneur est ALLAH .. ' (41 :30). La foi ne se sépare jamais de la droiture et du bien. Rappelez vous l'homme qui demanda conseil au prophète qui lui répondit : ' dis : je crois en Dieu et sois droit . ' La droiture est un comportement noble , brillant de vertus et de qualités. Elle s'acquiert par un long travail intérieur (jihad an nafs) qu'il faut mener avec intelligence et de façon constante. C'est par un travail collectif et organisé des parents, des éducateurs, des savants, des politiques et des institutions que l'ont pourra aider les jeunes à se sentir mieux , à vivre mieux.




Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu