Connectez-vous S'inscrire






Finance éthique

L’éthique islamique investit le milieu de la finance en France

Rédigé par Bamba Amara | Samedi 9 Avril 2005

Isla-Invest Consulting est un cabinet de conseil en finances islamiques en France. Un cabinet comme les autres, à la différence qu’il prend en compte des considérations conformes à l’éthique islamique. Il y a seulement quelques années, une telle initiative aurait tout l’air d’un nouveau gadget au label « islamique ». Mais avec le succès du système économique islamique symbolisé par l’ouverture de la IBB, la banque islamique de Grande-Bretagne à Londres, Isla-Invest s’inscrit bien dans l’air du temps. Pour Monsieur Zoubair Ben Terdeyet, à l’origine du projet, il y a une demande de conseil éthique en France.



Isla-Invest Consulting est un cabinet de conseil en finances islamiques en France. Un cabinet comme les autres, à la différence qu’il prend en compte des considérations conformes à l’éthique islamique. Il y a seulement quelques années, une telle initiative aurait tout l’air d’un nouveau gadget au label « islamique ». Mais avec le succès du système économique islamique symbolisé par l’ouverture de la IBB, la banque islamique de Grande-Bretagne à Londres, Isla-Invest s’inscrit bien dans l’air du temps. Pour Monsieur Zoubair Ben Terdeyet, à l’origine du projet, il y a une demande de conseil éthique en France. 

 

Zoubair connaît le système financier international. Diplômé de l’université de Paris X (Nanterre), il fait carrière dans divers types d’institutions bancaires, notamment à l’UBS-global Asset management, monstre sacré dans le secteur de la gestion de patrimoine et gestion d’actifs, puis chez Aareal Bank France, banque de financement immobilier. C’est chez UBS, maison mère de Noriba bank, symbole de la vitalité du Système financier islamique, que Zoubair s’interroge sérieusement sur le besoin de conseils conformes à l’éthique musulmane. Il commence à se documenter sur les questions d’éthique dans les milieux financiers.

Français et musulman, Zoubair recherche une voie d’harmonie entre les dispositifs financiers classiques de l’hexagone et les valeurs éthiques de l’islam. « Quand j’ai terminé mes études et que j’ai commencé à gagner de l’argent, je me suis sérieusement demandé ce que je ferais de mon argent. Je ne peux pas thésauriser, je ne peux pas le gaspiller et si je veux faire des économies ou si je veux investir, je connais trop le système pour savoir que les investissements ne sont pas tous conformes à mon éthique personnelle. » De là naît l’idée de créer Isla-Invest Consulting

 

Le marché français arrive à maturation

 

Lors de ses expériences professionnelles, Zoubair s’intéresse particulièrement aux dynamiques économiques qui animent la communauté musulmane londonienne. A côté, les musulmans français paraissent attentistes. Les différences qu’il observe ne peuvent toutes être imputées à la gestion gouvernementale de l’islam, encore moins aux systèmes. « C’est un paradoxe, constate-t-il. Aux Etats-Unis et en Angleterre, les musulmans sont proportionnellement peu nombreux. Mais ils sont plus entreprenants qu’en France où nous avons le nombre. » Seulement les musulmans de France n’ont pas hérité des pétrodollars, sinon pour des projets spécifiques forts circonscrits. Le pari d’Isla-Invest est donc de miser sur l’avenir. Selon Zoubair, « le marché français du commerce éthique émerge à peine. Il arrive à peine à maturation. Et il y a une vraie demande potentielle. En proposant des produits, les gens sauront y voir leur intérêt. Donc l’offre créera la demande. Jusqu’à maintenant, les investisseurs n’avaient pas le choix. On ne peut donc pas leur en vouloir. Nous voulons leur donner une alternative. »

 

De leur étude de marché, les fondateurs d’Isla-Invest tracent les priorités des secteurs d’activité où les investisseurs ont le plus besoin de conseils. Leur meilleur atout est leur double compétence. « D’une part nous connaissons les valeurs éthiques des musulmans et nous ne voulons pas les enfreindre. D’autre part, nous savons où trouver les informations et nous sommes formés pour les analyser. Combien d’investisseurs savent par exemple que telle société très rentable investit 2% de son chiffre dans la fabrication de bières ? Les investisseurs savent-ils que telle autre société exploite des enfants à l’autre bout du monde ? » Le ton est ainsi donné et Isla-Invest énonce trois champs prioritaires où il prodigue ses conseils.

 

La bourse, l’immobilier et l’entreprise

 

A celles et ceux qui veulent boursicoter, par plaisir ou par nécessité, Isla-Invest propose des conseils en ligne. Une base de données leur devient accessible avec des indices propres appelés Isla-Index, mis au point par la société. Ces clients bénéficient des analyses et des notations de sociétés non cotées en bourse. Les agents d’Isla-Invest se proposent aussi pour la gestion d’actifs sous mandat avec des partenaires qu’ils ont choisis.

 

Quant à ceux qui veulent trouver un bien immobilier sans se livrer à la spéculation de mise dans ce secteur, Isla-Invest se déplace ou reçoit ses clients pour les accompagner dans leur recherche. Le cabinet intervient autant dans le conseil en optimisation du patrimoine qu’au niveau du conseil dans la création de structure juridique appropriée. Ses conseils portent aussi sur l’analyse et la sélection des offres ainsi que sur la sélection de projets immobiliers au Maghreb et au Moyen-Orient.

 

En direction des entrepreneurs, Isla-Invest ne cache pas ses ambitions : « il nous faut encourager l’esprit d’entreprise chez les musulmans (ndr : en France). Aujourd’hui, des banques ne veulent pas prêter où ne peuvent pas prendre en compte certaines valeurs. Nous nous mettons en interface et nous leur présentons un business plan conforme à leur projet. » Le cabinet ne s’arrête pas aux analyses financières et aux conseils en organisation. Il étudie la faisabilité du projet et mène la recherche d’investisseurs en France et à l’étranger.

 

Des signes encourageants

 

Isla-Invest participe aux forums internationaux sur les finances islamiques. A peine de retour de Dubaï où il vient de participer à une rencontre internationale sur les finances islamiques, Zoubair est plus que confiant en l’avenir de son cabinet. Il déplore l’absence des entreprises françaises à ce type de rendez-vous internationaux dont il devient un habitué. Mais il estime que les valeurs prônées par Isla-Invest ne sont pas totalement inconnues en France. En effet, le président Chirac est à l'origine, avec son homologue brésilien Luiz Inacio Lula da Silva, d'une proposition de création d'une taxe internationale sur les profits de la mondialisation afin de financer le développement des pays pauvres. Une idée qui est rejetée par les États-Unis. Mais lors de sa visite à Tokyo, le président français affinait sa proposition en demandant une taxe internationale sur le kérosène ou les billets d’avions pour financer la lutte contre certaines maladies.

Pour l’initiateur d’Isla-Invest, de telles déclarations sont des signes encourageants. Car, dit-il : « nos clients ont tout à gagner et rien à perdre ». Et si la nouveauté du projet peut laisser sceptique, l’enthousiasme de ses initiateurs lui donne toutes ses chances. Les musulmans de France sauront-ils répondre à cet appel ? Le temps nous le dira.






Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu