Connectez-vous S'inscrire






Archives

L’UJFP accuse la LDJ de l’agression du rabbin Gabriel Farhi

Rédigé par Mom Nicolas | Lundi 6 Janvier 2003

L’agression du rabbin du Mouvement Juif Libéral de France suscite des réactions de la communauté juive et musulmane. A travers cet acte, c’est tout un engagement pour la paix qui est visé. Les extrémistes de tout bord sont montrés du doigt. Alors que l’UJFP (l’Union Juive Française pour la paix) dénonce la Ligue de Défense Juive (LDJ) , qui est un groupe para militaire d’extrême droite israélienne, le directeur du journal La Médina Hakim El Ghissassi, accuse « les personnes qui agissent de la sorte et justifient leur dérive en se referant à l’islam,et qui ne font qu’attiser les haines et ternir l’image des musulmans qui vivent en pleine harmonie avec la société ».



L’agression du rabbin du Mouvement Juif Libéral de France suscite des  réactions de la communauté juive et musulmane. A travers cet acte, c’est tout un engagement pour la paix qui est visé. Les extrémistes de tout bord sont montrés du doigt. Alors que l’UJFP (l’Union Juive Française pour la Paix) dénonce la Ligue de Défense Juive (LDJ) , qui est un groupe para militaire d’extrême droite israélienne, le directeur du journal  La Médina Hakim El Ghissassi, accuse « les personnes qui agissent de la sorte et justifient leur dérive en se référant à l’islam, et qui ne font qu’attiser les haines et ternir l’image des musulmans qui vivent en pleine harmonie avec la société ».   

 

Dans sa synagogue, située 23 rue Piéton dans le 11ème arrondissement, le rabbin Gabriel Fahri a été agressé vendredi 3 janvier à l’arme blanche. Transféré à l’hôpital St Antoine en urgence, il est sorti le soir même, il a une blessure étalée mais peu profonde. L’agression est survenue vers 16 h 30, peu avant le début de l’office du shabbat prévu à 18h30, alors seul à ce moment dans la synagogue. Il déclare « Quelqu'un a sonné à la porte. J'ai ouvert, un homme un peu plus petit que moi - environ 1,75 mètre -, la tête couverte d'un casque de moto intégral avec la visière opaque rabaissée a prononcé 'Allahou Akbar' -Dieu est grand- et m'a donné un coup de couteau. Son accent était très français ». 

Gabriel Fahri a précisé, en outre, avoir reçu des menaces le matin même de l’agression « avec des références au djihad et à la guerre contre tous les ennemis des Palestiniens ».

 

Un rabbin pour la paix

Gabriel Fahri est le rabbin du mouvement juif libéral de France. C’est un mouvement minoritaire en France qui prône des rites libéraux et un judaïsme moderniste en accueillant notamment des convertis et des couples mixtes. Le MJL est d’ailleurs « très ouvert au dialogue interreligieux » s’exprime un responsable du mouvement Frank Stepler. De plus le rabbin est membre de la fondation Yitzhak Rabin, c’est un militant pour une solution pacifique entre Israël et les palestiniens. Une position qui déplait « aux extrémistes de tout bord ».

 

L’ujfp accuse…

Dans un communiqué de presse, l’Union des Juifs Français pour la Paix dénonce l’agression. Une agression qui s’attaque avant tout à « l’engagement du rabbin en faveur de la paix, du dialogue et de la tolérance » affirme l’UJFP. Précisant que cet acte peut aussi bien trouver son origine des extrémistes juifs que des extrémistes islamiques.

 Le communiqué accuse, cependant la Ligue de Défense Juive et le Bétar, deux associations paramilitaires d’extrême droite israélienne. « Au moment d’enfoncer le couteau, son agresseur, portant un casque de moto, aurait prononcé les mots : ' Allah Akbar. On aura ta peau ! '. Les musulmans intégristes qui scandent ce célèbre cri de ralliement de l’Islam, qui se veut louange à Dieu, n’ont pas pour habitude d’y accoler le rajout profane ' On aura ta peau '. C’est par contre la menace préférée de la ' Ligue de défense juive ', organisation d’extrême-droite sioniste (interdite en Israël mais encore tolérée en France), objet de nombreuses poursuites judiciaires pour actes de violence » affirme l’union.  

 

« Aucun texte musulman ne tolère ce type d’acte »

De son côté, Hakim El Ghissasi, directeur du journal  la médina condamne de même l’agression. Rappelant que la communauté musulmane ne peut  « accepter de tels actes qui se réclament de l’islam, la religion musulmane nous enseigne le respect des hommes religieux et des lieux de culte ».  Ajoutant « Aucun texte  musulman ne tolère ce type d’acte. Les personnes qui agissent de la sorte et justifient leur dérive en se référant à l’islam, ne font qu’attiser les haines et ternir l’image des musulmans qui vivent en pleine harmonie avec la société et œuvrent activement dans le rapprochement des religions et des cultures. »

 





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu