Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

L'ONU dénonce les conditions de vie « révoltantes » des Rohingyas

Rédigé par La Rédaction | Vendredi 20 Juin 2014



En Birmanie, les Rohingyas installés dans des camps de déplacés vivent « dans des conditions révoltantes », a alerté, jeudi 19 juin, Kyung-Wha Kang, la sous-secrétaire générale aux affaires humanitaires de l’ONU, une semaine après s’être rendue dans l’Etat d’Arakan.

« J'ai été témoin d'un niveau de souffrance humaine dans des camps (de déplacés) que je n'avais personnellement jamais vues avant, avec des hommes, des femmes et des enfants vivant dans des conditions révoltantes avec de graves restrictions dans leur liberté de mouvement, aussi bien dans les camps que des villages isolés », a-t-elle fait savoir.

Suite aux violences meurtrières perpétrées contre cette minorité musulmane depuis juin 2012, près de 140 000 personnes sur les 800 000 Rohingyas de l’Etat sont toujours réfugiés dans des camps. Là, cette communauté à qui l’on refuse le statut de citoyen birman vit dans des conditions insalubres qui se sont renforcées après l’expulsion en février dernier de Médecins Sans Frontières (MSF) de l’Etat d’Arakan et de plusieurs autres ONG, attaquées en mars dernier par des habitants vilipendant leur actions en faveur des Rohingyas.

Avant ces incidents, dans cette partie sensible de la Birmanie, l’accès humanitaire oscillait autour de 50 %, d'après Pierre Peron, un porte-parole du Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires, peut-on lire sur le média birman Democratic Voice of Burma (VDB).

Par ailleurs, en conférence de presse, Kyung-wha Kang a expliqué que, pendant son séjour, les autorités gouvernementales et ses collègues de l’ONU lui ont « fortement conseillé de ne pas utiliser le terme (Rohingya) publiquement » en raison de la « situation très tendue » .

Cela en dit long sur les persécutions dont est victime cette population musulmane contre qui des moines islamophobes ont déposé dernièrement une série de quatre projets de lois discriminantes dont une contre les conversions.

Lire aussi :
Birmanie : les bouddhistes extrémistes pour une loi anti-conversion
L'indifférence coupable de l'ASEAN face au massacre des Rohingyas en Birmanie
Birmanie : les bouddhistes attaquent des ONG humanitaires
Birmanie : MSF autorisé à reprendre ses activités sauf dans l’Arakan
Birmanie : les violences contre les musulmans aggravées en 2013
L’ONU alarmée par la « ségrégation » des musulmans en Birmanie
L’exil ou la mort : les musulmans en Birmanie, en voie d’extermination




Loading












Recevez le meilleur de l'actu