Connectez-vous S'inscrire






Archives

L'Exécutif des musulmans de Belgique met fin à son existence

Rédigé par Assmaâ Rakho Mom | Lundi 25 Février 2008

La fin de l'Exécutif des musulmans de Belgique était officieuse. Elle est désormais, et depuis vendredi dernier 22 février, officielle et effective. Depuis quelques mois déjà, les membres de cette instance représentative des musulmans de Belgique se bornaient à expédier les affaires courantes. A présent, l'association sans but lucratif (asbl) est en liquidation, selon le ministre de la Justice belge Jo Vandeurzen.



Conflit

Réunis en assemblée générale vendredi dans la soirée, les membres restant de l'Exécutif des musulmans de Belgique, l'organe représentatif des musulmans belges, en sont arrivés à une conclusion : "Cette structure ne fonctionne plus". Ainsi s'exprimait samedi en milieu de journée la vice-présidente de l'Exécutif Hacer Düzgün.

L'assemblée générale de vendredi 22 février devait initialement permettre la désignation de dix nouveaux membres de l'instance représentative qui en compte dix-sept au total. En octobre dernier, un vote de défiance avait en effet écarté une partie des membres de l'Exécutif, tandis que d'autres avaient choisi de démissionner. Mais coup de théâtre, selon la vice-présidente Mme Düzgün, "les Marocains francophones s'y sont opposés [au vote]".

"La communauté marocaine n'arrive pas à s'organiser convenablement, principalement à cause des Marocains de l'ancienne génération, qui cherchent à prendre le pouvoir et ne réalisent pas l'importance de l'Exécutif", a encore déclaré Hacer Düzgün. Le président de l'Exécutif, Coskun Beyazgul, estime lui que l'échec et le démentèlement de l'Exécutif des musulmans de Belgique est à mettre sur le compte des Marocains francophones. "Les Turcs n'ont pas besoin de cet Exécutif parce qu'ils sont bien organisés", a-t-il ajouté.

Exécutif des musulmans de Belgique

Créé le 3 juillet 1996 par arrêté royal, l'Exécutif des musulmans de Belgique (EMB) devait émettre "des avis concernant les problèmes liés à la représentation de la communauté islamique. Il s'agit surtout de l'enseignement de la religion islamique et de la représentation dans les prisons et les hôpitaux", selon le communiqué de presse du Conseil des ministres du 12 juin 1998.

Comparable au Conseil français du culte musulman (CFCM) s'agissant de la représentation des musulmans, l'EMB a lui des compétences plus élargies, dans la mesure où en Belgique, l'école publique dispense deux heures de cours de religion par semaine et les représentants et autres professeurs du culte sont rémunérés par l'état, ainsi que l'entretien des lieux de culte.

Jo Vandeurzen, le ministre de la Justice belge
Jo Vandeurzen, le ministre de la Justice belge

Enquête judiciaire

Menée par le juge d'instruction de Bruxelles Michel Claise, une enquête judiciaire avait en outre abouti l'an dernier à la mise à jour de nombreuses irrégularités comptables, d'où la démission forcée de certains membres de l'EMB. Par ailleurs un administrateur provisoire avait été désigné pour s'occuper de la gestion des comptes de l'instance représentative.

Enfin, début février 2008, le ministre de la Justice belge Jo Vandeurzen a suspendu les financements dont bénéficiait jusqu'à présent l'EMB, en attendant "d'obtenir des informations fiables sur la situation financière de l'Exécutif". "Plus de la moitié des membres de l'Exécutif a démissionné ou n'a plus la confiance de l'assemblée générale. Aussi, l'Exécutif n'est plus représentatif. Une enquête judiciaire est en cours depuis 2005 sur l'utilisation des subsides accordés par la Justice", a déclaré le ministre de la Justice vendredi, indiquant que des négociations avec les membres de l'EMB "afin de trouver une solution constructive" devraient débuter la semaine prochaine.

En attendant, l'ASBL est en cours de liquidation et les personnels devraient être licenciés.





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu