Connectez-vous S'inscrire






Archives

Jowhar aux mains de l'union des tribunaux islamiques

| Jeudi 15 Juin 2006

Mercredi, les milices des tribunaux islamiques somaliens ont pris la ville de Jowhar, lors d'une offensive éclair, dernier bastion de l'alliance de chefs de guerre après leur défaite dans la capitale, le 5 juin. Elles ont promis d'y instaurer la charia.



Jowhar aux mains de l'union des tribunaux islamiques

Instaurer au plus vite la charia

Les milices des tribunaux islamiques somaliens ont pris mercredi lors d'une offensive éclair la ville de Jowhar (90 km au nord de Mogadiscio, en Somalie), dernier bastion de l'alliance de chefs de guerre. Et ont promis d'y instaurer au plus vite la charia. "Nous avons pris Jowhar et nous avons l'intention de mettre en place le plus vite possible une nouvelle administration et des tribunaux appliquant la charia", a déclaré sur place à l'AFP Sheikh Hassan Dir, l'un des commandants des milices des tribunaux. Les tribunaux islamiques ont imposé un couvre-feu à Jowhar, en vigueur du crépuscule à l'aube, pour une durée indéterminée. "Nous allons améliorer la sécurité et prendre soin de votre sûreté", a déclaré mercredi à Jowhar le président des tribunaux islamiques de Mogadiscio, cheikh Sharif Sheikh Ahmed, a constaté un correspondant de l'AFP. "Nous ne sommes pas venus ici pour faire de l'argent ou exiger le pouvoir mais pour améliorer votre sécurité", a-t-il lancé.

Cette offensive était attendue

Dans la ville de Jowhar, qui compte environ 20 000 habitants, des convois de miliciens lourdement armés patrouillaient mercredi. Selon des sources médicales dans un hôpital de la ville, au moins 6 personnes ont été tuées et 14 blessées dans la bataille. "Des véhicules armés pleins de miliciens des tribunaux sont garés devant le commissariat de police. On peut les voir. Personne ne se bat contre eux et ils contrôlent tout", a raconté un habitant, Ahmed Sheikh Mohamud, ajoutant: "ils patrouillent la ville, mais ils ne fouillent pas les maisons".
Cette offensive était attendue depuis plusieurs jours. Venant de la ville de Balad (60 km au sud de Jowhar) où ils avaient positionné d'importantes forces, les miliciens islamistes progressaient depuis quelques jours en direction de Jowhar. Ils ont déclenché leur offensive mercredi matin, en prenant la ville en tenaille par le nord et le sud.

Dernier bastion des chefs de guerre de l'Alliance

Jowhar était le dernier bastion des chefs de guerre de l'Alliance pour la restauration de la paix et contre le terrorisme (ARPCT), soutenue par les Etats-Unis. Ils s'y étaient retranchés après leur défaite le 5 juin à Mogadiscio face aux milices des tribunaux islamiques que Washington accuse de soutenir les partisans d'Al-Qaïda. En outre, le Parlement de transition somalien a approuvé mercredi à Baïdoa (sud de la Somalie) le déploiement d'une force de maintien de la paix en Somalie, une option catégoriquement rejetée par les tribunaux islamiques. Le projet présenté par le gouvernement de transition a été adopté par 125 parlementaires contre 73, sur les 275 parlementaires qui siègent depuis février dans la ville de Baïdoa (environ 250 km au nord-ouest de Mogadiscio).
Lundi, des pourparlers entre le gouvernement somalien et les tribunaux islamiques avaient échoué à propos de l’éventuel déploiement de cette force de paix.





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu