Connectez-vous S'inscrire






Archives

« Jours de repentir » sanglants en Palestine

Rédigé par Ammar B. | Lundi 4 Octobre 2004

Le secrétaire Général de l’Onu, M. Kofi Annan, demande à Israël de mettre un terme à ses opérations contre les populations palestiniennes. Il lance un appel à l’Autorité palestinienne afin qu’elle empêche les tirs de roquettes contre Israël. Depuis le 28 septembre, l’armée israélienne a entrepris une vaste opération ayant entraîné la mort de 73 palestiniens. Cette opération, baptisée « jours de repentir », est la plus sanglante des offensives de l’armée israélienne depuis le déclenchement de la seconde Intifada en septembre 2000.



Le secrétaire Général de l’Onu, M. Kofi Annan, demande à Israël de mettre un terme à ses opérations contre les populations palestiniennes. Il lance un appel à l’Autorité palestinienne afin qu’elle empêche les tirs de roquettes contre Israël. Depuis le 28 septembre, l’armée israélienne a entrepris une vaste opération ayant entraîné la mort de 73 palestiniens. Cette opération, baptisée ' jours de repentir ', est la plus sanglante des offensives de l’armée israélienne depuis le déclenchement de la seconde Intifada en septembre 2000.

Les raisons officielles d’une opération sanglante

Officiellement, l’armée israélienne explique son offensive par la volonté de faire cesser les tirs de roquettes des militants du Hamas. L’opération a donc été lancée suite à un tir de roquette du Hamas mercredi sur une ville israélienne. Deux enfants ont été tués. L’objectif annoncé est d’établir une ' zone de sécurité ' dans le nord de la bande de Gaza afin de tenir le sud d’Israël hors de portée des tirs de roquettes. Les raids israéliens sont menés à l’aide d'hélicoptères et de chars positionnés autour des villes palestiniennes, notamment autour du camp de réfugiés de Djabalia où vivent près de 100. 000 personnes. Les populations sont cloîtrées dans leurs domiciles car les soldats ' tirent sur tout ce qui bouge '.

Pour mener cette nouvelle offensive en zones de forte densité de population, l’armée israélienne a pris des précautions particulières. L’accès de la zone d’intervention a été interdit à tous les observateurs internationaux. Une unité spéciale de militaires présentés comme des ' observateurs humanitaires israéliens ' a été détachée pour accompagner les troupes. Elle a pour mission de s’assurer de la liberté de circulation des ambulances transportant les blessés palestiniens. Elles ont aussi la possibilité de faire cesser les tirs des soldats afin d’éviter les bavures habituelles.

Une campagne anti-Onu comme couverture

Au même moment, les ambulances des services des nations unions sont désormais interdites d’accès aux zones de combats. Cette décision a été amenée après une campagne médiatique anti-Onu reposant sur un enregistrement vidéo. Celle-ci mont une ambulance frappée du sigle de l’Unrwa (Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient). L’ambulance transportait un objet interprété par les services israéliens comme une roquette. L’ambulancier est lui-même présenté comme un militant du Hamas.

Mais M. Peter Hansen, Commissaire général de l’Unrwa dénonce la campagne israélienne. Dans une lettre adressée à M. Silvan Shalom ministre israélien des Affaires étrangères, Peter Hansen explique que les images de vidéo montrent l’ambulancier transportant un brancard et non une roquette. Dans un communiqué, il demande la rétractation immédiate de cette vidéo et des excuses de la part du Gouvernement israélien. Il lui demande aussi que la rectification soit communiquée à l’ensemble des médias qui ont reçu le film vidéo, y compris sur le site de l’armée israélienne et celui du ministère des Affaires étrangères israélien. Peter Hansen écrit que ' Compte tenu des moyens techniques et de l’expertise militaire dont disposent les Forces de défense israéliennes (FDI) pour agrandir et analyser les images prises par le drone, il est inconcevable que les FDI aient affirmé quelque chose d’aussi monumentalement erroné de bonne foi. '

Depuis le lancement de cette nouvelle attaque israélienne, 73 palestiniens ont été tués. Selon le général israélien, Moshe Yaalon, ' les forces sont prêtes à opérer, non en termes de jours, mais de semaines. ' De son quartier général à Ramallah où il est tenu prisonnier par l'armée israélienne, Yasser Arafat a lancé un appel 'au monde entier' contre cette 'attaque criminelle et raciste'. Il a renouvelé sa demande d'une protection de l'Onu.

 





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu