Connectez-vous S'inscrire






Société

Journée de la Terre Palestinienne à Grigny

Rédigé par Lazrak Jihen | Jeudi 8 Avril 2004

``Le 30 mars 1976, les Arabes palestiniens de Galilée et du triangle ( zone fertile du Nord d’Israël ) protestent contre la confiscation de leurs terres par l’Etat d’Israël. La police tire sur les manifestants. Six palestiniens sont tués.`` Depuis, le 30 mars est devenu la journée de la Terre en Palestine. Cette journée est le symbole de la lutte contre l’expropriation et la colonisation. L’association ``Grigny Solidarité Palestine`` a participé à la commémoration de la journée de le Terre palestinienne le dimanche 28 mars 2004. Au programme, vidéos, conférence, débat et chants. Temps fort de l’après-midi, la plantation sur l’esplanade des droits de l’Homme à Grigny d’un olivier symbole de paix et de fraternité.



``Le  30 mars 1976, les Arabes palestiniens de Galilée et du triangle ( zone fertile du Nord d’Israël ) protestent contre la confiscation de leurs terres par l’Etat d’Israël. La police tire sur les manifestants. Six palestiniens sont tués.`` Depuis, le 30 mars est devenu la journée de la Terre en Palestine. Cette journée est le symbole de la lutte contre l’expropriation et la colonisation.  L’association ``Grigny Solidarité Palestine`` a participé à la commémoration de la journée de le Terre palestinienne le dimanche 28 mars 2004. Au programme, vidéos, conférence, débat et chants. Temps fort de l’après-midi, la plantation sur l’esplanade des droits de l’Homme à  Grigny d’un olivier symbole de paix et de fraternité.

 

 

Le Maire de Grigny tend la main aux musulmans pour une solidarité plurielle envers les Palestiniens

L’association Grigny Solidarité Palestine, crée depuis 2002, s’est donnée pour objectif de ``favoriser l’information et la prise de conscience sur les répercussions du peuple palestinien et d’apporter une aide concrète au peuple palestinien en participant au soutien financier et humanitaire afin d’améliorer leur condition de vie et de leur assurer un minimum vital``.

Association de loi 1901, Grigny Solidarité Palestine n’est pas une association religieuse mais connaît un fort public musulman. Ainsi, le maire communiste de Grigny Claude Vasquez, présent pour cette journée de la terre, s’est adresse aux responsables de l’association et au public et leur a propose que tous les Grignois de quelques origine ou confessions religieuses qu’ils soient de s’unir tous ensemble autour de cette cause commune : la solidarité envers la Palestine et les Palestiniens.

 

La Palestine dans le cœur et la terre des Grignois

Le début de la journée fut riche en émotion. En effet, le documentaire ``Jenine, Jenine`` est projeté au public. Documentaire qui donne la parole aux rescapés du massacre de Jenine en avril 2002. Témoignages poignants d’habitants d’une ville bouleversée qui ne laisse pas indifférent le public présent lors de la projection. Senda sort de la salle. Elle ne supporte pas la dureté des témoignages et tout particulièrement d’une jeune palestinienne d’une douzaine d’années, qui n’a connu que l’occupation et les bouclages, dont la rage transperce le regard et les mots. Le réalisateur Mohammed Bakri est mort, assassine par un soldat israélien. ``Jenine, Jenine`` lui est dédié.

 

Autre temps fort de la journée, la plantation, sur la place des droits de l’Homme à Grigny, d’un olivier symbole d’espoir et de paix. Le  public se presse pour assister à l’évènement. Symboliquement, chacun prend part à la plantation en jetant un peu de terre sur l’olivier. Les enfants sont aux anges, ils s’amusent. Les adultes sont  émus. Moment solennel pour Safwat de l’association des palestiniens en France et Achraf, un des premiers jeunes jeteurs de pierres en Palestine. Geste plein de sens pour ses palestiniens. En France, l’association Grigny Solidarité Palestine plante des oliviers, en Israël, les soldats et leurs bulldozers les détruisent.

La plantation se termine par une photo de famille. Awatif Bouchniba, la présidente de l’association Grigny Solidarité Palestine, les intervenants de la journée et certains membres du public se pressent autour de l’olivier. Safwat et Achraf sont au premier plan et se donnent la main, signe de fraternité et de joie de voir cet intérêt des francais pour leur pays et leurs compatriotes palestiniens.

 

Zoom sur Jérusalem et la mosquée Al-Aqsa

 

Outre l’émotion des témoignages et  la solennité de la plantation de l’olivier, cette journée fut l’occasion de s’attarder sur l’aspect historique de la Palestine et de Jérusalem. Le public majoritairement musulman fut sensibilisé à l’importance du caractère islamique de Jérusalem tant d’un point de vue religieux qu’historique.

Jérusalem, terre sainte par excellence est le site des principaux sites monothéistes : le St Sépulcre pour les catholiques qui considèrent que Jésus fut crucifie à cet endroit, le mur des lamentations pour les juifs et la Mosquée Al-Aqsa pour les musulmans.

 

Selon la tradition musulmane et les commentateurs de Hadith ( tradition du prophète) la  Mosquée Al-Aqsa aurait été construite à l’origine par Abraham. Mais  les avis divergent entre Adam, Abraham et Jacob. Le prophète David ( Daoud) n’aurait fait que réinstaller l’arche ou son ancêtre avait pose les fondations de la Mosquée Al-Aqsa. Son fils Salomon ( Soulayman) n’a fait quant à lui que reconstruire et embellir Al-Aqsa comme l’énonce le hadith du prophète Muhammed : ``lorsque Souleyman eut achevé la construction de Beil Al Maqdis, il demanda trois choses à Allah : un jugement conforme à l’ordre divin, un royaume tel que nul après lui n’aura de pareil et l’absolution des pêchers de tout visiteur venu à la Mosquée Al-Aqsa dans le seul but de l’adoration à tel point qu’il en sortira comme s’il venait de naître``. Et le Prophète ajouta : ``quant aux deux premières invocations, elles ont été exaucées, et j’espère qu’il en sera de même pour la troisième``. En réalité, la querelle de clocher qui peut exister sur le caractère juif, chrétien ou musulman de Jérusalem n’existe pas en Islam puisque les musulmans considèrent que les prophètes Salomon, David, Jacob, Moise, Jésus tout comme le prophète Muhammed sont tous des croyants en la même foi qui est celle vouée en un Dieu unique.

 

D’autre part, Jérusalem est la troisième ville sainte de l’Islam après la Mecque et Médine. C’est une ville bénie par Dieu. Ses vertus et la bénédiction sur cette terre se retrouvent mentionnées à plusieurs reprises dans le Coran et la Sunna. Elle abrita un évènement important dans l’histoire de l’Islam puisque Dieu fit voyager le prophète Muhammed de la Mecque vers Jérusalem en une seule nuit avant de l’élever vers les cieux où Il lui révélera le commandement des cinq prières quotidiennes. Nuit où il a effectué la prière en tant qu’imam en compagnie d’autres prophètes tels que Moise, Jésus…etc. D’où le caractère d’autant plus sacré de Jérusalem et de la mosquée Al-Aqsa pour l’Islam et les musulmans.

 

Par ailleurs, historiquement, Jérusalem fut musulmane durant 13 siècles. En 636, Omar, le deuxième calife de l’Islam, entra à Jérusalem. Un accord de capitulation avait été signe avec le patriarche Sophrone. On retiendra de cet évènement l’invitation de Sophrone à Omar de faire la prière au St Sépulcre. Ce que Omar refusa afin de préserver le caractère chrétien de cette église. Omar pria sur l’esplanade qui à l’époque n’était qu’un dépotoir et ne gardait aucune trace de monuments religieux, puisqu’ils avaient été détruits aux temps des romains et de l’empereur Hadrien. C’est à cet endroit que sera construite la mosquée Al-Aqsa par le sixième calife Omeyyade Abdel Malik ( 685-705) et terminé par son fils Al-Walid.  De 636 à 1098, Jérusalem restera musulmane. Puis viendra la période des croisades. Saladin Al-Ayoubi va reconquérir Jérusalem le 2 octobre 1187 ou le 27 rajab 530 de l’Hégire, date anniversaire du voyage nocturne et de l’ascension du prophète Muhammad. Saladin est un personnage connu pour sa chevalerie légendaire. Il participera à l’expansion de la Mosquée Al-Aqsa. Pendant 250 ans, les Mamelouks vont régner sur Jérusalem avant que Selim 1er n’amene la domination Ottomane a partir de 1517 jusque 1917 et l’arrivée des britanniques en Palestine. C’est sous la période Ottomane et le règne de Souleyman le Magnifique que la Mosquée Al-Aqsa  s’est forgé  l’aspect que l’on connaît aujourd’hui.





Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu