Connectez-vous S'inscrire






Société

Inauguration du Ministère de la Crise du Logement

| Mercredi 10 Janvier 2007

Jeudi 11 janvier, en fin d'après midi, le Ministère de la Crise du Logement a été officiellement inauguré. Ce ministère est situé dans un bâtiment squatté du centre de Paris par Le Droit Au Logement (DAL), l’association Macaq et Jeudi noir, qui ont en effet pris possession, le 31 décembre 2006, d’un immeuble laissé à l’abandon depuis 3 ans par la banque CIC en face de la Bourse dans le 2ème arrondissement de Paris. Ce squat a pour but premier de faire valoir les droits des mal logés notamment en exigeant la réquisition des immeubles vides.



Inauguration du Ministère de la Crise du Logement

Inauguration

Jeudi 11 janvier à partir de 17h, le Ministère de la Crise du Logement, a donc été officiellement inauguré au 24 rue de la Banque dans le 2ème arrondissement de Paris. Ce ministère a pour but de « concentrer les informations et les réactions sur le problème du logement, ainsi que de coordonner les actions », selon Clément, l’un des fondateurs de l’association Macaq. « Nous avons réquisitionné cet immeuble qui est situé en face de la Bourse, lieu symbolique pour fonder un ministère de la crise du logement. » Ajoute-t-il.

Clémentine Autin, adjointe au maire de Paris, participait à cette cérémonie symbolique, qui avait lieu devant l'entrée de l'immeuble. Les associations ont ainsi inauguré la plaque représentant Marianne avec une pied-de-biche et un trousseau de clef.

Ce Ministère accueille donc les mal logés pour les écouter, les informer de leurs droits et les orienter vers des moyens d'action efficaces. Une permanence juridique est mise à la disposition du public. Le but est clairement de « dessiner dans les prochaines semaines de nouvelles politques publiques qui permettent d’apporter des solutions au problème du mal logement sous toutes ses formes : SDF, logements étudiants, loyers exorbitants et kyrielle de situations précaires (sous-location, logements vétustes, prêts sur 30 ans et surendettement...).» selon le commmuniqué de l'association Jeudi noir. Les trois associations comptent bien peser de tout leur poids sur les prochaines élections présidentielles et législatives.


Inauguration du Ministère de la Crise du Logement

Occupation des lieux

C’est le 31 décembre 2006, que les trois associations, le DAL, Macaq (Mouvement d’Animations Culturelles et Artistiques de Quartiers) et Jeudi noir, ont pris possession de cet immeuble de plus de 1 000 m², laissé à l’abandon par la banque CIC en face de la bourse de Paris, dans le 2ème arrondissement.

« L’association Macaq dénonce les problèmes de logement. Cette fonction nous tient à cœur car à la création de notre association, nous nous sommes retrouvé sans locaux. Nous voulons créer une intelligence collective et occuper les espaces vides. Ce n’est pas sain d’avoir des immeubles vides dans une ville. » Assure Clément, directeur de colonies de vacances.

Le groupe CIC a apparemment engagé une procédure judiciaire, mais la trêve hivernale, qui consiste à interdire les expulsions pendant les mois d’hiver, laisse une marge d’action aux associations. « C’est scandaleux de laisser autant d’espace vide. Nous avons recensé plus de 3 millions de m² d’immeubles vides et se sont, pour la plupart, des bureaux. » Insiste Clément, membre actif de l’association Macaq.


Dimitri dans l'ancienne salle des coffres
Dimitri dans l'ancienne salle des coffres
Dans cet immeuble de 6 étages, chaque association s’est partagée la place vacante. Cet immense immeuble, autrefois agence de la CIC, abrite donc un grand nombre de personnages différents. Au rez-de-chaussée, de nombreux peintres et jeunes travailleurs ont retapé les locaux afin de créer les trois bureaux du Ministère de la Crise du Logement, où les associations pourront accueillir toutes les personnes qui sont en difficultés sur ce domaine et ainsi regrouper l’information. Dimitri, l’un des bénévoles, explique sa situation. « J’ai dix neuf ans, je travail en intérim et je gagne 1 200 euros net par mois. Pourtant je ne peux pas me loger car mon contrat n’est pas un CDI, c’est un contrat précaire. » Déclare-t-il.


Douglas
Douglas
Au premier étage, c’est la salle de réunion des associations et notamment le lieu de rendez vous de la presse. Au second, l’association Macaq a installé ses bureaux et ses artistes. Douglas, peintre américain, a préparé son exposition sur les balayeurs. « Je n’aurai jamais pensé devenir un révolutionnaire français » dit il en plaisantant. Son ami, Alexis, artiste russe s’exprime sur sa vision de la France. « Je vois les français comme des révolutionnaires, des humanistes avant-gardistes. Ils sont toujours à la recherche d’une meilleure façon d’organiser la société. Nous travaillons petit à petit pour changer le monde, mais je préfère dire que nous cherchons l’évolution et non la révolution. » Explique-t-il.

Les troisième et quatrième étages abritent les familles amenées par le biais du DAL. Au dernier, on trouve l’association Jeudi Noir, qui lutte contre la spéculation sur le logement. Chacun s’active et s’organise pour permettre l’ouverture au public, dès le vendredi 12 janvier, du Ministère de la Crise du Logement.






Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu