Connectez-vous S'inscrire






Société

Il y a 'urgence' à 'dissiper les stéréotypes' entre l'Occident et le monde musulman

| Jeudi 14 Septembre 2006

Mercredi, à l'occasion du lancement du premier atelier culturel Europe-Méditerranée-Golfe, Jacques Chirac a prôné la relance d'un dialogue favorable au "rétablissement de la confiance" pour éviter un divorce des cultures entre islam et Occident. Et propose la création d'un Erasmus Méditerranée.



Le Président français Jacques Chirac
Le Président français Jacques Chirac

Faire accepter le visage et la voix de la différence

Jacques Chirac a prôné mercredi la relance d'un dialogue favorable au "rétablissement de la confiance" pour éviter un divorce des cultures entre islam et Occident.

S'exprimant à l'Elysée devant plus de 250 personnes à l'occasion du lancement du premier atelier culturel Europe-Méditerranée-Golfe, le chef de l'Etat français a appelé à oeuvrer pour faire "accepter le visage et la voix de la différence" dans un monde "menacé par la peur et la haine".

De l'avis du président, les attentats du 11 septembre 2001, l'affaire des caricatures du prophète Mahomet montrent qu'il y a "urgence" à "dissiper les stétéotypes, les peurs et les mauvais souvenirs" entre l'Occident et le monde musulman.

"On ne résoudra rien par la force. On n'apaisera rien non plus par la caricature et l'exclusion", a-t-il dit. "La diabolisation de l'Occident d'un côté, de l'autre la suspicion envers l'islam, présenté comme réfractaire à la modernité, autant de dangereux stéréotypes qui doivent être combattus par un effort mené en commun".

Les conflits du Moyen-Orient, "qui tous se renforcent et s'amalgament", sont "au coeur de l'instabilité du monde", a fait remarquer Jacques Chirac, pour qui la question israélo-palestinienne a engendré le "sentiment de frustration si profondément ressenti par le monde arabe et musulman".

Face aux crises régionales, a-t-il estimé, "seul un traitement politique négocié, associant l'ensemble des acteurs avec l'appui et la garantie de la communauté internationale, peut amener des solutions durables".

La création d'un Erasmus Méditerranée

Lancé l'an dernier lors du sommet euro-méditerranéen de Barcelone, cet atelier de trois jours réunit des représentants des Etats, universitaires et membres de la société civile dont l'épouse du président égyptien Hosni Moubarak et le ministre des Affaires étrangères turc, Abdullah Gül.

Les travaux se poursuivront en février à Séville, en Espagne, puis à Alexandrie, en Egypte, en juin. Ils pourraient déboucher sur des projets concrets tels que l'écriture de manuels d'histoire ou d'oeuvres audiovisuelles faisant participer des producteurs et des scénaristes issus des deux rives de la Méditerranée.

Jacques Chirac a fait ses propres propositions, notamment la création d'un Erasmus Méditerranée. Ce système d'échanges d'étudiants sur le modèle du programme en vigueur dans les universités de l'Union européenne "pourrait s'inspirer de la figure d'Averroès", a expliqué le président français à la séance inaugurale de l'atelier culturel Europe-Méditerranée-Golfe. Mis en place en 1987, le programme Erasmus a permis à 1,2 million de jeunes Européens d'étudier dans un autre pays que le leur.

Jacques Chirac a également suggéré une coopération dans le domaine de la codification et de la réforme du droit, et la mise au point d'une charte du dialogue des cultures "qui fixe les règles du vivre-ensemble dans la mondialisation".





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu