Connectez-vous S'inscrire






Archives

'Il faut encourager les musulmans européens à participer plus activement à la vie publique'

Beate Winkler, directrice de l’Observatoire européen des phénomènes racistes et xénophobes

Rédigé par Propos recueillis par Fouad Bahri | Jeudi 11 Janvier 2007



'Il faut encourager les musulmans européens à participer plus activement à la vie publique'

Saphirnews.com : Dans votre analyse du phénomène de l’islamophobie, que diriez-vous sur cette forme de discrimination ? Constitue-t-elle un type particulier de discrimination et quelles en sont les causes profondes ou récentes ?


Beate Winkler : L’Observatoire européen des phénomènes racistes et xénophobes a publié un rapport sur «Les musulmans au sein de l’Union européenne: discrimination et islamophobie». Ce rapport examine les données et les informations disponibles sur l’importance et la nature de la discrimination dont sont victimes les musulmans, et des actes d’islamophobie dans l’Union européenne.

La discrimination à l’encontre des musulmans et les actes violents islamophobes peuvent être attribués à des attitudes islamophobes aussi bien qu’à des comportements racistes et xénophobes, ces éléments étant souvent étroitement liés. Il faut par conséquent interpréter l’hostilité à l’égard des musulmans dans le cadre plus général de la xénophobie et du racisme à l’encontre des migrants et des minorités.

Quant à la discrimination, notre rapport montre que de nombreux musulmans européens sont victimes d’actes de discrimination au niveau de l’emploi, de l’éducation et du logement - indépendamment de leur origine ethnique ou de leur rapport à la religion. En même temps, les musulmans font l’objet d’actes islamophobes allant d’insultes à des agressions physiques et à des incendies volontaires.

Par exemple, les données disponibles montrent que le taux de chômage des musulmans européens est supérieur à la moyenne. Au Royaume-Uni, par exemple, le taux de chômage des musulmans est supérieur à celui de tout pratiquant d’une autre religion.

Des tests montrent que les musulmans font l’objet d’actes de discrimination et que leurs possibilités d’emploi sont limitées. En France, par exemple, l’université de Paris a envoyé différents curriculum vitae standard à 250 offres d’emploi. Ces curriculum vitae émanaient de personnes dont on pouvait plus ou moins deviner l’origine ethnique. La probabilité d’obtenir une réponse positive pour les candidats originaires d’Afrique du Nord était cinq fois moins élevée.

Le rapport montre également que la réussite scolaire des Musulmans est inférieure à la moyenne. Dans plusieurs États membres, les immigrés ont des taux de réussite scolaire et des niveaux de qualification généralement inférieurs à ceux de la population majoritaire.

La discrimination et le racisme sont interdits par la loi. Le défi clé qui se pose est celui du renforcement de la cohésion dans la société européenne, c’est-à-dire du respect de la diversité, de la reconnaissance des droits fondamentaux et de la garantie de l’égalité des chances pour tous.

Quelles mesures concrètes de lutte contre l’islamophobie votre Observatoire préconise-t-il ? Etes-vous en contact avec des acteurs économiques et politiques européens et vous entendent-ils sur cette question ?


Il reste beaucoup à faire pour assurer que les musulmans européens bénéficient des mêmes droits à l’égalité de traitement et de la même qualité de vie que les autres européens. Il est indispensable de faire preuve d’une volonté politique ferme pour garantir l’égalité de traitement à tous les européens, quelles que soient leurs origines.

L’objectif principal de l’Observatoire européen est de collecter et d’analyser des données objectives, fiables et comparables et de formuler des avis et des conclusions pour soutenir l’Union européenne et ses États membres lorsqu’ils prennent des mesures ou formulent des plans d’action contre le racisme. L’EUMC considère que les mesures et les pratiques de lutte contre la discrimination et la marginalisation sociale doivent devenir des priorités politiques. Dans ce domaine, l’EUMC leur a proposé les mesures concrètes suivantes:

L’EUMC encourage les États membres à appliquer sans réserve les directives anti-discrimination de l’UE (directive 2000/43/CE relative à l’égalité raciale et directive 2000/78/CE relative à l’égalité en matière d’emploi) et à faire un meilleur usage de leurs dispositions.

L’EUMC encourage les États membres à mettre en œuvre des mesures de soutien à l’intention des migrants et des minorités, y compris des musulmans, pour qu’ils bénéficient eux aussi de l’égalité des chances et pour empêcher leur marginalisation.

L’EUMC encourage les États membres à intensifier leurs efforts de manière à améliorer les possibilités d’emploi, notamment pour les jeunes des minorités, y compris les musulmans.

L’EUMC encourage tous les partis politiques européens à signer et mettre en œuvre la «Charte des partis politiques européens pour une société non raciste» .

De plus, il faut encourager les musulmans européens à participer plus activement à la vie publique - par exemple dans des processus et des institutions politiques, économiques, sociaux et culturels. L’intégration est un processus qui va dans les deux sens. De nombreux musulmans européens reconnaissent qu’ils doivent faire plus pour s’intégrer dans l’ensemble de la société. En même temps, les leaders politiques européens doivent intensifier leurs efforts en faveur d’un vrai dialogue interculturel et contre le racisme, la discrimination et la marginalisation.

Le Collectif contre l’islamophobie en France affirme que plus de 90% des actes islamophobes en France viennent de l’Etat et des administrations. Partagez-vous ce constat et est-ce le cas également dans d’autres pays européens ?


Notre rapport souligne que l’importance et la nature des actes de discrimination et d’islamophobie dont sont victimes les musulmans européens restent sous-documentés et sous-déclarées. En raison du manque de fiabilité ou de l’absence de données officielles, il est difficile d’affirmer d’où viennent les discriminations, et il n’est pas possible de comparer entre pays pour l’instant.

Il faut distinguer entre discriminations et actes violents islamophobes. Concernant les données sur les discriminations, nous espérons recevoir plus de détails dans le futur des organismes nationaux chargés de l’égalité des chances, qui viennent d’être mis en place dans tous les Etats Membres de l’Union Européenne par la législation européenne.

En ce qui concerne les actes islamophobes, un seul État membre – le Royaume-Uni – publie des données statistiques de la justice pénale établissant spécifiquement que les musulmans sont victimes de crimes et délits «motivés par la haine». Pour cette raison, l’EUMC encourage les États membres à mettre en place des mécanismes d’enregistrement de l’ensemble des incidents racistes en vue de ventiler les données statistiques en incidents concernant différents groupes de victimes, y compris les musulmans.





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu