Connectez-vous S'inscrire






Archives

Hollande demande une commission d'enquête

| Vendredi 3 Août 2007

Le Premier secrétaire du Parti socialiste François Hollande a demandé vendredi la création d'un commission d'enquête parlementaire qui puisse "faire le clair sur ce qui est de l'ordre de l'accord commercial" et de la "négociation", après la libération six praticiens bulgares et l'annonce de contrats d'armement avec la Libye. De son côté, le groupe européen d'aéronautique et de défense EADS affirme dans un communiqué vendredi que le contrat pour la fourniture de missiles anti-char Milan à la Libye est "finalisé".



La France et la Libye ont signés un important contrat sur la vente de missiles anti-chars Milan à hauteur de 168 millions d'euros. Un deuxième contrat est encore en discussion et concerne l'achat le système de communication radio sécurisé.

Le numéro un socialiste François Hollande
Le numéro un socialiste François Hollande

Un vrai problème de méthode

Le numéro un socialiste François Hollande dénonçe sur France-Inter "un vrai problème de méthode", a regretté à nouveau: "Comment peut-on admettre dans une démocratie, que Nicolas Sarkozy voudrait 'transparente', c'est son mot, que ce soit le fils (Seïf NDLR) Kadhafi qui nous annonce un contrat d'armement signé, quand le ministre des Affaires étrangères n'en sait rien, et que le ministre de la Défense, lui, parle pour le moment d'une lettre d'intention (...)".

"Ce que je demande aujourd'hui, c'est une commission d'enquête parlementaire qui puisse faire le clair sur ce qui est de l'ordre de l'accord commercial, classique, et ce qui est de l'ordre d'une négociation avec un pays, qui a détenu hélas, (...) des otages, pendant huit ans et qui a essayé d'en jouer sur la scène internationale", a-t-il demandé, estimant que "dans une démocratie comme la nôtre, la transparence doit être la règle".

Reconnaissant qu'il était légal de commercer avec la Libye du fait de la levée de l'embargo, François Hollande s'est toutefois interrogé sur un plan éthique: "Est-ce qu'on doit avoir un commerce d'armes avec un pays comme la Libye dirigé par Kadhafi, (...) accusé à juste titre d'avoir organisé des attentats", faisant référence aux attentats de "Lockerbie et UTA".

Hervé Morin
Hervé Morin

Le contrat de missiles anti-chars est finalisé

De son côté, le ministre de la Défense Hervé Morin a annoncé, vendredi sur RTL, que la Libye avait signé une "lettre d'intention" pour acheter à la France des missiles Milan, une vente qui avait reçu selon lui "l'accord de principe" d'une commission interministérielle française en février 2007.

Les contrats "ne sont pas signés en tant que tels formellement. Il y a une lettre d'intention de la Libye disant nous souhaitons acheter des missiles Milan, sur lequel il y a déjà eu un accord d'une commission interministérielle en février 2007", a déclaré M. Morin.

"Et il y a aussi une lettre d'intention sur des systèmes radio", a-t-il précisé. "Dès lors qu'on est en discussions depuis des mois et des mois, qu'il y a une commission interministérielle française disant on est d'accord pour les vendre en février 2007, il est logique que l'on aboutisse. (...) Ca va se faire", a-t-il dit.

EADS et la Libye ont finalisé un contrat de missiles anti-chars Milan mais sont encore en discussions au sujet du contrat Tetra, le système de communication radio sécurisé, déclare un porte-parole du groupe européen d'aéronautique, de défense et d'espace.

"Le contrat de missiles anti-chars Milan, négocié par la société MBDA, est aujourd'hui finalisé après une période de discussions et de négociations de plus de 18 mois. Ce contrat est en attente de la signature du client libyen et EADS se réjouit que cette négociation puisse aboutir", a-t-il déclaré.





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu